•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des véhicules de la GRC rendus hors d'usage lors du conflit Coastal GasLink

Un policier est debout devant une dépanneuse.

L'agent James Spoor observe en janvier des entrepreneurs qui viennent retirer des obstacles sur un pont près de Houston.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

Plusieurs véhicules de la Gendarmerie royale du Canada ont été endommagés par des « pics métalliques » placés sur le chemin forestier menant au chantier controversé de l'oléoduc Coastal GasLink, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Les véhicules ont été mis hors d'usage, explique la GRC, après avoir dépassé le point de contrôle de la police fédérale situé au kilomètre 27 du chemin forestier de Morice Ouest. L'endroit est le point de départ d'une zone d'exclusion mise en place par la GRC « pour donner suite à une injonction de la Cour suprême de la Colombie-Britannique ».

La police cherche à mettre en vigueur l'injonction exigeant le démantèlement d'une barrière et ordonnant à toute personne qui perturbe le projet de Coastal GasLink, près du pont de la rivière Morice, de retirer tous les obstacles.

Un certain nombre de personnes ont été arrêtées samedi, a constaté une journaliste de CBC sur le terrain. La police entend aussi lancer une enquête criminelle après s'être aperçue que des poutres de support d'un pont semblent avoir été sciées.

Deux policiers tirent une brouette sur laquelle est allongé un manifestant qui s'oppose au gazoduc Coastal GasLink.

Des policiers retirent un manifestant d'un camp d'opposants du pipeline Coastal GasLink.

Photo : Radio-Canada / Chantelle Bellrichard

Un long gazoduc

Le gazoduc que veut construire Coastal Gaslink Pipeline, une filiale de TC Energy, vise à transporter du gaz naturel liquéfié de la région de Dawson Creek vers Kitimat, sur la côte nord de la Colombie-Britannique.

Quatre personnes ont été arrêtées vendredi par la GRC. Elle a ajouté que les barrages routiers érigés par les opposants au projet ont retardé le transfert des personnes arrêtées vers le détachement de la GRC de Houston. Un de ces barrages empêchait la sortie des véhicules de Coastal GasLink, ce qui, selon la police, allait à l'encontre de l’injonction.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !