•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête ouverte après un décès dans une prison du Labrador

L’an dernier, la province avait demandé une enquête indépendante sur quatre morts en moins d’un an.

Le Centre correctionnel du Labrador.

Photo d'archives du Centre correctionnel du Labrador

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La police a ouvert une enquête sur la mort d’un homme de 22 ans au Centre correctionnel du Labrador le 6 février. L’homme, dont l’identité n’a pas été divulguée, est de Natuashish, une communauté innue.

Découvert seul et inanimé dans une cellule, il a été transporté de la prison située à Happy Valley-Goose Bay vers un hôpital, où son décès a été constaté le même jour, indique la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Terre-Neuve-et-Labrador.

La police a annoncé la mort vendredi matin. Dans une déclaration, le ministère provincial de la Justice et de la Sécurité publique indique qu’il procédera à une enquête interne dès que l’enquête policière sera terminée.

Une autre enquête

La mort d’un autre détenu fait déjà l’objet d’une enquête de la Force constabulaire royale de Terre-Neuve. Un coroner a conclu que Jonathan Henoche, 33 ans, a été victime d’un homicide au Pénitencier de Sa Majesté, à Saint-Jean, le 6 novembre 2019.

Henoche était détenu en attendant son procès pour le meurtre de Regula Schule, une femme de 88 ans, en 2016.

Selon le réseau CBC, une altercation entre Henoche et des agents correctionnels, qui aurait été filmée par des caméras de surveillance, serait survenue peu avant sa mort.

Plusieurs morts en prison et des poursuites

En dix mois, d’août 2017 à juin 2018, quatre personnes sont mortes en détention dans les prisons provinciales de Terre-Neuve-et-Labrador.

Montage photo des quatre personnes ayant perdu la vie dans les prisons de Terre-Neuve-et-Labrador entre août 2017 à juin 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Samantha Piercey, Chris Sutton, Doug Neary et Skye Martin

Photo : Courtoisie

Doug Neary, 37 ans, s’est enlevé la vie le 31 août 2017 au Pénintencier de Sa Majesté; Skye Martin, 27 ans, est morte en s’étouffant avec son repas au Centre correctionnel de Clarenville le 21 avril 2018; Samantha Piercey, 28 ans, a été retrouvée morte à la prison de Clarenville le 26 mai 2018 et les autorités ont conclu à un suicide; Chris Sutton, 32 ans, s’est suicidé au pénitencier à Saint-Jean le 30 juin 2018.

Des poursuites ont été intentées contre le gouvernement provincial relativement aux décès de Doug Neary, Skye Martin et Samantha Piercey.

Le Dr David Craig, un psychiatre controversé qui est engagé dans les prisons de Terre-Neuve-et-Labrador par le ministère provincial de la Justice, est l’un des défendeurs dans les poursuites intentées relativement aux décès de Skye Martin et de Samantha Piercey. Dans ces deux cas, les familles accusent le médecin de ne pas avoir prescrit aux deux femmes les médicaments dont elles avaient besoin.

Des plaintes contre ce psychiatre remontent à au moins 2004, selon CBC. En 2011, le représentant du citoyen de Terre-Neuve-et-Labrador, Barry Fleming, dont le rôle est celui d’un ombudsman pour la province, avait même réclamé sans succès que le Dr Craig soit relevé de ses fonctions dans les prisons provinciales.

Enquête sur les morts en détention

Les quatre décès survenus en prison en 2017 et 2018 ont fait l’objet d’une enquête indépendante menée par une surintendante à la retraite de la Force constabulaire royale de Terre-Neuve, Marlene Jesso. Elle a conclu à une incapacité systémique à répondre aux besoins en santé mentale.

Son rapport faisait 17 recommandations, notamment de mettre sur pied une unité de soins en santé mentale adéquatement pourvue en personnel spécialisé; d’envisager des solutions de rechange à l’incarcération dans certains cas; de réduire la consommation et le trafic de stupéfiants au Pénintencier de Sa Majesté; de remplacer ce dernier établissement par une nouvelle prison moderne.

Mme Jesso avait de plus statué que les agents correctionnels n’auraient rien pu faire pour sauver la vie des quatre personnes mortes en détention en 2017 et 2018.

Avec les informations de La Presse canadienne et CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Terre-Neuve-et-Labrador

Justice et faits divers