•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce refuse de démissionner

Stephen Lecce en point de presse.

Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre ontarien de l'Éducation, Stephen Lecce, accuse la chef du NPD, Andrea Horwath, de faire de la petite politique après qu'elle eut réclamé sa démission.

La chef de l'opposition officielle à Queen's Park a demandé au premier ministre Doug Ford de congédier son ministre de l'Éducation mardi à cause de l'impasse des négociations contractuelles avec les enseignants, qui a mené à des grèves tournantes.

Pour Mme Horwath, M. Lecce doit partir, parce qu'il est étroitement lié aux impopulaires compressions en éducation du gouvernement conservateur, y compris l'augmentation de la taille des classes.

Le ministre Lecce rétorque qu'il a été « raisonnable » à la table des négociations et invite les quatre syndicats d'enseignants à faire de même pour conclure une entente.

[Andrea Horwath] peut jouer à un jeu politique si elle le désire. Moi, ma priorité demeure de me battre pour les élèves.

Stephen Lecce, ministre de l'Éducation

Le ministre Lecce souligne qu'alors que Mme Horwath demandait sa démission, le gouvernement et l'Alliance des travailleuses et travailleurs en éducation de l'Ontario (ATEO) ratifiaient, mardi, l'accord conclu en décembre dernier entre les parties, la preuve selon lui qu'il est possible d'en arriver à des ententes négociées.

Le ministre Lecce rejette aussi les affirmations du président de la Fédération des enseignants de l'élémentaire (FEEO), Sam Hammond, qui soutient que les parties étaient proches d'une entente la semaine dernière, jusqu'à ce que le gouvernement change brusquement de position.

C'est plutôt la FEEO qui a présenté une nouvelle demande, celle que l'embauche de tous les enseignants soit fondée sur l'ancienneté, rétorque le ministre. Pour lui, les embauches devraient se faire selon les compétences, pas l'ancienneté.

Grève des enseignants francophones?

À l'heure actuelle, l'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) est le seul des quatre syndicats d'enseignants en Ontario à ne pas avoir procédé à des grèves tournantes.

Ses 12 000 membres font la grève du zèle, mais le président de l'AEFO, Rémi Sabourin, a évoqué la possibilité de débrayages d'un jour si les pourparlers ne débloquent pas cette semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation