•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir des arénas des municipalités rurales du sud du Manitoba est incertain

Plan large de la glace dans un aréna vide.

Au moins 25 arénas des municipalités rurales du sud-est de la province utilisent du fréon R-22, selon le conseiller municipal de La Broquerie, Paul Gauthier.

Photo : Radio-Canada

Chloé Dioré de Périgny

Au Manitoba, la municipalité rurale de La Broquerie s’inquiète des coûts du remplacement du système de production de glace de son aréna qui utilise de l'hydrochlorofluorocarbones-22 (HCFC-22) maintenant que la fabrication et l'importation de ce produit sont interdites.

En effet, depuis le premier janvier, il est interdit de fabriquer ou d'importer des hydrochlorofluorocarbones (HCFC) au Canada. Cette mesure fait suite au Protocole de Montréal, traité international de protection de la couche d’ozone, signé par le Canada et dans lequel il s'est engagé à éliminer la production des hydrochlorofluorocarbones (HCFC) avant 2020.

En 1987, le Canada s’est engagé à cesser d’utiliser ce gaz réfrigérant, nocif pour la couche d’ozone, d'ici 2020.

Ce gaz, souvent appelé Fréon la marque de commerce la plus connue, continue toutefois à circuler, car le gouvernement fédéral a accordé une période de grâce à son utilisation, le temps que les stocks s’épuisent, indique le directeur du développement des affaires aux entrepreneurs pour l'est du Canada chez Emerson Climate Technologies, Alain Mongrain.

Paul Gauthier, conseiller municipal de La Broquerie, explique que la municipalité ne sait pas pendant combien de temps elle aura accès à du HCFC-22 pour l'entretien de son système de fabrication de glace.

Ça peut prendre un an, deux ans, trois ans, on ne sait pas quand est la date limite pour changer, dit-il.

Le réfrigérant R22 peut être remplacé par divers produits, dont l'ammoniac, le dioxyde de carbone.

Toutefois, le coût de la modification du système de réfrigération reste élevé pour les municipalités, selon Paul Gauthier.

Une facture salée

Refaire tout le système coûterait entre 500 000 $ et 1 million de dollars, indique Paul Gauthier.

Pour remplacer un système de réfrigération au HCFC-22, il faut souvent agrandir le bâtiment pour faire place à un dispositif séparé, briser la dalle de béton qui sert de base pour la glace et remplacer tous les tuyaux qui s'y trouvent.

Il y a beaucoup de municipalités, je ne sais pas comment elles vont faire, si ça coûte un million de changer le système complet [...], ça va affecter les municipalités et les programmes de hockey communautaire.

Paul Gauthier, conseiller municipal, La Broquerie

Il y a des arénas pas mal vieux au sud-est qui ne seront pas capables de faire le changement, renchérit-il.

Ce serait bien si le gouvernement nous aidait, surtout que c’est lui qui veut arrêter le fréon (HCFC-22) à cause de l’environnement, ce serait un beau projet d'aider les municipalités, sollicite Paul Gauthier.

À Winnipeg, des 12 arénas municipaux, un seul utilise encore un système de réfrigération au HCFC-22.

À l’échelle de la province, il est impossible de savoir combien de patinoires utilisent encore du HCFC-ss. Le gouvernement indique ne pas conserver de données sur les systèmes de réfrigération des arénas.

Avec les informations de Geneviève Murchison et d'une entrevue réalisée par l'émission Le 6 à 9 avec Alain Mongrain, directeur du développement des affaires aux entrepreneurs pour l'est du Canada, Emerson Climate Technologies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Pollution