•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De retour à Montréal, Laurent Duvernay-Tardif est encore sur un nuage

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Il fait la pose pour une photo devant une réplique du trophée Vince-Lombardi en glace.

Laurent Duvernay-Tardif sera de retour à Kansas City l'an prochain.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

L’enfant chéri du football montréalais est de retour dans la métropole après la victoire de son équipe, les Chiefs de Kansas City, au Super Bowl.

Laurent Duvernay-Tardif est devenu, le 2 février, le premier Québécois à remporter l’ultime confrontation du football américain.

Invité par la mairesse de Montréal à un événement public dans le cadre de la Fête des neiges, au parc Jean-Drapeau, dimanche, il a eu l'occasion auparavant de dévoiler ses états d'âme lors d'une conférence de presse très courue.

Il a répété qu'il a vécu les plus beaux moments de sa vie quand sa copine, Florence Dubé-Moreau, et ses parents l'ont rejoint sur le terrain quelques minutes après la fin du match.

Tout souriant, le garde à droite des Chiefs est arrivé à Montréal samedi et s'est donné deux semaines pour vivre à fond les célébrations de ce championnat.

Duvernay-Tardif et son agent, Sasha Ghavami, n'ont pas pu confirmer si le trophée Vince-Lombardi fera une apparition à Montréal.

« Je sais que Sasha a appelé les responsables à la NFL pour leur dire : "On a besoin d'avoir le trophée à Montréal!" »

« Ce n'est pas comme la coupe Stanley, a précisé Ghavami. Chaque joueur champion du Super Bowl n'a pas une journée avec le trophée, mais on travaille là-dessus. »

Duvernay-Tardif s'est remémoré une semaine forte en émotions, de la fin de match échevelée à l'amour des partisans à Kansas City.

« On était tellement sur l’adrénaline, d’exécuter les jeux, l’énergie de Patrick, et tout à coup les confettis descendaient et je voyais mes parents, ma copine.

Je n’ai jamais vu ma mère pleurer de joie comme ça. En un instant, tu te rends compte que tous ces efforts ont valu le coup. C’était vraiment émouvant. Et après ça, de voir mes amis au-dessus, dans les gradins, qui m’encourageaient, ç'a été incroyable.

Laurent Duvernay-Tardif

« Un autre moment qui m’a marqué, c’est le retour à Kansas City. Normalement, quand la saison se termine, c’est sur une défaite, mais ce n’était pas le cas cette année. Je me souviens, le mardi soir, de voir des gens camper dans la rue.

« Pour une ville de 400 000 habitants, de voir plus d’un million de personnes se déplacer pour nous encourager, ça m’a frappé à ce moment-là. »

Avec une carrière en médecine qui l'attend, Duvernay-Tardif n'a pas voulu se prononcer sur son avenir dans le sport professionnel. « J'ai plus de football joué qu'il ne m'en reste... Je retourne à Kansas City l'année prochaine et après ça, on verra. »

Par ailleurs, Duvernay-Tardif a indiqué qu'il serait prêt à aller à la Maison-Blanche avec son équipe, si les Chiefs décident d'y aller.

« Je ne vais pas parler de mes opinions politiques, mais je ne suis jamais allé à Washington, si l’équipe y va, j’y vais. Je pense que ça sera intéressant.

« Avec le football en général, je n’approuve pas tout ce qui se passe, côté politique dans la NFL. Mais ce qui est important, c’est d’accepter le moment et de se forger sa propre opinion. »

En raison des politiques de l'administration Trump, les Warriors de Golden State n'ont pas fait la traditionnelle visite au bureau ovale, contrairement aux Nationals de Washington.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !