•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enseignants démissionnent à cause des tarifs de stationnement à Outremont

Les non-résidents doivent payer 1200 $ par année pour stationner leur véhicule à la journée dans l'arrondissement.

Une cour d'école où jouent des enfants.

L'école primaire Lajoie, dans l'arrondissement Outremont

Photo : École Lajoie

Deux enseignants ont quitté leurs fonctions et 10 autres menacent de partir dans les écoles primaires d'Outremont, a appris Radio-Canada. Des commerçants craignent aussi de perdre des employés.

Nous sommes dévastés, témoigne la présidente de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), Diane Lamarche-Venne. En pleine pénurie de personnel, elle devra pourvoir plusieurs postes d’enseignants qui fuient l’arrondissement Outremont.

À l’école primaire Lajoie, deux professeurs ont déjà démissionné à cause des nouveaux tarifs de stationnement. Dans les écoles primaires Guy-Drummond et Nouvelle-Querbes, cinq enseignants par école ont informé leur employeur de leur intention de partir pour la même raison.

Le recrutement est déjà très précaire et ce n'est pas en voie de s'améliorer, déplore la présidente de la CSMB. Elle craint l’impact du nouveau règlement de stationnement sur les professionnels qui parcourent le territoire de la commission scolaire ou encore sur les ouvriers.

100 $ par mois pour les non-résidents

En juin 2019, l’arrondissement Outremont a surpris tout le monde en annonçant un changement radical de sa politique de stationnement afin de garantir des places aux résidents et de lutter contre les changements climatiques.

Toutes les places sur les rues sont dorénavant payantes à partir de deux heures d’occupation. Le règlement est entré en vigueur le 1er février.

Ceux qui paient le plus cher la nouvelle politique sont les non-résidents de l’arrondissement qui devront débourser 1200 $ par année pour se stationner.

Isabelle Morin, qui enseigne à l’école Guy-Drummond depuis 13 ans, songe à partir. Ça ajoute beaucoup à la charge mentale, dit-elle. Ça va me coûter une paie par année pour me stationner dans la rue, alors que je n'aurais pas à payer dans un autre secteur.

J'ai trois enfants, j'habite dans l'est de la ville, j'ai besoin de prendre ma voiture pour me rendre au travail.

Une citation de :Isabelle Morin, enseignante à l'école primaire Guy-Drummond

Des garderies et des commerces craignent de perdre des employés

Plusieurs employés de CPE d’Outremont songent à partir et l’inquiétude gagne les artères commerciales.

Le propriétaire de l’imprimerie Ipso-Facto, qui emploie neuf personnes, a mis son immeuble en vente sur la rue Van Horne en réaction au nouveau règlement.

Le salon de coiffure et d’esthétique Boucles & Flacons, sur l’avenue Bernard, craint de mettre la clé sous la porte pour la même raison.

Un peu plus loin, le propriétaire du Bilboquet a choisi de se sacrifier et paiera les frais de la vignette de son employé pour le garder.

Selon l'association des commerçants, la Caisse Desjardins de la rue Bernard envisage de payer des dizaines de milliers de dollars par année pour assumer le prix des vignettes de stationnement de ses employés qui viennent de l'extérieur en voiture.

Tous les commerçants n’ont pas les reins assez solides pour payer le stationnement de leurs employés. Nicole Laroche, de Lunetterie et optométrie Chapleau-Laroche sur l’avenue Laurier, s’apprête à perdre du personnel. Ça n’a pas de bon sens, dit-elle. Trouver des employés dans notre domaine, c’est infernal. Tellement difficile.

Le maire veut donner la priorité aux résidents

Le maire de l'arrondissement Outremont, Philipe Tomlinson.

Le maire de l'arrondissement Outremont, Philipe Tomlinson

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Le maire d’arrondissement, Philipe Tomlinson, affirme que le nouveau règlement a déjà des effets positifs.

On voit une différence dans les rues, dit-il. Il y a beaucoup de places depuis l'implantation du nouveau système de vignettes. Il le constate notamment autour du nouveau campus de l’Université de Montréal et autour du métro Outremont.

C’est fantastique, nos résidents se trouvent maintenant de la place autour de chez eux quand ils arrivent de travailler.

Une citation de :Philipe Tomlinson, maire de l'arrondissement Outremont

Face aux critiques des employés de commerces, la mairie a consenti à leur offrir une réduction de 50 % jusqu’en juin 2020. C'est insuffisant, estiment les employeurs à qui nous avons parlé.

Des commerçants réclament une étude de l’impact économique du nouveau règlement.

Le maire Tomlinson promet que la politique sera analysée chaque année et que les montants pourraient alors être revus.

Ce qui change pour les résidents

Depuis le 1er février, les habitants de l'arrondissement Outremont doivent payer une vignette universelle au coût de 100 à 140 $ par année, selon le moteur du véhicule. Chaque vignette additionnelle coûte 275 $.

Les résidents bénéficient également de 50 vignettes journalières gratuites pour leurs visiteurs. Ils doivent toutefois inscrire en ligne le numéro de plaque d’immatriculation de chaque véhicule qui se stationne devant chez eux.

Jusqu’à récemment, 60 % des places de stationnement étaient disponibles gratuitement à Outremont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !