•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voitures électriques : le Nouveau-Brunswick est loin de sa cible

Une voiture électrique.

Une voiture électrique en plein chargement

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick n’atteindra pas cette année la cible en matière d’adoption des véhicules électriques établie dans son plan de lutte contre les changements climatiques.

Le gouvernement espérait compter 2500 véhicules électriques immatriculés dans la province en 2020, mais il n’y en a à l’heure actuelle que 429, indique Bill Breckenridge, sous-ministre adjoint à l’Énergie et aux Mines.

Bill Breckenridge a fait le point à ce sujet cette semaine devant le comité de l’Assemblée législative sur les changements climatiques et l’intendance de l’environnement.

Le prix de ces véhicules est encore élevé pour la moyenne des automobilistes, mais leur utilisation à long terme est bénéfique et requiert peu d’entretien, selon M. Breckenridge.

Un possible élargissement du rabais offert par le fédéral pourrait aider les automobilistes, ajoute-t-il.

Le programme fédéral offert depuis mai 2019 comprend des rabais à l’achat de véhicules à zéro émission pouvant atteindre 5000 $ selon le modèle. Plus de la moitié des fonds prévus sur trois ans pour ce programme est déjà dépensée. Le ministre des Transports, Marc Garneau, a parlé le mois dernier de la possibilité d’étendre le programme à l’achat de véhicules électriques d'occasion.

Trop chers aussi aux yeux du gouvernement Higgs

L’objectif de compter 2500 véhicules électriques dans la province est établi dans le plan formulé en 2016 par l’ancien gouvernement libéral de Brian Gallant. Le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs a aussi adopté ce plan peu après son accession au pouvoir en 2018.

La flotte même du ministère des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie ne comprend aucun véhicule électrique, a indiqué le sous-ministre Tom MacFarlane devant le comité de l’Assemblée législative.

Même en tenant compte du rabais offert par le fédéral, le prix des véhicules électriques est plutôt élevé pour le provincial comparativement au prix des véhicules traditionnels, explique M. MacFarlane.

D’autres représentants du ministère des Transports et de l’Infrastructure ont par la suite dit au comité de l’Assemblée législative que le gouvernement n’a aucune cible quant à l'inclusion de véhicules électriques dans sa propre flotte. Plusieurs ministères, dit-on, utilisent des véhicules plus lourds, dont des camionnettes, pour lesquels il n’existe pas encore d’équivalents électriques.

Le gouvernement Gallant avait acheté deux autobus scolaires électriques dans le cadre d’un projet pilote. L’an dernier, le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, a opté pour l’achat de 16 autobus au propane dans le cadre d’un nouveau projet pilote.

Les véhicules légers à essence ont émis 810 000 tonnes de gaz à effet de serre au Nouveau-Brunswick en 2017, selon les données du fédéral. Cela constitue 5,6 % de toutes les émissions de la province.

Les camions légers à essence ont émis pour leur part 1,1 million de tonnes de gaz à effet de serre. Les émissions totales liées au transport routier s’élevaient à plus de 3 millions de tonnes.

Jeff Carr en entrevue.

Le ministre de l’Environnement, Jeff Carr

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Le ministre de l’Environnement, Jeff Carr, a acheté un véhicule hybride dans le cadre de ses fonctions ministérielles. Il dit croire que les gens s’intéressent aux véhicules électriques, mais que leur prix élevé est une barrière dans bien des cas. Il compte lui-même en acheter un lorsque les prix auront baissé.

Plaidoyers pour plus de bornes de recharge

L’installation d’un plus grand nombre de bornes de recharge dans la province pourrait encourager les consommateurs à acheter des véhicules électriques, a ajouté Bill Breckenridge.

Le Nouveau-Brunswick compte 134 bornes de recharge de niveau deux, 28 bornes de recharge rapide et 48 bornes pour voitures Tesla, a-t-il indiqué au comité de députés.

La Commission de l’énergie et des services publics du Nouveau-Brunswick a rejeté en 2018 le plan d’Énergie NB qui souhaitait investir 1,3 million de dollars pour installer des bornes de recharge. La Commission a expliqué que ces infrastructures ne font pas partie des principales activités d’Énergie NB et que le secteur privé s’en occupait déjà.

Une voiture blanche devant des bornes de recharge électriques de la marque Tesla.

La province a maintenant 134 bornes de recharge et 48 bornes de recharge rapide pour les voitures Tesla. Sur cette photographie, on voit des bornes de recharge électriques Tesla installées en Saskatchewan. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Énergie NB a présenté le mois dernier un rapport d’expert selon lequel l’installation d’un plus grand nombre de bornes de recharge rapide encouragerait plus de consommateurs à acheter des véhicules électriques.

Tom MacFarlane a aussi reconnu que le ministère des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie n’a encore aucune stratégie pour atteindre les cibles prévues d’ici 2050 par une loi provinciale quant aux émissions de gaz à effet de serre, et ce, plus de trois ans après l’adoption du plan de lutte contre les changements climatiques.

Une telle stratégie est nécessaire, selon le chef du Parti vert, David Coon, pour guider le ministère lors de la prise de décision en matière d’énergie et pour progresser vers les cibles établies.

Le ministère travaille sur une stratégie en matière d’énergie et il reste encore beaucoup de travail à faire, explique M. MacFarlane.

La stratégie devrait déjà être en place, selon le porte-parole du Parti libéral en matière d’environnement, Andrew Harvey. Il s’est écoulé assez de temps, dit-il, en soulignant que le gouvernement actuel est au pouvoir depuis environ 14 mois.

Avec les renseignements de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !