•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • Ces migrants que l’Europe ne veut pas voir

    En 2015, Lesbos était la porte d’entrée de l’Europe pour des centaines de milliers de migrants. En 2020, l’île est un cul-de-sac fait de camps tristes et surpeuplés. Vue de Lesbos, l’Europe est hors d’atteinte. Plongée dans l’enfer de Moria.

    Le reportage de notre correspondante Marie-Eve Bédard

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Yanik Dumont Baron
    Mis à jour le 

    Une image ou un mot ne peut bien expliquer le plus grand camp de migrants d’Europe. Le visiteur y renifle trop de mauvaises odeurs, y voit trop de détresse, y ressent trop de frustrations.

    Le mot enfer, qui revient dans la bouche des migrants, ne suffit pas non plus pour décrire le camp de Moria. Le mot n’est pas assez précis. Il faut donc détailler. Détailler une réalité méconnue, ignorée de trop d’Européens.

    Une mère présente un plat à sa fille.

    Nourrir ses enfants et les soigner est une frustration quotidienne à Moria. La nourriture est parfois jugée inadéquate par les parents. Il est impossible de réfrigérer des aliments ou de préparer des repas élaborés.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Des images, le photographe peut en croquer par milliers en déambulant dans le camp surpeuplé. Il y a ces poissons qui cuisent lentement sous un feu de bois. Ces matelas de mousse gorgés d’humidité, trop froids pour y dormir.

    En levant les yeux, il y a les sacs de plastique accrochés aux barbelés, les fils électriques qui courent dans toutes les directions, les vêtements mis à sécher là où ils peuvent tenir.

    Des enfants dans un camp de réfugiés en Grèce.

    Les enfants sont laissés à eux-mêmes, forcés de jouer au milieu des déchets, avec ce qu'ils trouvent autour d'eux.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Au détour d’une tente couverte de plastique blanc, il y a ce jeune bambin en habit de neige, qui tente de se réchauffer devant une table de nuit en feu. Plus loin, cet homme qui crie aux passants.

    Le long du ruisseau, il y a ces enfants qui grimpent aux rares oliviers encore debout. D’autres qui jouent aux billes au milieu d’un sentier boueux. Il y a ce pont de bois qui enjambe un ruisseau rempli de bouteilles vides, ces déchets qui s’empilent aux côtés des fruits à vendre.

    Le camp de la honte

    Des clichés, il y en a partout à Moria. Mais après un temps, il faut ranger l’appareil photo. Une nécessité. Parce que même si elles valent mille mots, ces images ne peuvent tout raconter.

    Des cordes remplies de linge à sécher sur fond d'oliviers.

    Les déchets, le linge à sécher et les tentes ont envahi les oliveraies de cette île de la mer Égée, située à quelques kilomètres seulement de la Turquie.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Survivre à Moria, c’est vivre de petites indignations au quotidien : faire la queue pour un peu de nourriture, se laver dans une douche sale, uriner dans un pot sous sa tente, calmer le bébé qui réveille les voisins au milieu de la nuit.

    Dans ce camp, les parents ont honte. Une honte difficile à photographier. Honte de ne pouvoir soigner leurs enfants, honte de n’avoir qu’un peu de riz froid à leur offrir. Honte de ne pouvoir les éduquer ou leur donner un jouet de plastique.

    Un homme marche entre des abris en toile et des cordes à linge remplies de vêtements.

    Chaque espace trouve son utilité. Les tentes sont collées sur les passages utilisés pour naviguer dans le labyrinthe qu'est devenu le camp de Moria.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Honte, aussi, d’avoir tant risqué pour aboutir dans ce cul-de-sac. Honte au point de penser à la mort. Car une fois dans ce camp, le temps s’arrête. Ceux qui ont tant marché sur les routes de l’exil sont bloqués à Moria.

    Bloqués parce que la bureaucratie grecque ne peut traiter ces milliers de cas dans les 25 jours initialement promis par l’Union européenne, 25 jours avant de savoir si la porte de l’Europe va finalement s’ouvrir devant soi.

    Moria devait être un lieu de transition. Le camp est devenu une salle d’attente insalubre. Cette famille de Syriens pourra-t-elle rester en Europe? La réponse est promise quelque part en juin 2021.

    Des conditions et des délais volontaires?

    La situation est critique aux yeux du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Son porte-parole pour la Grèce, Boris Cheshirkov, voit des bouchons à chaque étape dans le système d’évaluation des demandes de protection.

    Une femme en manteau et jeans est assise et essuie les larmes de ses yeux.

    Arlette désespère devant son fils de 16 ans, à qui elle ne peut offrir mieux.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Depuis 2015, la Grèce a accumulé un retard de 90 000 dossiers. Et les réponses ne viennent parfois qu’après 2 ans d’attente.

    La situation est chroniquement mauvaise depuis 2016, explique Boris Cheshirkov. Depuis que l’Europe a choisi de concentrer le traitement des demandes d’asile en quelques endroits sur son territoire.

    Les infrastructures grecques n’ont jamais été à la hauteur. Elles se sont écroulées en 2019, où le nombre de demandes a doublé par rapport à 2018.

    Depuis, un nouveau gouvernement a pris le pouvoir, avec une promesse de faire mieux. Mais ça ne vient pas assez vite, déplore le porte-parole du HCR.

    Une migrante entourée de sacs accrochés au mur.

    Une migrante, photographiée dans le conteneur lui servant d'abri qu'elle doit partager avec sa famille et une vingtaine d'autres personnes.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Le temps s’écoule très lentement à Moria. Au point où il n’est pas rare de croiser des gens immobiles, comme figés, déconnectés d’une réalité trop pénible. Difficilement imaginable.

    L’Europe aussi montrée du doigt

    Les Grecs ne doivent pas seuls porter le blâme pour l’horreur de Moria et des autres camps de la mer Égée. Ces camps sont en Grèce. Mais ils sont aussi en Europe.

    Une Europe qui a offert des millions pour cette crise, mais qui a aussi renforcé ses frontières.

    Une Europe de 500 millions d’habitants dans laquelle un million d’étrangers sont parfois présentés comme une menace existentielle.

    Plusieurs pays européens ne veulent pas accueillir de migrants arrivant par la Grèce, l’Italie ou l'Espagne. Et ceux qui veulent en recevoir certains les acceptent au compte-goutte.

    L’Europe a des ressources. Elle a des capacités. Il faut qu’elle se tienne aux côtés de la Grèce, lance Boris Cheshirkov. Là encore, des changements ont été promis.

    Pourquoi de si longs délais? Pourquoi des conditions si honteuses? Est-ce de l’incompétence? Une tactique de découragement?

    Derrière une clôture métallique, un mur de conteneur sur lequel est écrit «love» avec un coeur rouge.

    Sur le mur d'un conteneur de la section des mineurs. C'est une section du camp de Moria isolée, plus difficile d'accès. Faute de place, seule une partie des enfants du camp y est logée.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Ces réponses, Arlette ne les connaît pas. C’est une Congolaise arrivée à Moria au début de l’année avec son fils de 16 ans. Elle s’abrite dans une petite tente mal protégée contre la pluie et le froid.

    Elle désespère devant son fils qui demeure silencieux. Il ne va pas à l'école. Il perd son temps. Je m'inquiète pour son avenir. Je ne dors pas beaucoup.

    Puis, la jeune femme cache son visage avec une main, les larmes coulent doucement.

    Elle aussi a une question. Mais elle ne la pose pas, elle la murmure : On fait comment? On fait comment? On fait comment...?

    Des conteneurs, des tentes et des abris entassés.

    Le camp de Moria n'a jamais été aussi peuplé depuis le début de la crise migratoire en 2015. Ils sont plus 19 000 à s'entasser dans un lieu prévu pour accueillir 7 fois moins de gens.

    Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Immigration

    International