•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éoliennes à Anse-Bleue : sociétés financières de Toronto et coopérative mystérieuse

La ville de Toronto vue du dessus.

La ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Gallorini

La qualité des vents pour installer des éoliennes dans la toute petite communauté côtière d'Anse-Bleue au Nouveau-Brunswick séduit des dirigeants de sociétés financières à Toronto, si on se fie aux commentaires des promoteurs du parc éolien.

Anse-Bleue ferait donc tourner les têtes de financiers de la Ville-Reine depuis un certain temps déjà.

C'est ce qu'a révélé l'instigateur du projet et associé de l'entreprise Naveco Power, Daniel Brassard, pressé de questions par une foule bruyante massée dans le Centre des loisirs d'Anse-Bleue, dimanche dernier.

Les gens de Naveco sont assis à une table devant un groupe de citoyens assis sur des chaises.

Un citoyen s’adresse aux représentants de Naveco le 2 février 2020 à Anse-Bleue.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Avant que Bathurst soit dans le portrait, on avait déjà des investisseurs qui étaient suffisants pour démarrer un tel projet. Là, le gouvernement nous a demandé si on accepterait que Bathurst soit notre nouveau partenaire au niveau de 51 %. On a dit oui, avait expliqué Daniel Brassard lors de la réunion publique.

Ces investisseurs-là ont été mis sur la glace. Depuis que Bathurst s'est retirée, on est retournés à ces investisseurs-là. Ce sont des sociétés financières.

D'ailleurs, on les rencontre la semaine prochaine à Toronto.

Une citation de :Le promoteur Daniel Brassard, le 2 février dernier

Au gouvernement provincial, ni le ministère des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie ni celui de l'Environnement et des Gouvernements locaux n'a encore nié cette version des faits présentée par le promoteur.

Mike Holland, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie.

Mike Holland, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie.

Photo : Radio-Canada

Interrogé au sujet de ces sociétés financières de Toronto, le PDG de Naveco Power, Amit Virmani, n'a guère voulu en dire davantage.

Plusieurs sociétés financières sont intéressées à offrir du financement pour le projet. On ne peut pas divulguer les noms des institutions en raison d'ententes de confidentialité.

« Bien non », tranche Gaëtan Thomas

Questionné au Téléjournal Acadie sur la possibilité pour Naveco Power de se tourner vers des investisseurs de Toronto pour poursuivre le projet, le PDG d'Énergie Nouveau-Brunswick, Gaëtan Thomas, n'a pas laissé place aux interprétations.

Bien non. Une entité locale, il n’y a pas de façon de faire ça complètement de l’extérieur. Les règles sont claires là-dessus.

Une citation de :Gaëtan Thomas, PDG d'Énergie NB

Alors ils ont des investisseurs qui doivent être locaux et impliqués dans la relation avec la communauté, ajoute-t-il. Moi je ne suis pas inquiet de ça. S’ils ne peuvent pas trouver des personnes locales, et bien il va falloir qu’ils trouvent d’autres solutions.

Gaëtan Thomas, PDG d'Énergie N.-B., en entrevue au Téjéjournal Acadie.

Gaëtan Thomas, PDG d'Énergie N.-B., en entrevue au Téjéjournal Acadie.

Photo : Radio-Canada

Ce n'est « pas sûr » que le projet ira de l'avant

Gaëtan Thomas est-il certain que le projet de parc éolien à Anse-Bleue pourra aller de l'avant?

Je ne suis pas sûr, je veux dire, moi je n’ai pas été impliqué dans les consultations locales.

Une citation de :Gaëtan Thomas, PDG d'Énergie NB

C’est la responsabilité du développeur de faire cela, ajoute-t-il à ce propos.

Et évidemment, on sait comment ça va. J’ai eu des contacts avec la communauté directement aussi et on a partagé nos soucis avec les propriétaires; il faut qu'ils trouvent une façon de collaborer avec la communauté et de s’assurer qu’il y a une composante locale.

Une coopérative mystérieuse

À la réunion publique d'information, dimanche dernier à Anse-Bleue, Naveco Power et Daniel Brassard ont évoqué le modèle coopératif qu'ils proposent pour réaliser leur projet éolien.

La coopérative va être de propriété de 51 %, a indiqué Daniel Brassard. En ce moment, la coopérative est enregistrée sous un nom légal. Ça peut être des noms à numéros, je ne peux pas vous le confirmer.

On va juste changer le nom éventuellement pour refléter la saveur locale.

Une citation de :Daniel Brassard, promoteur éolien

Mais c'est incorporé. Tout le monde ici, s'ils veulent adhérer à la coopérative, a-t-il lancé à la foule dimanche. Il peut y avoir des investisseurs locaux. Ça peut être des investisseurs de la Nouvelle-Écosse aussi. Je ne le sais pas.

En décembre dernier, questionné au sujet du nom de cette coopérative qui serait déjà existante, Amit Virmani avait fait savoir qu'il ne s'en souvenait pas.

Mercredi, dans une réponse par courriel, il n'a pas voulu dire le nom de cette coopérative.

Amit Virmani, PDG de Naveco Power

Amit Virmani, PDG de Naveco Power

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

On ne peut pas divulguer plus d'informations à propos de la coopérative en ce moment, alors que nous travaillons de près avec nos avocats pour nous assurer qu'elle répond aux exigences financières réglementaires, avait-t-il indiqué, mercredi. Nous voulons demeurer conformes à la loi sur les valeurs mobilières avant de donner davantage d'informations.

La Coopérative de développement régional-Acadie est perplexe

La Coopérative de développement régional-Acadie n'a pas été sollicitée dans le but de créer une coopérative pour un parc éolien dans la région d'Anse-Bleue.

La CDR-Acadie est spécialisée dans l'accompagnement de nouvelles coopératives.

Depuis les 15 dernières années [...] il y a très très peu de projets de coopératives dans les régions francophones qui ont vu le jour sans qu'on joue un rôle d'accompagnement», affirme son directeur général.

Marc Henrie, directeur général de la Coopérative de développement régional-Acadie.

Marc Henrie, directeur général de la Coopérative de développement régional-Acadie.

Photo : Radio-Canada

Marc Henrie reconnaît que ce qu'il voit dans les médias au sujet d'un éventuel modèle coopératif pour un parc éolien à Anse-Bleue le fait sourciller.

Une coopérative c'est d'abord et avant tout une association de personnes qui veulent gérer, diriger une entreprise économique pour répondre à des besoins spécifiques, explique-t-il.

Ici, selon mes observations, je pense que c'est plutôt un promoteur privé qui veut peut-être proposer l'idée d'une coop pour faire passer son projet.

Une citation de :Marc Henrie, directeur général, CDR-Acadie

Le leadership

Il mentionne que certains facteurs contribuent à la réussite d'un projet coopératif. Le premier facteur et le plus important c'est le leadership, ce sont les personnes qui sont derrière le projet, insiste-t-il.

Ces personnes-là travaillent pour répondre à un besoin qui est le leur. On ne parle pas d'une autre organisation qui veut créer une coop, l'ouvrir et ensuite espérer que les gens viennent. Ce n'est pas comme ça qu'on crée une coopérative.

Ce n'est pas le même genre d'entreprise comme les autres même si une coop est une entreprise.

Une citation de :Marc Henrie, directeur général, CDR-Acadie

Naveco Power est l'entreprise qui est derrière cette coopérative. Son PDG, Amit Virmani, veut se faire rassurant en ce qui a trait à la propriété locale.

«Par la législation, les projets du Programme de production locale d'énergie renouvelable à petite échelle doivent être de propriété locale à au moins 51 %, comme une coopérative. Si tout va comme prévu, nous espérons que le projet sera la propriété à 100 % de gens du Nouveau-Brunswick».

Avec les renseignements de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !