•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa et T.-N.-L. s'entendent pour éviter une hausse des tarifs d’électricité

Dwight Ball et Seamus O'Regan.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, et le ministre des Ressources naturelles, Seamus O'Regan, affirment qu'une solution « durable » a été trouvée dans le dossier Muskrat Falls.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le projet de Muskrat Falls sera restructuré afin que les tarifs d’électricité à Terre-Neuve-et-Labrador ne grimpent pas en flèche à cause des milliards de dollars en dépassements de coûts du mégaprojet de Muskrat Falls.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, affirme que l’entente avec le fédéral était nécessaire pour répondre à un déficit de financement de 30 milliards de dollars d’ici les prochaines décennies. Sans aucune intervention financière de la part des gouvernements provincial et fédéral, les coûts d’électricité auraient monté de 75 % d’ici l’an prochain, rappelle-t-il.

Vos tarifs d’électricité ne vont pas augmenter à cause de Muskrat Falls. [...] Aucun gouvernement depuis la Confédération n’a fait face à un défi aussi important, assure-t-il, en ajoutant qu’après avoir reçu deux garanties de prêts du fédéral, cette nouvelle entente représente une solution à long terme pour le projet.

Il n’y a pas de solution magique

La négociation de l’accord final se poursuit entre Terre-Neuve-et-Labrador et Ottawa, le garant du projet. Depuis 2013, Ottawa a déjà octroyé deux garanties de prêt totalisant environ 8 milliards à la province pour assurer la construction du mégaprojet hydroélectrique.

Dwight Ball et Seamus O'Regan.

Dwight Ball demandait à Ottawa un financement pour aider à atténuer les hausses de tarifs depuis avril 2019.

Photo : Radio-Canada / Terry Robert

Selon les détails dévoilés lundi, le plan comprend la restructuration financière de certains éléments du projet de Muskrat Falls, faisant en sorte que société d’État Nalcor Energy n'ait pas à payer des dividendes annuels de plusieurs milliards de dollars, épongés ensuite par les contribuables.

Au cours des prochaines décennies, la province soutient qu'Hydro Terre-Neuve-et-Labrador devra trouver 5 milliards de dollars en revenus supplémentaires afin que les tarifs d’électricité des Terre-Neuviens ne soient pas touchés.

Pour y arriver, pendant au moins les dix prochaines années, le gouvernement provincial ne percevra pas le rendement de son investissement dans le projet. M. Ball ne voulait pas commenter la quantité de dividendes privés des coffres de la province à cause de cette décision.

Une photo montre la centrale hydroélectrique de Muskrat Falls en construction.

Le chantier du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador

Photo : Nalcor

Le gouvernement provincial et Ottawa prioriseront également l’électrification des immeubles à Terre-Neuve-et-Labrador pour faire croître la demande en électricité et, par conséquent, les revenus d’Hydro Terre-Neuve-et-Labrador.

Ottawa promet aussi de ne pas forcer la province à payer des coûts supplémentaires liés à sa garantie de prêt fédéral si le projet n’est pas mené à terme d’ici la fin de l’année. Cette mesure permettra à la province d’économiser 150 millions à court terme, selon Dwight Ball.

Il n’y a pas de solution magique. Aucune politique va immédiatement résoudre cette situation, affirme le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O’Regan. Les mesures annoncées aujourd’hui vont aider la province à soutenir ce projet à court terme.

Seamus O’Regan ne voulait pas donner de détails sur les coûts supplémentaires que le plan pourrait engendrer pour le gouvernement fédéral. Mais il estime qu’Ottawa était obligé d’intervenir pour assurer la durabilité du projet.

L’opposition demande plus de détails

Les chefs des deux partis d’opposition se disent déçus que le gouvernement n’ait pas dévoilé un plan chiffré.

Ce que j’ai entendu, c’était que les deux partis vont négocier, déclare le chef de l’opposition, Ches Crosbie. Mais il y avait très peu de détails.

Faisant allusion au rapport de la Régie des services publics (RSP) dévoilé vendredi dernier, Ches Crosbie s’est dit particulièrement déçu qu’aucun nouveau financement fédéral n’ait été annoncé lundi.

Ce rapport présente une analyse selon laquelle la province devra dépenser environ 600 millions de dollars, à partir de 2021, pour empêcher les tarifs d’électricité de grimper en flèche.

Alison Coffin, cheffe du Nouveau Parti démocratique de Terre-Neuve-et-Labrador, fait le même constat.

Mme Coffin demande combien de temps la province espère maintenir les tarifs d’électricité à 13,5 cents le kilowattheure. Elle demande aussi si les plans d’électrification auront des répercussions sur la stratégie Advance 2030 du gouvernement libéral, qui vise à doubler la production du pétrole à Terre-Neuve-et-Labrador d’ici 2030.

Ils ont parlé de la décarbonisation aujourd’hui. Si on décarbonise localement, est-ce qu’on va aussi considérer, par exemple, la possibilité de ne plus investir dans la production pétrolière dans notre province?

Dwight Ball sollicitait auprès d'Ottawa un financement de 200 millions de dollars pour aider à atténuer les hausses de tarifs depuis avril 2019.

Au cours de la dernière décennie, le coût du mégaprojet de Muskrat Falls a presque doublé, en atteignant les 13 milliards de dollars. Le barrage devait commencer à produire de l'électricité en 2017.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !