•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sportnographe est de retour

Les trois hommes sont debout, côté à côte.

Les animateurs Jean-Philippe Pleau, Olivier Niquet et Jean-Philippe Wauthier dans le studio de l'émission «Tout un matin».

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet

Cecile Gladel

Après avoir rangé leur micro en 2012, Yvan Piquette (Olivier Niquet), Paul Meilleur-AuCoin (Jean-Philippe Pleau) et Réal Munger (Jean-Philippe Wauthier) sont de retour. Ils font renaître cette parodie des médias sportifs, qui mise sur l’enflure médiatique autour du sport, notamment le Canadien de Montréal, pour alimenter leurs réflexions.

Cette fois-ci, le format est différent : on retrouve les commentateurs satiriques des médias sportifs dans un balado. Toutefois, Le Sportnographe est toujours resté en vie, puisqu’on pouvait lire une chronique hebdomadaire des commentateurs dans le quotidien Métro.

La majorité de l'équipe est de retour, sauf Fred Savard. L’incontournable Shayne Gagnon (Alexandre Courteau) et les publicités déjantées de Normand Leblond (Alexandre Provencher) sont bien là. Le balado est réalisé par Philippe Roberge.

Le dernier souhait de Charles Plourde

Un grand absent de l’équipe originale est Charles Plourde, réalisateur de Radio-Canada mort le 2 mai 2019 d’un cancer du cerveau. Il était de l’aventure du Sportnographe et a notamment incarné le personnage de Boum Dingradins.

Quelques jours avant sa mort, Charles Plourde a dit à Jean-Philippe Pleau, un ami proche, qu’il souhaitait les retrouvailles de l'équipe du Sportnographe, un désir qui a pesé dans le choix de Jean-Philippe Pleau. C’était un moment très touchant.

D’ailleurs, dans le premier épisode, l’équipe du Sportnographe retire symboliquement le chandail de Charles Plourde et diffuse l’un de ses segments préférés.

Concilier C’est fou et Le Sportnographe

Celui qui incarne Paul Meilleur-AuCoin, Jean-Philippe Pleau, est maintenant le coanimateur avec Serge Bouchard de la sérieuse émission C’est fou, diffusée le dimanche soir sur ICI Première.

Comment concilier deux rôles aussi opposés, l’un de réflexion sérieuse et profonde et l’autre qui est une satire du monde sportif? C’est aussi de l’analyse. On souligne au marqueur jaune ce qui ne marche pas, selon nous, les drôles de structures de phrases, mais aussi les drôles de structures de pensée, dit Jean-Philippe Pleau.

Toutefois, ce dernier s’est quand même accordé une réflexion de 48 heures quand Olivier Niquet lui a écrit en septembre dernier pour lui proposer le retour du Sportnographe. Il s’est demandé si écrire des blagues pouvait miner sa crédibilité. Il en est venu à la conclusion qu’il pouvait faire des émissions très différentes, qui pouvaient coexister.

Jean-Philippe Pleau s’est aussi demandé s’il allait être capable de replonger dans son personnage.

Où était ce réflexe jambon? Il n’est pas très loin, mais en même temps, c’est un regard qui s’apparente quand même pas mal à celui de « C’est fou ». On y met juste une touche d’humour et on analyse le discours médiatique du Canadien.

Jean-Philippe Pleau

D’ailleurs, il explique que sa participation à l’émission C’est fou teinte ses textes du Sportnographe. J’ai fait évoluer mes textes dans Métro et j’aspire à faire ça dans le balado. On sent l’influence de C’est fou dans mes analyses pour Le Sportnographe.

En plus, dans le premier épisode, Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard font une satire de C’est fou intitulée C’est flou. Ce soir, on se pose des questions sans réponse, on se perd dans nos réponses, parce qu’on a oublié la question de départ, dit Serge Bouchard, sans rire.

Après huit ans, les retrouvailles se sont faites naturellement entre Jean-Philippe Pleau, Olivier Niquet et Jean-Philippe Wauthier, comme lorsque de vieux amis se retrouvent. Les épisodes du balado seront mis en ligne mensuellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !