•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compostage à Landrienne: un modèle pour d'autres municipalités?

Des aliments sont disposés dans un bac à compost.

Un projet pour traiter les aliments est mis en place à Landrienne, La Corne, Saint-Mathieu-d'Harricana et Saint-Félix-de-Dalquier.

Photo : iStock

Le projet de compostage mis en place dans les municipalités de Landrienne, La Corne, Saint-Marc-de-Figuery et Saint-Félix-de-Dalquier fera l'objet d'une étude au cours des 12 prochains mois pour tester sa viabilité à long terme.

Ces quatre municipalités ont fait le choix d'un système de compostage thermophile fermé, une technologie encore jamais utilisée pour une collecte porte-à-porte au niveau municipal. La Fédération canadienne des municipalités et le gouvernement du Canada injectent 465 000 $, dans le cadre du Fonds vert municipal, pour financer un projet-pilote qui permettra de voir si cette technologie peut être utilisée ailleurs dans le monde municipal.

Le maire de Landrienne, Guy Baril, voit dans cette étude une belle opportunité de mieux connaître les avantages et les inconvénients du système mis en place.

Ça va nous servir à vraiment à aller plus loin dans ce qu’on veut réaliser, explique-t-il. On va travailler à mettre en place une base de connaissances et de recherches. Dans un an, on va être capable de dire quelles sont les conditions à mettre en place pour un tel projet dans une municipalité. On va faire ressortir les éléments à considérer, mais aussi ceux qui posent obstacles.

Un cylindre positionné sous un dôme traite les aliments.

Le système de compostage thermophile fermé fera l'objet d'une étude au cours des 12 prochains mois.

Photo : Gracieuseté : Municipalité de Landrienne

L'étude permettra notamment de déterminer la capacité réelle de traitement de l'usine construite à Landrienne et établir le meilleur plan de collecte porte-à-porte pour les quatre municipalités. On cherchera aussi à établir quelles sont les conditions de réussite d'un tel projet en territoire nordique.

Le froid est un enjeu réel, souligne le maire Baril. On le voit bien quand les matières arrivent gelées à l'usine. Pour pouvoir les traiter dans le composteur, ça prend de la chaleur et il a fallu ajuster nos opérations. C'est le genre d'information qu'on pourra partager à toutes les municipalités.

En rodage

D'abord annoncée pour décembre, la collecte porte-à-porte des matières organiques a débuté en janvier dans les quatre municipalités. La réponse de la population est déjà bonne, selon le maire de Landrienne, qui ajoute que les prochaines semaines serviront de période de rodage.

On aura sûrement un meilleur aperçu d'ici la fin mars. La réponse des gens est bonne, mais plusieurs personnes attendent que le bac soit plein avant de le déposer, ce qui fait en sorte que la collecte est variable. Une fois que les quatre municipalités auront pris leur rythme, on sera en mesure de mieux préciser le volume qu’on pourrait traiter, dans un bassin de population de 3500 personnes, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !