•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sort du Voyageur est scellé, mais celui du Vacancier demeure inconnu

Deux coques de navires où leur nom respectif est inscrit.

Le CTMA Voyageur et le CTMA Vacancier au quai de Cap-aux-Meules (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Isabelle Larose

La Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) s'est officiellement départie de son navire-cargo, le CTMA Voyageur, tandis que le sort du CTMA Vacancier demeure inconnu.

Le Voyageur, qui assurait principalement l'approvisionnement des marchandises aux Îles-de-la-Madeleine, a été vendu lundi à un armateur grec pour moins de 500 000 $.

Après 33 ans de service avec la CTMA, le bateau, construit au début des années 1970, battra désormais pavillon panaméen.

Le CTMA Voyageur amarré au quai de Matane

Le CTMA Voyageur amarré au quai de Matane

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le Voyageur était devenu trop petit, explique le directeur général de la CTMA. Il était désuet, en fin de vie utile, et il fallait trouver une solution.

En décembre dernier, la coopérative madelinienne a acquis, au coût de 12 millions de dollars, le Clipper Ranger, maintenant baptisé le CTMA Voyageur II. Il assurera le même rôle que son prédécesseur, avec une capacité de chargement de 53 remorques (plutôt que 22).

Le Clipper Ranger à quai à Matane.

Le CTMA Voyageur II, anciennement appelé le Clipper Ranger

Photo : Radio-Canada / Marie Kirouac

Parallèlement à l'achat de ce bateau, le gouvernement du Québec a prolongé le contrat de desserte des Îles-de-la-Madeleine, pour le volet cargo, avec la CTMA.

Le CTMA Voyageur est amarré à Montréal depuis le 5 septembre. Il a quitté l'archipel sans tambour ni trompette.

Il est parti quelques jours avant la fameuse tempête Dorian, mentionne M. Aucoin. Donc, il a fallu très rapidement armer le bateau pour le faire naviguer dans les eaux calmes. C’est pour ça qu’on n’a pas fait de cérémonie.

Le Vacancier : toujours en recherche de solutions

Le sort du CTMA Vacancier et des croisières entre Montréal et les Îles-de-Madeleine demeure toujours inconnu.

Aucune solution n'a encore été retenue, plus d'un an après que la CAQ a annulé les décrets concernant l'acquisition d'un bateau neuf et l'exploitation de celui-ci par la CTMA.

Le directeur général de la CTMA, Emmanuel Aucoin, rapporte que le volet croisière est toujours à l'étude et que la coopérative a la mission de présenter un plan d'affaires au gouvernement.

Le traversier est accosté au quai de Godbout.

Le CTMA Vacancier au quai de Godbout alors qu'il était affecté au remplacement du F.-A.-Gauthier. (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

On a l’objectif de présenter au gouvernement comment les croisières pourraient se faire à long terme, affirme M. Aucoin. Il y a un pont de communication et on travaille là-dessus.

On n’a pas établi d’échéancier, parce que, pour avoir un échéancier, il faut avoir des solutions identifiées. Mais, à ce jour, on est encore à la recherche de solutions.

Emmanuel Aucoin, directeur général de la CTMA

Emmanuel Aucoin qualifie le processus d’« assez long ». Il faut comprendre qu’il y a des enjeux probablement plus grands que ceux de CTMA, admet-il.

De con côté, le maire des Îles-de-la-Madeleine soutient que tous les partenaires du dossier avancent dans la même direction. Oui, c’est long, admet Jonathan Lapierre, c’est très long. Il y a eu une période de latence en 2019, entre janvier et juin, mais par la suite, on a corrigé le tir. On a répondu aux questions soulevées par le gouvernement. Maintenant, on est en mode proactivité.

On se rencontre régulièrement sur le sujet. On a clarifié à la fin de l’été et au cours de l’automne qui fait quoi dans le dossier.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Bateau usagé?

M. Aucoin confirme que l'acquisition d'un bateau usagé fait dorénavant partie des scénarios envisagés, contrairement à l’ancienne volonté des libéraux de financer un bateau neuf pour remplacer à la fois le CTMA Voyageur et le CTMA Vacancier.

Il y a plus d’un an, il y avait une volonté d’un bateau neuf, avec une volonté politique forte. Maintenant, je pense que l’appétit est différent.

Emmanuel Aucoin, directeur général de la CTMA

Est-ce le scénario privilégié à l'heure actuelle? On est à la recherche du meilleur scénario, qui va nous permettre d’avoir un navire le plus rapidement possible. Tous les scénarios sont sur la table, se contente de dire le maire Jonathan Lapierre.

Les croisières : un outil de développement

Le directeur général de la CTMA tient aussi à préciser que le volet croisière de l’entreprise doit être abordé avec un angle différent de celui de la desserte maritime.

En ce sens, le maire des Îles-de-la-Madeleine précise que cet aspect relève exclusivement du ministère de l'Économie et de l'Innovation, et non du ministère des Transports.

Pour l’organisation CTMA, affirme Emmanuel Aucoin, la priorité, c’est d’assurer l’approvisionnement. C’était ça la mission première de la desserte. Le volet passager est un volet de développement économique. L’angle qu’on a, c’est de dire qu’on est un partenaire du développement économique.

Il poursuit : Je pense que ça revient à la communauté et aux partenaires locaux – que ce soit la chambre de commerce ou l’association touristique – de travailler avec le gouvernement et de voir comment la viabilité du service de croisières peut être intéressante.

La communauté est regroupée autour de ce projet-là, assure le maire Jonathan Lapierre. Il est toujours pertinent parce qu’il crée des emplois et génère du développement économique et des retombées pour notre archipel.

Radio-Canada est en attente de réponses du ministère de l'Économie et de l'Innovation dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports