•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Paris à Edmonton, une créatrice de costumes choisit de s’établir en Alberta

Claude Bellefeuille et Jérémy Baudet.

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir travaillé pendant plusieurs années dans le monde de la mode parisien, c’est en Alberta que la créatrice de costumes Camille Paris a choisi de s'installer.

Présentement à la maîtrise en scénographie à l’Université de l’Alberta, elle a créé les costumes de la pièce Shakespeare’s Dog, à l’affiche jusqu’au 15 février au Timms Centre For The Arts à Edmonton.

Pour un créateur de costumes comme Camille Paris, le costumier de l’Université de l’Alberta est une véritable caverne d’Ali Baba.

Pour un concepteur, c’est vraiment le paradis ici, dit-elle en fouillant dans les étagères du costumier.

Autour d’elle, des centaines de costumes en tout genre sont suspendus. Souliers, uniformes, cravates, robes, jeans de tous les styles, perruques : c’est ici que la conceptrice de costumes vient s’approvisionner pour confectionner ses créations.

Camille Paris montre une grande toge rouge dans le costumier.

Selon Camille Paris, le costumier de l'Université de l'Alberta regorge de trésors pour les concepteurs de costumes.

Photo : Radio-Canada

J’ai utilisé beaucoup de cuir pour cette pièce parce que le père de Shakespeare était un travailleur dans le cuir. Il faisait des gants, raconte-t-elle en fouillant dans un bac rempli de morceaux de cuir.

De Paris à Edmonton

Après avoir étudié à l'École supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux en France, puis à l’École nationale de théâtre à Montréal, Camille Paris a travaillé en scénographie au Québec puis pour plusieurs grandes marques de mode à Paris, comme Dior ou encore Vogue.

Elle a cependant décidé de revenir au Canada, plus précisément à Edmonton, pour faire sa maîtrise en scénographie, il y a un an.

Il y a beaucoup de productions théâtrales et pas mal de travail ici, dit-elle.

Camille Paris pose dans le costumier.

Camille Paris a travaillé dans le milieu de la mode parisien pendant 7 ans avant de venir s'installer en Alberta.

Photo : Radio-Canada

Elle ajoute que les grands espaces albertains et le calme d’Edmonton sont une grande source d’inspiration.

Ce qui m'impressionne ici, c'est le silence. À Paris ça n'existe pas, mais c'est quelque chose qui permet d'entrer en soi et d'avoir plus d'idées plus vite, explique-t-elle.

C'est d'ailleurs cette créativité que Camille Paris a dû mettre à profit pour la pièce Shakespeare's Dog, dans laquelle le monde animal fantastique côtoie constamment le monde des hommes.

La pièce produite par l'Université de l'Alberta raconte l'ascension de William Shakespeare vers la célébrité à travers les yeux de son chien Hooker.

Les costumes de la pièce Shakespear's Dog.

Camille Paris a créé les costumes de la pièce Shakespeare's Dog, produite par l'Université de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada

Le plus gros défi, ça a été les humains. Il y a une jeune femme qui comprend le langage des chiens et c'était difficile de l’amener dans le monde du sauvage tout en gardant des habits réguliers, explique-t-elle.

Une expérience canadienne enrichissante

Après sa maîtrise, la jeune créatrice espère rester en Alberta.

« Je suis bien ici et j’aime l’hiver donc je suis servie. »

— Une citation de  Camille Paris, créatrice de costumes

Selon elle, les méthodes de travail canadiennes lui permettent d’ajouter une corde à son arc.

Ça ouvre l’esprit d’avoir une expérience canadienne parce que c’est complètement différent de la manière de fonctionner en France. Là-bas on aime la spécialisation tandis qu’ici c’est tout ouvert. Le fait que j’ai touché à tout est une force qu’on me reconnaît, explique-t-elle.

La pièce Shakespeare’s Dog sera à l'affiche au Timms Centre For The Arts à Edmonton jusqu'au 15 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !