•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enseignement religieux : deux ex-élèves juifs hassidiques poursuivent Québec

Clara Wasserstein et Yochonon Lowen.

Clara Wasserstein, à gauche, et Yochonon Lowen arrivent au palais de justice de Montréal, le lundi 10 février 2020.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La Cour supérieure a commencé lundi à entendre les témoignages dans le cadre de la poursuite intentée contre Québec par un couple hassidique. L’homme et la femme dans la quarantaine reprochent au gouvernement de ne pas les avoir protégés en leur assurant une éducation adéquate, comme le prévoit la loi.

Yochonon Lowen et Clara Wasserstein soutiennent que durant leur scolarité à l'école religieuse privée dirigée par la communauté hassidique Tash à Boisbriand, l’enseignement qui leur a été prodigué était essentiellement religieux et seulement en yiddish.

À leur sortie de l'école à 18 ans, ils avaient d'importants retards. Ils ne connaissaient pas le fleuve Saint-Laurent et n’avaient pas reçu de cours de géographie ou d’éducation physique, par exemple.

Le gouvernement et la communauté juive reconnaissent que des problèmes ont été constatés dans le passé en lien avec l'éducation des jeunes juifs hassidiques, mais ils estiment que ces problèmes ont été résolus depuis.

Leurs avocats affirment que l'enseignement prodigué à ces enfants respecte maintenant le Régime pédagogique, depuis qu'un projet de loi de 2017 a resserré les règles de fréquentation scolaire et que des ententes ont permis aux familles hassidiques de s'inscrire, auprès de diverses commissions scolaires locales, à l'enseignement à la maison.

Le récit de Yochonon Lowen et de Clara Wasserstein a été appuyé par le témoignage d’une intervenante de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Après des signalements, l'intervenante Marie-Josée Bernier s’est rendue en 2014 dans la communauté hassidique de Boisbriand pour évaluer les enfants.

Elle a confié y avoir constaté que la grande majorité des 320 garçons de la communauté ne pouvaient pratiquement pas s’exprimer en français ou en anglais. 280 élèves accusaient également de graves lacunes en mathématiques de base et dans les autres matières.

S’il est vrai que la situation s’est améliorée après que les familles eurent conclu une entente avec la commission scolaire, le niveau de scolarité des élèves en 2017 demeurait inférieur à celui de leurs pairs, a indiqué Marie-Josée Bernier de la DPJ.

Le couple veut que le gouvernement du Québec encadre mieux les programmes enseignés dans les écoles religieuses privées pour assurer aux enfants une éducation comparable à celle des élèves des autres écoles.

Avec les informations de Geneviève Garon

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Société

Justice et faits divers