•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : les autorités de la santé à l'Î.-P.-É. recommandent l'isolement volontaire

Des mains qui tiennent un masque.

Il n'y a pour l'instant aucun cas confirmé de coronavirus en Atlantique.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik/CBC

Radio-Canada

Les autorités de la santé à l'Île-du-Prince-Édouard demandent aux personnes qui rentrent de la région de Wuhan, en Chine, de s'isoler volontairement afin d'éviter de propager le coronavirus. Mais cette directive arrive après que des insulaires, qui ont voyagé près de l'épicentre du virus, ont décidé de se mettre eux-mêmes en quarantaine de façon préventive.

Il n'y a pour l'instant aucun cas confirmé de coronavirus en Atlantique.

Le bureau de la médecin-chef en santé publique de l'Île-du-Prince-Édouard demande tout de même aux personnes qui ont voyagé dans la province chinoise de Hubei, où se trouve la ville de Wuhan, de s'isoler volontairement pendant 14 jours en restant chez eux et en n'allant ni à l'école ni au travail.

Un homme et une femme sont assis et discutent.

Hanson Cheng dit que sa famille s'est isolée de façon préventive pendant deux semaines dans sa résidence de l'Île-du-Prince-Édouard après le retour de Chine de sa conjointe Eva Duan.

Photo :  CBC / Steve Bruce

Le bureau de la Dre Heather Morrison a émis cette directive, jeudi, étant donné l'évolution de la dynamique de l'épidémie en Chine et dans le monde.

Toutefois, des familles de l'Île-du-Prince-Édouard n'ont pas attendu la directive de la province avant de se mettre en quarantaine. Hanson Cheng dit que sa famille s'est isolée de façon préventive pendant deux semaines après le retour de Chine de sa conjointe Eva Duan. Leur fils de 12 ans n'est pas allé à l'école pendant cette période.

Eva Duan est restée toute seule dans une chambre.

Le plus difficile [pour ma conjointe], c'était qu'elle ne pouvait pas nous voir, mon fils et moi. Un autre défi pour mon fils était qu'il ne pouvait pas aller à l'école. Il a manqué beaucoup de cours.

Hanson Cheng, résident de l'Île-du-Prince-Édouard

La famille de Hanson Cheng n'a montré aucun signe du coronavirus pendant deux semaines. Elle est maintenant sortie de son isolement volontaire.

Richard Yu, un épicier d'origine chinoise établi à Charlottetown, dit qu'il a livré de la nourriture à des familles qui se sont isolées volontairement. Selon lui, les mesures pour éviter la propagation du coronavirus sont tellement différentes d'une région à l'autre, et d'un pays à l'autre, que plusieurs insulaires ont préféré faire preuve de prudence.

Il y a trop d'information. Il est donc probable que certaines familles se disent que le risque [de propagation du virus] est élevé et qu'elles préfèrent rester à la maison.

Richard Yu, épicier à Charlottetown

La directive émise par les autorités de la santé à l'Île-du-Prince-Édouard s'aligne sur celles émises par la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador.

Vendredi, plus de 200 Canadiens qui étaient coincés depuis plusieurs jours dans la région de Wuhan, en Chine, sont revenus au pays à bord de deux avions nolisés par les gouvernements canadien et américain. Ils amorcent maintenant une quarantaine de 14 jours à Trenton, en Ontario, à la base aérienne des Forces canadiennes.

L'épidémie de pneumonie virale a contaminé 31 161 personnes en Chine continentale, dont 636 mortellement, selon un dernier bilan officiel. Dans le reste du monde, 240 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont deux mortels, à Hong Kong et aux Philippines.

Avec des renseignements de CBC et de l'Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Santé publique