•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : un premier avion rapatriant des Canadiens s'est posé à Vancouver

Un drapeau du Canada orne l'un des murs de l'avion. Des femmes en tuniques et lunettes s'activent.

Un drapeau du Canada orne l'un des murs de l'avion où ont pris place des Canadiens, qui ont décollé de Wuhan jeudi.

Photo : Courtoisie : Myriam Larouche/La Presse canadienne

Radio-Canada

Un premier groupe de Canadiens a quitté la région de Wuhan, en Chine, épicentre de l'épidémie de coronavirus 2019-nCoV. Leur avion s'est posé à Vancouver, en Colombie-Britannique, vers 21 h, heure locale (minuit, heure normale de l'Est).

En tout, 176 passagers se trouvaient à bord de l'Airbus A330 de la compagnie Hi Fly Malta nolisé par Ottawa, a indiqué Affaires mondiales Canada.

En point de presse, jeudi midi, le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne avait confirmé que des Canadiens prenaient place à bord du vol de Wuhan. La liste originale dressée par Ottawa comptait 211 noms, mais certaines personnes ne se sont pas présentées à l'aéroport, a-t-il dit.

Le ministre Champagne a rappelé que d'autres Canadiens pourront prendre place à bord d'un avion affrété par le gouvernement américain. Cet appareil de la compagnie Kalitta Airlines est aussi arrivé à Wuhan et il est prévu qu'il décolle peu après l'appareil de Hi Fly Malta, a-t-il précisé.

Ces deux vols permettront de rapatrier les deux tiers des 347 personnes qui ont demandé l'aide d'Ottawa pour quitter la région, a ajouté le chef de la diplomatie canadienne. Ce chiffre est en baisse, puisque l'ambassadeur canadien en Chine, Dominic Barton, avait plutôt parlé de 373 personnes mercredi.

Des gens sont assis dans un avion. Une femme vêtue d'une tunique et d'un masque circule dans l'allée.

Des Canadiens ont pris place à bord d'un avion afin de quitter Wuhan, épicentre de l'épidémie du nouveau coronavirus.

Photo : Courtoisie : Myriam Larouche/La Presse canadienne

Conséquemment, le gouvernement Trudeau va bel et bien envoyer un deuxième appareil à Wuhan pour rapatrier les Canadiens laissés en plan, a confirmé M. Champagne. Jusqu'à nouvel ordre, il est prévu que cet avion décolle de Wuhan le 10 février pour arriver au Canada le lendemain.

Tous les Canadiens et résidents permanents du Canada qui ont quitté Wuhan aujourd'hui se dirigent vers la base militaire de Trenton, en Ontario, où ils devront demeurer en quarantaine pendant 14 jours, afin d'éviter tout risque de propagation de la pneumonie virale.

Les deux appareils feront précédemment une escale à Vancouver. Celui de Hi Fly Malta fera le plein avant de reprendre sa route vers Trenton, tandis que celui de Kalitta Airlines déposera les Canadiens qui se trouveront à bord. Ces derniers seront transportés vers Trenton par un autre vol.

Les passagers doivent subir des tests médicaux avant de prendre leur vol à Wuhan, afin d'éviter qu'une personne contaminée ne monte à bord. Une équipe de six travailleurs de la santé sera à bord de l'appareil pour la durée du vol. Si un passager devait développer des symptômes à bord, il sera immédiatement isolé.

Tous les passagers subiront de nouveaux tests à leur arrivée à Trenton.

Plusieurs personnes masquées sont debout derrière une table devant laquelle a été installé un drapeau canadien.

Tout le personnel présent au bureau installé par les autorités canadiennes à l'aéroport de Wuhan jeudi est masqué, montre cette photo prise par une Canadienne qui est sur place, Min Irwin.

Photo : Min Irwin

Bonne nouvelle pour la Montréalaise Megan Millward

Jointe par Radio-Canada plus tôt dans la journée alors qu'elle se trouvait dans le hall de départ de l'aéroport de Wuhan, la Montréalaise Megan Millward a confirmé qu'environ 200 personnes étaient sur place.

Mme Millward a appris quelques heures plus tard que son mari Lie Zhang pourrait quitter Wuhan avec elle et leurs deux enfants, ce qui était loin d'être certain auparavant.

La Montréalaise a confirmé à Radio-Canada qu'un responsable d'Affaires mondiales Canada lui avait annoncé la bonne nouvelle à la dernière minute.

Vers 6 h, j’ai eu un appel de Global Affairs Canada, demandant le numéro de passeport et le numéro de résident permanent de mon mari. Il disait qu’il allait communiquer avec l’ambassade à Pékin pour essayer d’arranger quelque chose. Et puis un deuxième appel, et puis un moment d’attente, et on a eu la bonne nouvelle qu’il aurait son "boarding pass".

Megan Millward

Le sort de M. Lie était confus, puisqu'il est résident permanent et non citoyen du Canada. Il s'est d'ailleurs rendu dans la région de Wuhan en utilisant son passeport chinois.

Des travailleurs de l'aéroport portent un habit jaune et des lunettes de protection.

Le personnel de l'aéroport de Wuhan qui accueille les passagers porte des équipements de protection, montre cette photo prise par une Canadienne qui est sur place, Min Irwin.

Photo : Min Irwin

Mme Millward insistait depuis plusieurs jours que les autorités chinoises avaient indiqué à son mari qu'il pourrait quitter Wuhan malgré tout, mais Ottawa n'avait jamais confirmé cette information.

Plus tôt dans la journée, elle disait n'avoir pas beaucoup d'espoir que son mari pourrait monter à bord de l'appareil.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !