•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger : la Ville d'Ottawa admet avoir payé 4,5 M$ à RTM en septembre

Les usagers s'entassent en grand nombre des deux côtés des rails.

Les usagers s'entassent sur le quai de la station Tunney's Pasture en raison de retards du train léger en pleine heure de pointe.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Atkinson

Radio-Canada

La Ville d'Ottawa, qui affirmait depuis des semaines ne pas avoir payé pour l'entretien du train léger, a avoué avoir versé 4,5 millions de dollars à Rideau Transit Maintenance (RTM) en septembre.

La Ville avait une obligation contractuelle de payer RTM pour le mois de septembre, selon le directeur des opérations d'OC Transpo, Troy Charter. Or la Ville maintenait jusqu'ici ne pas avoir versé d'argent pour les mois de septembre et octobre. Le dirigeant d'OC Transpo, John Manconi, avait même assuré à la presse le 6 novembre dernier avoir retenu les paiements pour ces deux mois. Il avait alors affirmé que le maire a ordonné de ne pas payer RTM jusqu'à ce que les problèmes aient été réglés.

Vendredi, M. Charter a confirmé qu'un paiement de 4 562 000 $ a été effectué à la mi-novembre, mais que RTM n'a pas reçu un cent depuis. RTM est une filiale du Groupe Rideau Transport (GRT), qui a construit la ligne de la Confédération pour 2,1 milliards de dollars. RTM est mandatée par GRT pour l'entretien et la mise en service du train. Le contrat d'un milliard de dollars qui les lie est d'une durée de 30 ans.

Un paiement lié au service... sauf le premier mois

La Ville paie à RTM un montant mensuel pour les services d'entretien si ce service répond aux exigences décrites dans le contrat. Parmi celles-ci, les trains doivent parcourir un nombre minimal de kilomètres par mois pour que RTM reçoive un paiement complet.

Troy Charter, directeur des opérations d'OC Transpo

Troy Charter, directeur des opérations d'OC Transpo

Photo : Radio-Canada / CBC/Matthew Kupfer

Le contrat stipule toutefois que la Ville doit payer RTM le premier mois après le lancement de la ligne, peu importe le niveau de service offert par la filiale de GRT. Troy Charter souligne devoir suivre le contrat à la lettre, mais utiliser les failles du service pour négocier les prochains paiements prévus pour RTM.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun