•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert ferroviaire appelle à la prudence à la suite d'un déraillement en Saskatchewan

La scène du déraillement, avec de la fumée noire et des camions qui interviennent.

Un train du Canadien Pacifique transportant du pétrole brut a déraillé près de Guernsey en Saskatchewan jeudi.

Photo : La Presse canadienne / Matt Smith

Le président du Fonds mondial du patrimoine ferroviaire, Denis Allard, croit qu’il est trop tôt pour sauter aux conclusions à la suite du déraillement d’un train près de Guernsey en Saskatchewan. Il souligne qu’il est préférable d’attendre un rapport d’Ottawa.

Denis Allard croit que ce rapport va permettre de savoir si l’accident du 6 février en Saskatchewan est dû au matériel roulant ou encore à l’infrastructure.

Il réitère que si le problème est au niveau des infrastructures, les compagnies ferroviaires vont avoir besoin d’une aide gouvernementale puisqu’ils « n’ont pas l’argent pour tout refaire à neuf » explique-t-il.

Denis Allard dit aussi que le déraillement de Guernsey est arrivé à un moment critique puisque le budget du gouvernement fédéral pourrait inclure des subventions qui vont permettre aux compagnies de chemin de fer de redresser leur niveau de sécurité et d’offrir un mode de transport sécuritaire.

En réaction au déraillement près de Guernsey jeudi, le ministre Marc Garneau a publié un ordre ministériel d’une durée de 30 jours pour réduire la vitesse des trains qui transportent des matières dangereuses.

Il a reconnu que sa décision « peut avoir un impact sur l’économie, mais [que] la sécurité ferroviaire est [sa] priorité. »

Même son de cloche de la part de Denis Allard, qui reconnaît que la réduction de vitesse des trains qui transportent des matières dangereuses aura un impact sur l’économie, car les compagnies vont devoir mettre en circulation plus de trains ce qui devrait augmenter le coût du transport par chemin de fer.

Avec les informations d’Aimée Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !