•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caribou forestier : mesures exceptionnelles à Val-d'Or, pas de décision dans Charlevoix

Un jeune caribou au pelage blanc et brun est recouvert partiellement de neige.

La mise en enclos des caribous, au cours des prochaines semaines, figure parmi les moyens choisis.

Photo : iStock

La harde de caribous forestiers de Val-d'Or, en Abitibi, sera mise en enclos au cours des prochaines semaines. Pareille stratégie pourrait être efficace dans Charlevoix, mais le gouvernement demande plus de temps avant de trancher la question.

Le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a annoncé lundi une série de mesures pour protéger le caribou forestier et montagnard, en particulier la harde de Val-d'Or.

La mise en enclos des caribous, au cours des prochaines semaines, figure parmi les moyens choisis.

La mesure, exceptionnelle, insiste-t-on, vise à les protéger des prédateurs et à assurer la survie de cette population, qui ne compterait plus que 7 individus selon le dernier décompte. Il en restait 18 en 2016.

Un enclos, généralement de plusieurs hectares, permet de protéger les femelles gestantes et les nouveau-nés. Vidé de ses prédateurs, le lieu leur permet de passer la période la plus vulnérable de leur vie sans être menacés.

L'enclos sera agrandi en juin prochain et maintenu au moins jusqu'à la mise en place de la Stratégie pour les caribous forestiers et montagnards, attendue pour 2022-2023.

Le gouvernement prolongera également le moratoire sur les coupes forestières dans l'habitat du caribou de Val-d'Or.

Rien pour Charlevoix

Si la situation est hautement critique en Abitibi, les populations isolées de Charlevoix et de la Gaspésie sont aussi en danger.

Dans Charlevoix, à peine une trentaine de bêtes ont été répertoriées l'hiver dernier. Québec a déjà mis en place un programme de déprédation pour limiter le nombre de loups et d'ours noirs.

Aucune nouvelle mesure n'a cependant été annoncée lundi.

Un loup gris avec des yeux verts

L'abattage aérien de loups a été autorisé pour le secteur de Charlevoix, lorsque des prédateurs s'approchent trop près des caribous.

Photo : Associated Press / Dawn Villella

Le gouvernement promet toutefois la réalisation, d'ici l'automne, d'une évaluation des différentes options, sur la base des connaissances disponibles.

Concernant la mise en enclos, Carl Charest, attaché de presse du ministre, soutient que des devoirs restent à faire.

On est encore en train de voir s'il n'y aurait pas d'autres hardes qui seraient un peu plus loin, pour être sûr d'avoir le bon décompte et de protéger les bonnes bêtes, a-t-il mentionné.

Un pas dans la bonne direction

Fort critique des gouvernements qui se sont succédé, le biologiste Martin-Hugues St-Laurent voit d'un bon œil l'annonce du ministre.

Je salue l'initiative du ministère d'aller entre autres poursuivre le moratoire sur les coupes forestières dans l'habitat du caribou de Val-d'Or, a-t-il réagi.

À son avis, la protection de l'habitat, le contrôle des prédateurs et la mise en enclos constituent le remède pour sauvegarder les populations fragilisées.

Le chercheur de l'Université du Québec à Rimouski rappelle cependant que la situation du caribou forestier est le fruit de plusieurs années à négliger la protection des vieilles forêts.

En ce sens, l'expert espère des mesures de protection supplémentaires.

Je m'assurerais de donner un statut de protection aux massifs de forêts, s'il en reste.

Martin-Hugues St-Laurent, biologiste, Université du Québec à Rimouski

M. St-Laurent croit que la stratégie déployée à Val-d'Or pourrait être la même dans Charlevoix.

Rappelons que le gouvernement a aussi annoncé, en décembre, la production d'une méta-analyse sur le caribou forestier et montagnard. Son dépôt est prévu pour mars 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !