•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film Parasite triomphe et entre dans l'histoire des Oscars

L'équipe du film « Parasite ».

Le film « Parasite » est le grand vainqueur de la 92e cérémonie des Oscars.

Photo : Reuters / MARIO ANZUONI

Radio-Canada

Parasite, du Sud-Coréen Bong Joon-ho, est devenu dimanche soir le tout premier long métrage en langue étrangère à gagner le trophée du meilleur film dans l'histoire des Oscars. Avec quatre statuettes, le film sort grand gagnant de cette 92e cérémonie des Oscars. Les Canadiennes et Canadiens en lice dans plusieurs catégories sont repartis les mains vides.

Le sacre de Parasite, du réalisateur Bong Joon-ho, constitue un énorme coup de théâtre alors que 1917, de Sam Mendes, était favori.

Ça semble complètement surréaliste. J'ai l'impression qu'on va me frapper et que je vais me réveiller.

Bong Joon-ho, réalisateur de Parasite
Bong Joon-ho tient l'Oscar dans sa main droite.

Le réalisateur Bong Joon-ho accepte l'Oscar du meilleur film étranger pour « Parasite ».

Photo : Reuters / MARIO ANZUONI

En s'imposant dans la catégorie reine, le film Parasite a parachevé une soirée historique en cumulant les prix du meilleur film, du meilleur réalisateur pour Bong Joon-ho, du meilleur film étranger et du meilleur scénario original.

En recevant son Golden Globe le mois dernier, Bong Joon-ho avait lancé avec humour au public : Quand vous aurez surmonté la barrière des deux centimètres de sous-titres, vous découvrirez des films étonnants.

C'est le premier film sud-coréen à triompher dans la catégorie du meilleur film étranger, auparavant nommée « meilleur film en langue étrangère ».

On dirait qu'un moment très important dans l'histoire est en train de se jouer, s'est exclamée sur scène la productrice du film, Kwak Sin-ae, applaudie par le gratin de l'industrie du cinéma.

Un premier Oscar pour l'acteur Brad Pitt

Déjà sacré aux Golden Globes, Brad Pitt était archifavori dans la catégorie de l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour sa performance dans Il était une fois à Hollywood (Once Upon a Time in... Hollywood). Visiblement ému, il s'est, pour une fois, départi de son détachement légendaire et a évoqué sa déjà longue carrière.

Je suis un peu sous le choc. Je ne suis pas le genre à regarder en arrière, mais [cet Oscar] m'y pousse.

Brad Pitt

Il s'est souvenu de son arrivée à Hollywood, sur un coup de tête, et de l'actrice Geena Davis et du réalisateur Ridley Scott qui lui ont donné [sa] première chance, dans le film Thelma et Louise il y a près de 30 ans.

"Il était une fois à Hollywood", tout est dit, a-t-il conclu, en référence au film de Quentin Tarantino pour lequel il a été récompensé.

Brad Pitt tient son Oscar dans ses mains.

L'acteur Brad Pitt pose avec l'Oscar qu'il a reçu dimanche soir.

Photo : Reuters / LUCAS JACKSON

Après avoir rendu hommage à l'équipe du film, il a salué tout particulièrement les cascadeurs, dont la profession est peu reconnue à Hollywood et qu'il met en lumière dans son rôle de Cliff Booth, doublure de la vedette Rick Dalton.

Les yeux humides, il a terminé en évoquant sa famille. Ceci est pour mes enfants, qui ont une influence sur tout ce que je fais, a-t-il déclaré.

Laura Dern couronnée

L'année 2020 sera celle de Laura Dern : après un Golden Globe, l'actrice américaine a remporté dimanche l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation d'une avocate vengeresse et manipulatrice dans Récit d'un mariage (Marriage Story), couronnement d'une carrière remplie de succès à la télévision comme au cinéma.

C'est le meilleur des cadeaux d'anniversaire, a déclaré l'actrice, qui fêtera lundi ses 53 ans.

Laura Dern embrasse son Oscar.

L'actrice Laura Dern et son Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle

Photo : Reuters / LUCAS JACKSON

Laura Dern avait déjà été récompensée ces dernières années par Hollywood, avec un prix Emmy et un Golden Globe pour son rôle de cadre ambitieuse dans la série Big Little Lies.

Révélée en 1986 dans Blue Velvet, de David Lynch, qui l'a fait jouer dans d'autres longs métrages, elle a aussi bien tourné pour des cinéastes indépendants que dans des films à gros budget, comme Jurassic Park.

Joaquin Phoenix, Oscar du meilleur acteur

Vedette énigmatique et acteur aux choix exigeants, Joaquin Phoenix a été primé pour avoir interprété le personnage principal dans le film controversé Joker. Il s'agit du premier Oscar pour le comédien de 45 ans, qui avait déjà été nommé trois fois auparavant, dont deux fois pour un rôle principal.

Joaquin Phoenix sert son Oscar dans ses mains.

C'est un Joaquin Phoenix ému qui a reçu son premier Oscar, pour son rôle dans « Joker ».

Photo : Reuters / MARIO ANZUONI

Je déborde de reconnaissance, a-t-il dit, visiblement ému, en recevant la précieuse statuette. Je ne sais pas ce que je serais sans l'amour du cinéma, a-t-il affirmé

Retour gagnant aux Oscars pour Renée Zellweger

La comédienne d'origine texane Renée Zellweger a reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle de Judy Garland dans le film biographique Judy.

Les trois artistes posent avec leurs Oscars.

L'actrice Renee Zellweger, entourée de Joaquin Phoenix et de Brad Pitt, lors la 92e cérémonie des Oscars

Photo : Reuters / LUCAS JACKSON

Après ses premiers succès à la fin des années 1990, Renée Zellweger avait rapidement conquis le monde du cinéma, décrochant trois nominations de suite aux Oscars pour Le journal de Bridget Jones (2002), Chicago (2003) et Retour à Cold Mountain, qui lui a valu en 2004 la statuette de la meilleure actrice dans un second rôle.

Par la suite, sa carrière avait progressivement et inexplicablement ralenti. En 2010, Renée Zellweger avait fini par se mettre en retrait des tournages.

Le son de ma voix m'était devenu insupportable : il était temps de m'en aller et de grandir un peu, avait-elle affirmé par la suite, disant avoir eu trop longtemps besoin de retrouver des rapports normaux avec ses contemporains, dans l'anonymat.

Transformée, elle s'était remise en selle en 2016 en participant à différents films d'envergure modeste, à commencer par la suite du célèbre Journal de Bridget Jones, qui l'avait révélée au grand public.

Il aura toutefois fallu attendre Judy et sa performance dans le rôle de l'enfant prodige devenue grande pour sceller son retour, à 50 ans, dans la cour des grands.

Judy Garland n'a pas reçu les honneurs qu'elle méritait en son temps, a déclaré Renée Zellweger sur la scène des Oscars.

Mme [Judy] Garland, vous êtes certainement parmi les héroïnes qui nous unissent et nous définissent, et [cette récompense] est sans aucun doute pour vous.

Renée Zellweger, actrice

Les déçus de la soirée

Construit comme un plan séquence de deux heures, 1917 doit se contenter de trois prix : l'Oscar de la meilleure photographie pour Roger Deakins, et deux autres dans des catégories techniques.

Vive déception également pour le très respecté Martin Scorsese, dont le thriller politico-mafieux produit par Netflix, The Irishman, repart sans rien malgré 10 nominations. Les acteurs Al Pacino et Joe Pesci ainsi que Martin Scorsese lui-même figuraient parmi les personnes nommées.

Martin Scorsese a tout de même reçu un hommage appuyé et émouvant de Bong Joon-ho, rappelant qu'il avait étudié ses films à l'école.

