•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerces de Winnipeg subissent les contrecoups du coronavirus

Un homme debout dans une salle. Derrière lui, une affiche qui montre les monuments de plusieurs capitales dans le monde.

Guangrui (Ray) Jin, entrepreneur de Winnipeg, s'inquiète pour l'avenir de son entreprise si le coronavirus continue de se répandre en Chine.

Photo : Fournie par / Guangrui (Ray) Jin

Radio-Canada

Le nouveau coronavirus qui paralyse la vie économique dans de nombreux secteurs d’activité en Chine a des répercussions sur des entreprises de Winnipeg, selon des entrepreneurs.

Le propriétaire de l’agence de voyages Aomogo Travel, Guangrui (Ray) Jin, dit recevoir d’innombrables appels de personnes qui veulent annuler leur voyage en Chine. Cette situation crée un manque à gagner pour l’entrepreneur dont les revenus proviennent principalement de la vente de billets.

Si les choses continuent ainsi, je serai peut-être contraint de fermer mon entreprise, dit-il.

Le gouvernement canadien demande à la population d’éviter les voyages non essentiels en Chine en raison de l'épidémie.

Le visage d'un homme.

Dan Henrickson explique que les professeurs d’anglais veulent annuler leurs contrats avec sa société, Teach ESL China parce qu’ils ne souhaitent pas aller en Chine.

Photo : Radio-Canada

Les conséquences économiques liées à la montée du coronavirus se font également sentir dans l’entreprise Teach ESL China , qui permet aux professeurs d'anglais de trouver du travail à Shenzhen, en Chine.

Selon le directeur, Dan Henrickson, certains enseignants préfèrent annuler leur voyage, et d’autres choisissent de travailler à distance.

M. Henrickson affirme que le nouveau coronavirus aura des conséquences économiques plus à long terme sur la Chine.

Cet avis est aussi celui du professeur associé en stratégie économique à l’Université du Manitoba Victor Cui, qui rappelle le manque à gagner créé par l’annulation des activités du Nouvel An dans plusieurs régions en Chine.

Le Nouvel An lunaire équivaut à notre Noël, mais il est plus long. C’est comme 15 jours de fête, explique M. Cui. L’an dernier seulement, l’industrie de la restauration a rapporté environ 200 milliards de dollars canadiens.

Conséquences mondiales

M. Cui précise que de nombreuses entreprises dans le monde dépendent de l’économie chinoise, pour leurs importations et leurs exportations.

Si la Chine cesse de produire des choses ou retarde la livraison de tout ce dont nous avons besoin, nous allons voir les conséquences dans les prochains mois ou le prochain trimestre, dit-il.

Il souligne que les ventes de porc manitobain à la Chine pourraient en souffrir.

Avec des informations de Danelle Cloutier, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Commerce