•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Réseau national pour le développement de l’alphabétisme veut se réinventer

Mona Audet assise dans son bureau.

Selon la présidente du Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC), Mona Audet, l’organisme tel qu’il existe actuellement n’a plus d’employés depuis deux ans.

Photo : Radio-Canada

Laïssa Pamou

Le Réseau national pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC) cherche une nouvelle personne pour la direction générale qui aura pour principale mission de renouveler l'organisme d'alphabétisation en français.

La présidente du Réseau, Mona Audet, explique que l’organisme tel qu’il existe actuellement n’a plus d’employés depuis deux ans.

Depuis les coupes du gouvernement de Stephen Harper, le réseau a épuisé ses réserves financières et survit grâce au dévouement des membres du conseil d’administration qui croient en l'alphabétisation.

C’est le conseil d’administration qui allait à des rencontres avec des partenaires, c’est lui qui devait surveiller ce qui se passait partout au Canada en matière d'alphabétisation, dit Mona Audet.

Elle souligne que le projet de création d’une nouvelle structure, qui commence par le recrutement d’une personne à la direction générale, s’étendra jusqu’en 2024.

On doit remettre une organisation nationale ou un consortium en place, dit-elle.

Les premiers mois seront consacrés aux recherches en alphabétisation familiale et en gouvernance, d’après elle.

Selon elle, il faudra trouver comment unir l’alphabétisation anglophone au Québec et l’alphabétisation en français dans les autres provinces.

Financement

Pour mener à bien ce projet de réaction d’une nouvelle entité, Mme Audet affirme que le Réseau a reçu des fonds.

En août 2019, le RESDAC a signé une entente de financement avec Emploi et Développement social Canada (EDSC) pour la mise en place et le fonctionnement de la nouvelle organisation.

Une personne tient un livre ouvert qui n'a que des pages blanches.

Les services d'aide à l'alphabétisation des adultes sont encore difficiles à trouver en milieu francophone minoritaire.

Photo : iStock / klikk

Pour ce qui est de l’avenir du RESDAC tel qu’il existe actuellement, Mme Audet précise que tout dépendra des recommandations qui seront faites à la suite des recherches sur la gouvernance.

On espère que la nouvelle organisation va travailler en partenariat avec le RESDAC [actuel], dit-elle. Mais pour être honnête, on ne sait pas encore.

Mona Audet, qui est également la directrice générale de Pluri-elles, un organisme manitobain qui offre un programme d’alphabétisation, précise que l’alphabétisation comprend plusieurs sections importantes pour les apprenants et la société.

Lorsqu’on parle d’alphabétisation, on parle d’alphabétisation financière, informatique, langagière et bien d’autres, dit-elle.

Les provinces et les territoires doivent également appuyer les programmes d’alphabétisation pour une viabilité à long terme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Associations francophones