•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat déplore la réduction des services dans les cafétérias de l'UQO

L'Université du Québec en Outaouais l'hiver.

L’Université du Québec en Outaouais (UQO). (archives)

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Radio-Canada

Un syndicat a dénoncé mardi une réduction des services dans les cafétérias de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et du campus de Saint-Jérôme.

Le café-bar du pavillon de Lucien-Brault de l’UQO à Gatineau a fermé ses portes au début de l’année.

Pour le Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQO (SCCC-UQO), cette perte de service est regrettable.

On le dénonce, car ce sont des services qui sont essentiels pour notre communauté, lance le vice-président aux communications du SCCC-UQO, Nicolas Harvey.

Selon le concessionnaire de cet établissement, l’Indocile, cette fermeture serait due à un manque de main-d’oeuvre qualifiée et à la volonté de centraliser les services de restauration dans la cafétéria principale du pavillon qui désormais offrira des repas de 7 h à 19 h 30.

Le faible achalandage serait aussi une des raisons de cette restructuration.

À l’UQO, Lucien-Brault ce n’est pas des gros chiffres. Alors, il fallait prendre une décision, et la meilleure décision a été prise de faire ça à la cafétéria, explique le chef-propriétaire de l’Indocile, Geoffroy Charbonneau.

Mais le SCCC-UQO pense que l’embauche d’étudiants — comme ce qui est prévu dans contrat qui lie l’UQO au concessionnaire — pourrait résoudre cet enjeu.

Les concessionnaires l'expliquent notamment par la pénurie de main-d’oeuvre, cependant on peut constater qu’il y a peu ou pas d’étudiants qui sont à l’emploi de ces concessionnaires, constate M. Harvey.

M. Charbonneau rétorque qu'il a déjà embauché des étudiants par le passé, mais qu'il est difficile d'en recruter présentement, car les emplois ne sont pas attrayants pour les étudiants.

Quand on commence à décrire nos besoins, c’est là que les gens disent : "Malheureusement je ne peux pas faire ça, ce n’est pas un travail pour moi", observe-t-il.

L'UQO abonde dans le même sens. Dans un courriel adressé à Radio-Canada, il est indiqué que la pénurie de main-d’œuvre en restauration est un enjeu de taille. Il y a également un défi avec le recrutement d’étudiants pour y travailler.

Le campus de Saint-Jérôme

Au campus de Saint-Jérôme, l’UQO a annoncé la fermeture de la librairie universitaire, une propriété de la Coopsco des Laurentides. Le service sera remplacé par des casiers intelligents.

Durant les périodes de l’année achalandées, la librairie fonctionnera de façon normale au cours des deux premières semaines de chaque trimestre afin de procéder à la vente des manuels scolaires, précise toutefois l’UQO.

Avec les informations de Mama Afou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation