•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux ruraux ne fermeront pas, mais le gouvernement pourrait fusionner des services

Plan serré de l'affiche de Services de santé Alberta sur un édifice.

Plusieurs des 57 autres recommandations d’Ernst & Young sont cependant toujours à l'étude. Le rapport de la firme suggère par exemple de réduire le personnel et plus particulièrement le nombre d’infirmières autorisées.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

De petites municipalités albertaines sont soulagées d'apprendre que le gouvernement albertain ne compte pas fermer leurs hôpitaux ni leurs bases d'ambulances aériennes, contrairement à ce que lui conseille un récent rapport sur les finances de Services de santé Alberta. Plusieurs autres recommandations de ce rapport soulèvent toutefois des inquiétudes sur l'accessibilité aux soins loin des centres urbains.

Dès la publication du rapport de la firme Ernst & Young, le ministre de la Santé, Tyler Shandro, a écarté certaines de ses recommandations, dont celle de fermer des hôpitaux moins fréquentés pour économiser de l’argent.

Après le léger mouvement de panique ressenti chez les maires de municipalités rurales, le porte-parole du Ministère a précisé mercredi que toutes les bases d’ambulances aériennes resteront ouvertes pour le moment.

« L’Alberta a signé un contrat de 10 ans pour les bases d’ambulances aériennes, l’an dernier. Ce contrat sera maintenu », a déclaré le porte-parole Steve Buick par courriel.

Le maire de Lac Labiche, Omer Moghrabi, a dit qu'il s'agissait d'« excellentes nouvelles », et le maire de Peace River, Tom Tarpay, a également poussé un soupir de soulagement.

« Je crois que le ministre a reconnu que nous avons besoin d’étudier ces recommandations plus en profondeur », dit-il.

Une cour albertaine a cependant ordonné une révision judiciaire du contrat en question, ce qui signifie qu’il pourrait potentiellement être annulé. Dans un tel cas, le ministère de la Santé affirme qu’il s’efforcera de maintenir les services dans toutes les bases.

De possibles fusions de services suscitent des craintes

Plusieurs des 57 autres recommandations du rapport d’Ernst & Young sont cependant toujours à l'étude, notamment une réduction de personnel et plus particulièrement du nombre d’infirmières autorisées.

Pour ce qui est des milieux ruraux, le rapport conseille de fermer certains services sous-utilisés pendant la nuit ou de les fusionner à d’autres.

Le Dr Noel Dacunha, qui travaille dans la petite ville de Westlock, 90 km au nord d’Edmonton, s’inquiète.

« Si on réduit le niveau de service au point où on ne peut plus offrir des soins raisonnablement complets et sécuritaires en tout temps [....] cela peut potentiellement mener à une situation dangereuse où des patients se présentent en s’attendant à obtenir un service qu’on ne peut pas fournir », dit-il.

Il est déjà fréquent pour les patients dans les milieux ruraux de se rendre très loin de chez eux pour obtenir des soins, selon la conseillère municipale du comté de Brazeau, Kara Westerlund. Ainsi, l’hôpital local, à Drayton Valley, n’a pas de services de maternité.

Plusieurs femmes se rendent donc dans des hôpitaux plus lointains pour accoucher.

« Dans notre communauté, il y a plein d’histoires de mamans qui accouchent sur l’autoroute 16 en route vers la ville », dit-elle.

Services de santé Alberta étudie actuellement les recommandations du rapport d’Ernst & Young et devrait présenter un plan pour implanter certaines d’entre elles d'ici 100 jours.

Avec les informations de Jordan Omstead et d'Ariel Fournier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Santé publique