•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le monde entier réagit à la mort de Kirk Douglas

L'homme sourit.

Kirk Douglas au début des années 1940

Photo : Getty Images / AFP

Radio-Canada

De nombreuses personnalités, ainsi que les festivals de Cannes, Berlin et Venise, ont salué la mémoire de l’acteur américain Kirk Douglas, décédé mercredi à 103 ans. Celui qui a tourné dans plus de 100 films était l’un des derniers géants d’Hollywood.

Kirk a eu une belle vie et il laisse derrière lui des films pour les générations à venir, et le souvenir d’un philanthrope reconnu qui a œuvré pour le bien public et la paix dans le monde, a écrit son fils Michael Douglas en annonçant sa mort.

Kirk a gardé son charisme de vedette de cinéma jusqu’à la fin de sa vie merveilleuse, a souligné le cinéaste Steven Spielberg au magazine spécialisé The Hollywood Reporter, ajoutant que ses notes manuscrites, ses lettres et ses conseils paternels lui manqueraient.

Les quatre personnes regardent la caméra.

Michael Douglas, Annette Bening, Kirk Douglas et Danny DeVito en 2011 à Santa Barbara

Photo : Getty Images / Michael Buckner

103 ans sur cette terre. Ce n'est pas rien! C’était chouette de traîner avec toi, a de son côté écrit sur Twitter l’acteur Danny DeVito.

Des vedettes comme Mark Hamill et William Shatner ont également rendu hommage à un acteur inoubliable et une icône incroyable.

Quant à l’Académie des Oscars, qui pourrait lui réserver un hommage dimanche lors de sa grande cérémonie annuelle, elle s’est contentée de dire au revoir à une légende d’Hollywood avec une citation de Kirk Douglas lui-même rappelant qu’il avait voulu être acteur depuis l’école primaire. Le comédien sera inclus dans la section in memoriam, qui sera donc modifiée.

L'homme sourit.

Kirk Douglas en 1989 à Paris

Photo : Getty Images / Patrick Kovarik/AFP

Ancien président du jury de Cannes

En 1980, le Festival avait l’immense honneur d’accueillir Kirk Douglas à la tête d’un Jury qui couronna All That Jazz de Bob Fosse et Kagemusha d’Akira Kurosawa... Souvenirs émus de l’homme, hommage au comédien légendaire et pensées pour ses proches, a tweeté le Festival de Cannes.

C’était un très bel homme, qui avait beaucoup de prestance, un physique. On ne fait pas une carrière à Hollywood si on n’a pas ça. C’est l’équivalent des grands Burt Lancaster, Marlon Brando, Montgomery Clift, Gary Cooper, a indiqué de son côté à l’AFP l’ancien président du Festival Gilles Jacob à l’AFP. C’était un personnage entier, très puissant, qui s’est fait tout seul, qui avait une volonté farouche, a-t-il ajouté.

L'homme devant des micros tend la main.

Kirk Douglas est président du jury à Cannes en mai 1980.

Photo : Getty Images / Ralph Gatti/AFP

Kirk Douglas, qui parlait très bien français, était venu en compétition à Cannes avec L’emprise du crime, de Lewis Milestone (1947), et Histoires de détective (1952), de William Wyler, et y avait rencontré sa deuxième femme, Anne Buydens, avec qui il était marié depuis 1954. Il avait fait partie deux fois du jury, comme simple juré en 1970 puis comme président en 1980.

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la mort de la légende d’Hollywood Kirk Douglas, l’un des derniers géants de l’âge d’or du cinéma. Au cours de sa longue vie, il a reçu d’innombrables récompenses, dont un Ours d’or d’honneur, a réagi pour sa part le Festival du film de Berlin.

Au revoir, Kirk Douglas (1916-2020), a tweeté la Mostra de Venise, en publiant une photo de l’acteur à Venise en 1953 et en citant une de ses phrases : Tous les enfants sont des acteurs naturels, et je suis toujours un enfant.

Kirk Douglas reste immortel dans nos souvenirs et dans nos cœurs. Avec la vedette américaine se referme le grand livre d’or du cinéma américain et je perds avec lui une tendre amitié qui durait depuis 67 ans, a pour sa part déclaré Brigitte Bardot à l’AFP.

Des films marquants

De son vrai nom Issur Danielovitch Demsky, Kirk Douglas est né le 9 décembre 1916 à Amsterdam, petite ville de l’État de New York. Malgré son enfance misérable, ou peut-être à cause d’elle, ce fils de chiffonnier juif ayant fui la Russie n’avait d’yeux que pour le cinéma.

Après s’être enrôlé dans la marine durant la Seconde Guerre mondiale, il décroche de petits rôles avant de rencontrer enfin le succès avec un rôle de boxeur acharné dans Le champion en 1949.

Hollywood lui ouvre ses portes et il enchaîne les films, une centaine au total, dont les meilleurs deviennent des classiques, notamment 20 000 lieues sous les mers (1954) et Les sentiers de la gloire (1957) de Stanley Kubrick, qu’il retrouvera pour Spartacus (1960), un péplum qui en fera une vedette mondiale.

C’est d’ailleurs avec le mot-clef #IamSpartacus (je suis Spartacus) que nombre d'internautes lui ont rendu hommage mercredi soir sur les réseaux sociaux.

Kirk Douglas a aussi tourné dans de nombreux westerns comme La rivière de nos amours (1955), Seuls sont les indomptés (1962), La caravane de feu (1967), La route de l'ouest (1967) et Le reptile (1970).

Son grand regret

Malgré la gloire, les succès et trois nominations dans les années 1950, il n’a jamais obtenu d’Oscar au cours de sa carrière, son grand regret.

L'homme tient le trophée d'une main et salut de l'autre.

Le 25 mars 1996, Kirk Douglas reçoit un Oscar d'honneur pour sa carrière.

Photo : Getty Images / Tim Clark/AFP

La légende d’Hollywood aura dû attendre 1996 pour remporter un Oscar d’honneur récompensant l’ensemble de sa carrière. Il venait de subir une attaque cérébrale qui l’avait laissé paralysé d’un côté du visage, ce qui ne l’avait pas empêché de monter sur scène pour recevoir son prix et prononcer un discours.

Bien décidé à ne pas raccrocher les gants malgré ce handicap, Douglas l’entêté avait suivi une longue et pénible rééducation pour réapprendre à s’exprimer.

Les deux hommes sourient.

Kirk Douglas et son fils Michael Douglas en 2011

Photo : Getty Images / Michael Buckner

Il avait ainsi prêté sa voix à un personnage des Simpsons avant de faire des apparitions dans quelques films, comme Diamonds en 1999, où il incarnait un boxeur victime d’un AVC. Kirk Douglas avait retrouvé pour l’occasion son amie de toujours Lauren Bacall.

Après une attaque cardiaque en 2001, il avait retrouvé le chemin des plateaux pour Une si belle famille, où il figurait en 2003 aux côtés de son fils Michael, de son petit-fils Cameron et de son ex-femme, Diana Dill.

En 2009 encore, Kirk Douglas était remonté sur les planches d’un théâtre portant son nom près de Los Angeles pour quatre représentations d’un spectacle autobiographique.

Les quatre personnes posent pour les photographes.

Kirk Douglas, Catherine Zeta-Jones, Anne Douglas et Michael Douglas le 27 mars 2001 en Californie.

Photo : Chris Weeks/Liaison

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts