•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passionné de sirop d'érable sur l’île de Vancouver

Un homme tient une bouteille de sirop d'érable devant sa cabane à sucre.

Bill Sanderson décrit son amour pour le sirop d'érable comme une véritable passion.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Radio-Canada

Originaire de l’Ontario où, enfant, il visitait chaque printemps les érablières de son patelin natal, Bill Sanderson a transformé le parfum sucré de ses souvenirs en réalité en construisant sa propre cabane à sucre.

Alors que l'arrivée des températures froides sur l'île de Vancouver soulève la grogne de certains Britanno-Colombiens, pour M. Sanderson, c'est l'occasion de profiter des douceurs parfumées des érables entourant son chalet improvisé.

Je sors les cruches et chaque jour, je n’ai qu’à aller vérifier si ce sera une bonne journée, raconte-t-il.

Tous les jours, je me réveille excité.

Bill Sanderson

La sève d’érable coule lorsque les températures nocturnes sont inférieures à zéro et que les températures diurnes lui sont supérieures, explique M. Sanderson.

Plan serré de la sève s'égouttant d'un érable.

Le temps froid sur l'île de Vancouver signifie que la sève commence à couler.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Au fond de sa cabane en bois aux abords du lac Shawnigan, repose un vieux réservoir d'huile qu’il a transformé en poêle à bois. Dans une casserole en acier inoxydable, il dépose la sève amassée et la porte à ébullition.

Selon la teneur en sucre, ça va m’apporter environ un litre de sirop, précise-t-il. En règle générale, 40 litres de sève donnent un litre de sirop d’érable.

Le festival annuel du sirop d'érable Big Leaf qui se tient à Duncan, dans la vallée de Cowichan, en était à sa 13e édition cette année. Je crois que ça gagne en popularité, conclut M. Sanderson.

Bill Sanderson debout devant sa cabane à sucre.

Le « Sugar Shack » existe depuis deux ans.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Pour s’assurer d'obtenir le meilleur produit possible, il est membre d'un groupe sur les réseaux sociaux qui compte près de 2000 membres, des amateurs et des producteurs de sirop d'érable de la Colombie-Britannique, mais aussi des États de Washington et de l'Oregon.

J’apprends beaucoup de choses de gens merveilleux qui partagent tout ce qu'ils savent, se réjouit-il.

Avec les informations de Sterling Eyford

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Art de vivre