Maigre moisson enfin pour Quentin Tarantino, dont le film Il était une fois à Hollywood constitue pourtant une ode à Los Angeles et au cinéma. Le long métrage est reparti avec seulement deux Oscars au total, dont un d'entre eux a été remis à Brad Pitt, meilleur acteur dans un second rôle, aux côtés de Leonardo DiCaprio.

Pas d'Oscars pour les Canadiens

Plusieurs Canadiens et Canadiennes avaient une chance de remporter des prix dimanche soir, mais personne représentant le pays n'a reçu de statuette.

Meryam Joobeur, réalisatrice tunisienne et américaine établie à Montréal depuis 11 ans, était en lice dans la catégorie du meilleur court métrage de fiction pour son film Brotherhood. Sa productrice, Maria Gracia Turgeon, l'a accompagnée à Los Angeles. Cependant, les deux femmes sont reparties bredouilles.

les deux femmes posent collées, souriantes

La productrice Maria Gracia-Turgeon (g) et la réalisatrice Meryam Joobeur (d)

Photo : Maria Gracia-Turgeon

Dean DeBlois, originaire de Gatineau, était nommé dans la catégorie du meilleur film d'animation pour Dragons : le monde caché (How to Train Your Dragon), qu'il a écrit et réalisé. Toutefois, l'Oscar a été attribué au film Histoire de jouets 4.

Quant au Vancouvérois Dennis Gassner, il était nommé pour son travail sur les décors du film 1917, mais l'Oscar est allé à Barbara Ling et Nancy Haigh pour Il était une fois à... Hollywood.

L'Ontarien Sami Khan, coréalisateur du court métrage documentaire St. Louis Superman, et les ingénieurs de son canadiens Paul Massey et David Giammarco sont également restés assis dans leur siège.

Des statuettes pour Pixar, Elton John et les Obama

Si les Obama n'ont pas participé directement à la production du film American Factory, vainqueur dans la catégorie du meilleur documentaire, l'ex-couple présidentiel a contribué à la distribution du film, en achetant les droits de distribution.

Félicitations à Julia [Reichert] et Steven [Bognar], les réalisateurs derrière American Factory, pour avoir raconté une histoire si complexe et touchante au sujet des conséquences humaines de changements économiques déchirants, a écrit Barack Obama sur Twitter.

Barack et Michelle Obama avaient acquis les droits d'American Factory, long métrage sur le choc des cultures dans une usine de l'Ohio rachetée par un entrepreneur chinois, diffusé par Netflix.

Soulignons aussi que l'Oscar de la meilleure chanson a été attribué au chanteur Elton John et à Bernie Taupin pour (I'm Gonna) Love Me Again, utilisée dans le film Rocketman, qui raconte la vie d'Elton John.

Quant à Histoire de jouets 4, un long métrage du studio Pixar (Disney), il a reçu dimanche l'Oscar du meilleur film d'animation, succédant à Histoire de jouets 3, qui avait également décroché le prix en 2011. C'est le dixième Oscar pour le studio Pixar dans cette catégorie, qui a été créée en 2002.

La voix de Billie Eilish pour rendre hommage aux disparus

La cérémonie des Oscars a aussi été l'occasion de saluer la mémoire de Kirk Douglas, l'un des derniers monstres sacrés de l'âge d'or du cinéma, décédé mercredi à l'âge de 103 ans, et de celle de la vedette du basketball Kobe Bryant, qui été primé en 2018 pour un court métrage d'animation consacré à sa carrière.

Reprenant Yesterday, la jeune Billie Eilish, révélation des prix Grammy, a chanté en l'honneur des personnalités du monde du cinéma, qui nous ont quittés au cours de l'année écoulée.

Les finalistes ainsi que les gagnants et les gagnantes (en gras) des Oscars

Meilleur film

Ford contre Ferrari 

The Irishman 

Jojo 

Joker 

Les filles du docteur March 

Récit d’un mariage 

1917 

Il était une fois à... Hollywood 

Parasite 

 

Meilleur réalisateur

Bong Joon-ho (Parasite)

Sam Mendes (1917)

Todd Phillips (Joker)

Martin Scorsese (The Irishman)

Quentin Tarantino (Il était une fois à... Hollywood)

 

Meilleure actrice

Cynthia Erivo (Harriet)

Scarlett Johansson (Récit d’un mariage)

Saoirse Ronan (Les filles du docteur March)

Charlize Theron (Scandale)

Renée Zellweger (Judy)

 

Meilleur acteur

Antonio Banderas (Douleur et gloire)

Leonardo DiCaprio (Il était une fois à… Hollywood)

Adam Driver (Récit d’un mariage)

Joaquin Phoenix (Joker)

Jonathan Pryce (Les deux papes)

 

Meilleure actrice dans un second rôle

Kathy Bates (Le cas Richard Jewell)

Laura Dern (Récit d’un mariage)

Scarlett Johansson (Jojo)

Florence Pugh (Les filles du docteur March)

Margot Robbie (Scandale)

 

Meilleur acteur dans un second rôle

Tom Hanks (Un ami extraordinaire)

Anthony Hopkins (Les deux papes)

Al Pacino (The Irishman)

Joe Pesci (The Irishman)

Brad Pitt (Il était une fois à... Hollywood)

 

Meilleur scénario adapté

Steven Zaillian (The Irishman)

Taika Waititi (Jojo Rabbit)

Todd Phillips et Scott Silver (Joker)

Greta Gerwig (Les filles du docteur March)

Anthony McCarten (Les deux papes)

 

Meilleur scénario original

Rian Johnson (À couteaux tirés)

Noah Baumbach (Récit d’un mariage)

Sam Mendes et Krysty Wilson-Cairns (1917)

Quentin Tarantino (Il était une fois à... Hollywood)

Bong Joon-ho et Han Jin Won (Parasite)

 

Meilleur film étranger

La communion (Boże Ciało), de Jan Komasa (Pologne)

Honeyland, de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov (Macédoine du Nord)

Les misérables, de Ladj Ly (France)

Douleur et gloire (Dolor y gloria), de Pedro Almodóvar (Espagne)

Parasite, de Bong Joon-ho Drapeau (Corée du Sud)

 

Meilleur film d'animation

Dragons 3 : le monde caché, de Dean DeBlois, Bradford Lewis et Bonnie Arnold

J'ai perdu mon corps, de Jérémy Clapin et Marc du Pontavice

Klaus, de Sergio Pablos, Jinko Gotoh et Marisa Román

Monsieur Link, de Chris Butler, Arianne Sutner et Travis Knight

Histoire de jouets 4, de Josh Cooley, Mark Nielsen et Jonas Rivera

 

Meilleure chanson

I Can't Let You Throw Yourself Away dans Histoire de jouets 4 – paroles et musique : Randy Newman

(I'm Gonna) Love Me Again dans Rocketman  paroles et musique : Bernie Taupin et interprétée par Elton John et Taron Egerton

I'm Standing With You dans Breakthrough – paroles et musique : Diane Warren

Dans un autre monde dans La reine des neiges 2 – paroles et musique : Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez

Stand up dans Harriet – paroles et musique : Joshuah Brian Campbell et Cynthia Erivo

 

Meilleure musique de film

Joker  Hildur Guðnadóttir

Les filles du docteur March – Alexandre Desplat

Récit d’un mariage – Randy Newman

1917 – Thomas Newman

Star wars, épisode IX : l'ascension de Skywalker – John Williams

 

Meilleur court métrage d'animation

Dcera (Daughter), de Daria Kashcheeva

Hair Love, de Matthew A. Cherry  et Karen Rupert Toliver

Kitbull, de Rosana Sullivan et Kathryn Hendrickson

Mémorable, de Bruno Collet et Jean-François Le Corre

Sister, de Siqi Song

 

Meilleur court métrage de fiction

Brotherhood, de Meryam Joobeur et Maria Gracia Turgeon

Nefta Football Club, de Yves Piat et Damien Megherbi

The Neighbors' Window, de Marshall Curry

Saria, de Bryan Buckley et Matt Lefebvre

A Sister (Une sœur), de Delphine Girard

 

Meilleur film documentaire 

American Factory, de Steven Bognar, Julia Reichert et Jeff Reichert

The Cave, de Feras Fayyad, Kirstine Barfod et Sigrid Dyekjær

The Edge of Democracy, de Petra Costa, Joanna Natasegara, Shane Boris et Tiago Pavan

Pour Sama, de Waad Al-Kateab et Edward Watts

Honeyland, de Ljubo Stefanov, Tamara Kotevska et Atanas Georgiev

 

Meilleur court métrage documentaire

In the Absence, de Yi Seung-Jun et Gary Byung-Seok Kam

Learning to Skateboard in a Warzone (If You're a Girl), de Carol Dysinger et Elena Andreicheva

Des vies en suspens, de John Haptas et Kristine Samuelson

St. Louis Superman, de Smriti Mundhra et Sami Khan

Walk Run Cha-Cha, de Laura Nix et Colette Sandstedt

Meilleure direction photo

The Irishman  Rodrigo Prieto

Joker – Lawrence Sher

The Lighthouse – Jarin Blaschke

1917  Roger Deakins

Il était une fois à... Hollywood – Robert Richardson

 

Meilleur montage de son

Ford contre Ferrari  Donald Sylvester

Joker – Alan Robert Murray

1917 – Oliver Tarney et Rachael Tate

Il était une fois à... Hollywood – Wylie Stateman

Star wars, épisode IX : L'ascension de Skywalker – Matthew Wood et David Acord

 

Meilleur montage

Ford contre Ferrari  Michael McCusker et Andrew Buckland

The Irishman – Thelma Schoonmaker

Jojo Rabbit – Tom Eagles

Joker – Jeff Groth

Parasite – Yang Jinmo

 

Meilleurs effets visuels

Avengers : phase finale – Dan DeLeeuw, Russell Earl, Matt Aitken et Dan Sudick

The Irishman – Pablo Helman, Leandro Estebecorena, Nelson Sepulveda-Fauser et Stephane Grabli

Le roi lion – Robert Legato, Adam Valdez, Andrew R. Jones et Elliot Newman

1917  Guillaume Rocheron, Greg Butler et Dominic Tuohy

Star wars, épisode IX : L'ascension de Skywalker  Roger Guyett, Neal Scanlan, Patrick Tubach et Dominic Tuohy

 

Meilleurs décors

The Irishman – Bob Shaw et Regina Graves

Jojo Rabbit – Ra Vincent et Nora Sopková

1917 – Dennis Gassner et Lee Sandales

Il était une fois à... Hollywood  Barbara Ling et Nancy Haigh

Parasite – Lee Ha-joon et Cho Won-woo

Meilleur mixage de son

Ad Astra – Gary Rydstrom, Tom Johnson et Mark Ulano

Ford contre Ferrari  Paul Massey, David Giammarco et Steve A. Morrow

Joker – Tom Ozanich, Dean A. Zupancic et Tod A. Maitland

1917  Mark Taylor et Stuart Wilson

Il était une fois à... Hollywood – Michael Minkler, Christian P. Minkler et Mark Ulano

Meilleurs costumes

The Irishman  Sandy Powell et Christopher Peterson

Jojo Rabbit  Mayes C. Rubeo

Joker – Mark Bridges

Les filles du docteur March  Jacqueline Durran

Il était une fois à... Hollywood – Arianne Phillips

 

Meilleurs maquillage et coiffure

Scandale  Kazuhiro Tsuji|Kazu Hiro, Anne Morgan et Vivian Baker

Joker – Nicki Ledermann et Kay Georgiou

Judy – Jeremy Woodhead

Maléfique : le pouvoir du mal – Paul Gooch, Arjen Tuiten et David White

1917 – Naomi Donne, Tristan Versluis et Rebecca Cole

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts