•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bush et Blair candidats au prix Nobel de la paix

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain et le premier ministre britannique sont proposés par un député norvégien, qui estime que le renversement de Saddam Hussein a posé les fondations de la démocratie en Irak.

Le président américain, George Bush, et le premier ministre britannique, Tony Blair, sont au nombre des candidats au prix Nobel de la paix 2004. Les deux dirigeants ont été proposés par le député norvégien Jan Simonsen, qui estime que les deux dirigeants doivent être récompensés pour avoir osé prendre la décision de lancer une guerre en Irak sans avoir le soutien de l'ONU. Selon lui, le renversement de Saddam Hussein a posé les fondations de la démocratie en Irak.

Mais, selon des spécialistes, George Bush et Tony Blair n'ont aucune chance de l'emporter, puisque la vaste majorité des Norvégiens, dont des membres du comité du prix Nobel de la paix, s'opposaient à la guerre en Irak.

L'Union européenne, le pape Jean-Paul II, le dissident cubain Oswaldo Paya et l'Armée du Salut sont aussi en lice.

Parmi les autres candidats connus figurent la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, otage des Forces armées révolutionnaires de Colombie, et l'ancien gouverneur de l'Illinois George H. Ryan, qui a commué toutes les peines de mort prononcées dans son État en peines de prison.

Le groupe de pression pour la lutte contre le sida Treatment Action Campaign et son président, le Sud-Africain Zackie Achmat sont également en lice.

L'an dernier, le Nobel de la paix avait été attribué à la militante iranienne des droits de l'Homme Shirin Ebadi, première femme musulmane à recevoir ce prix plus que centenaire.

Le nom du lauréat 2004 sera connu en octobre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.