•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elon Musk tweete #DeleteFacebook, qualifiant le réseau social de « nul »

Elon Musk livre une conférence, assis à une table avec un microphone devant lui. Il a un œil fermé et un œil ouvert.

Elon Musk a supprimé les pages Facebook de Tesla et de SpaceX en 2018.

Photo : Reuters / Steve Nesius

Radio-Canada

Elon Musk s’en est encore pris à Facebook, la fin de semaine dernière, alors que le réseau social est la cible de plusieurs critiques en raison de ses multiples faux pas liés au respect de la vie privée et de son refus de censurer des publicités politiques, même celles qui sont mensongères.

Le grand patron de Tesla et SpaceX répondait à un tweet de l’acteur et humoriste Sacha Baron Cohen, qui demandait pourquoi nous laissions Mark Zuckerberg «  contrôler l’information vue par 2,5 milliards de personnes  » si l’on ne faisait pas de même avec des ressources comme l’eau et l’électricité.

Facebook doit être réglementé par les gouvernements, et non par un empereur!, concluait le gazouillis de Sacha Baron Cohen.

Trois jours plus tard, Elon Musk a répondu au micromessage de l’acteur, qui critique fortement le réseau social depuis plusieurs mois, en peu de mots : #DeleteFacebook, c’est nul, employant le mot-clic devenu viral en 2018 qui appelle les internautes à fermer leur compte Facebook.

Critique de longue date

Ce n’est pas la première fois qu’Elon Musk s’en prend au réseau social le plus populaire du monde.

Dans la foulée du mouvement #DeleteFacebook, en mars 2018, l’entrepreneur a supprimé les pages Facebook de Tesla et de SpaceX, mentionnant par la suite qu’il n’aimait pas le réseau social et qu’il lui donnait la chair de poule.

Elon Musk a aussi critiqué le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, en 2017. Il avait alors mentionné que ses connaissances en intelligence artificielle (IA) étaient limitées, faisant référence à une rencontre qu’ils avaient eue en 2014.

Zuckerberg voulait alors convaincre Musk que ses craintes quant aux potentiels dangers de l’IA étaient malavisées, mais le grand patron de Tesla et de SpaceX était resté campé dans sa position, plutôt pessimiste.

Avec les informations de TechCrunch, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !