•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la ferme à homme fort professionnel

Jean-François Caron

Jean-François Caron a plus d'une victoire à son actif (archives).

Photo : Randall J. Strosse / IronMind

Radio-Canada

L'homme fort originaire de Les Hauteurs, Jean-François Caron, était de passage dans sa région natale cette semaine. Celui qui a remporté neuf fois le championnat canadien des hommes forts explique comment son expérience en agriculture lui a servi dans la conquête de ses titres.

Dans le cadre des journées laitières, bovines et ovines du Bas-Saint-Laurent, l’homme fort est venu s'adresser à des travailleurs du monde agricole.

L’école de la ferme

En travaillant à la ferme, Jean-François Caron a appris l’endurance et la discipline.

J’ai appris à travailler fort

Une citation de :Jean-François Caron, homme fort professionnel

En mettant autant d’efforts à s'entraîner qu’à travailler la terre, le succès était assuré, pense l’homme fort qui a réussi son pari.

Jean-François Caron en entrevue avec Radio-Canada.

Jean-François Caron était de passage dans sa région natale.

Photo : Radio-Canada

Quitter la ferme pour donner son 100 %

Pour compétitionner à l’international, le champion a dû faire des choix importants. Afin de pouvoir se donner à 100% et de croire en ses chances, Jean-François Caron a quitté son emploi en agriculture.

Je me suis dit, si je veux performer à 100 %, je ne peux pas continuer à travailler 40-50 heures par semaine dans une job normale.

Une citation de :Jean-François Caron, homme fort professionnel

Jean-François Caron se prépare maintenant pour la compétition Arnold Classic. L’homme fort a d’ailleurs réalisé son meilleur soulevé de terre en carrière à cet événement en 2018 avec une pesée de 1021 livres.

Avec les informations de Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !