•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

150e anniversaire du Manitoba : les Métis organiseront leurs propres célébrations

Une pancarte de Manitoba 150.

Louis Riel est peu représenté dans le matériel promotionnel de Manitoba 150.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Thibault Jourdan

La Fédération métisse du Manitoba (MMF) a décidé d’organiser ses propres manifestations pour célébrer le 150e anniversaire du Manitoba. Selon son président, la MMF n'aurait pas été invitée ni consultée au sujet de la planification des célébrations.

La province travaille depuis plusieurs années sur les célébrations du 150e anniversaire du Manitoba. Le premier ministre manitobain, Brian Pallister, avait même en partie justifié le déclenchement anticipé des élections provinciales par cet anniversaire.

Le président de la MMF, David Chartrand, affirme que son organisation, qui représente les Métis du Manitoba, n’a pas été invitée pour l’élaboration des festivités de cette année.

Tensions de longue date entre Pallister et la MMF

Malheureusement, nous avons une situation, au Manitoba, où nous avons un gouvernement, et un premier ministre en particulier, qui ont une vision très négative envers le peuple métis, a déclaré David Chartrand lors d’une entrevue.

Brian Pallister en conférence de presse est interrogé par des journalistes.

Brian Pallister

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

Cette attaque est la dernière en date dans la relation tendue entre le chef métis et Brian Pallister.

Cette bataille des mots a démarré en 2018, lors de l’annulation, par Brian Pallister, de deux accords entre la province, Hydro-Manitoba et les Métis, pour un total de 87 millions de dollars. Le premier ministre avait alors qualifié les sommes de ces ententes d’argent de persuasion. La MMF poursuit la province pour tenter de renverser la décision du premier ministre.

Maintenant, le premier ministre veut nous punir tous, et punir notre histoire, ajoute David Chartrand. Malheureusement, la politique s’est immiscée [dans les célébrations].

On va continuer à célébrer [le 150e anniversaire du Manitoba], vous pouvez me croire! On ne va pas laisser le premier ministre détruire la possibilité de s’amuser, partager notre histoire et aller de l’avant en tant que province unie.

David Chartrand, président de la MMF

Manitoba 150 séparé du gouvernement

La coprésidente bénévole du comité Manitoba 150, Monique LaCoste, assure que le conseil d’administration de l’organisme est séparé du gouvernement. Elle balaie ainsi les soupçons d’ingérence, alors que la province a fourni 5 des 7 millions de dollars qui constituent son budget.

Deux personnes s'expriment sur un podium.

Le comité Manitoba 150 avait annoncé trois programmes qui serviront à financer les initiatives communautaires dans le cadre du 150e anniversaire de la province.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michelle Borduas

Nous sommes un conseil d’administration indépendant, composé de bénévoles. Nous avons défini la vision qu’on appelle "Unis dans la célébration" comme thème général, dit-elle, tout en précisant que le conseil d’administration est en contact régulier avec le bureau de la ministre du Patrimoine, Cathy Cox.

Nous avons un accord de contributions avec le gouvernement, mais nous ne sommes pas une agence gouvernementale, précise Monique LaCoste en entrevue.

Nous avons des conversations avec la ministre pour déterminer quelles seront nos activités. Mais ce que nous allons annoncer la semaine prochaine est en grande partie venu des communautés.

Monique LaCoste, coprésidente bénévole de Manitoba 150

La MMF, invitée, a décliné

La coprésidente ajoute que le comité Manitoba 150 a invité David Chartrand à assister à une activité de lancement, en mars dernier, mais que celui-ci a répondu que la MMF ferait ses propres célébrations.

On respecte cela. On respecte le fait que des gens, partout dans la province, voudront probablement faire leurs propres choses.

Monique LaCoste précise qu’elle est elle-même membre de la MMF et détient une carte de Métis. Par ailleurs, elle assure avoir fait plusieurs propositions à des groupes métis pour qu’ils participent, notamment l’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba.

Louis Riel, le grand absent?

Il reste que, dans tout ce débat, le père fondateur du Manitoba, Louis Riel, Métis lui-même, est partiellement absent.

Il n’est quasiment pas mentionné dans le matériel promotionnel de Manitoba 150 et, sur le site Internet de l’organisation, son nom n’apparaît que dans trois paragraphes de deux lignes (Nouvelle fenêtre), dans une courte section résumant l’histoire du Manitoba qu'on peut lire dans la page À propos de nous.

Par ailleurs, aucune photo du chef métis n’apparaît sur le site de Manitoba 150 et, jeudi, l’unique photo historique publiée par le comité sur son compte Instagram était celle de William McTavish, le gouverneur de la Terre de Rupert en 1870.

Riel ne s’est pas battu que pour les Métis, mais pour tout le monde, rappelle David Chartrand, qui juge que le peuple métis et le gouvernement métis ne sont pas mis en avant.

Le président de la Fédération métisse du Manitoba, David Chartrand

Le président de la Fédération métisse du Manitoba, David Chartrand

Photo : Sean Kilpatrick/Presse canadienne

Avec son organisation, il compte bien rectifier cela à travers leurs propres manifestations et il affirme être en discussion avec le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, pour recevoir davantage de financement.

Vendredi, Steven Guilbeault a confirmé, lors d’une mêlée de presse à Ottawa, qu’il avait récemment rencontré David Chartrand.

Nous avons une bonne relation de travail avec les Métis et nous travaillons très dur pour faire en sorte qu’ils puissent, comme cela se doit, fêter leur 150e anniversaire.

De son côté, Monique LaCoste assure que des activités commémorant Louis Riel sont en préparation et qu’il est encore trop tôt pour juger si Manitoba 150 accorde assez de place au leader métis.

Je sais qu’il y a en ce moment un projet de loi d’initiative parlementaire devant le gouvernement, visant à reconnaître peut-être Louis Riel comme premier ministre fondateur. Dans mon coeur, il l’est de façon certaine, déclare celle qui est une descendante de l’un des conseillers du gouvernement provisoire de Louis Riel.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones