•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réfection de la route Sea-to-Sky a transformé la région en 10 ans

Un camion roule sur une route séparée par un terre-plein. En arrière-plan une étendue d'eau, des montagnes et des nuages blancs dans un ciel bleu.

Le ministère des Transports affirme que le nombre de collisions graves a diminué de 21 % sur la route Sea-to-Sky depuis 2010.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Dominique Lévesque

Dix ans après les Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver, des investissements importants ont renforcé la sécurité de la route Sea-to-Sky et, par conséquent, favorisé l'expansion de Squamish.

Pour bien accueillir les athlètes et les visiteurs du monde entier, la Colombie-Britannique a dépensé 600 millions de dollars pour agrandir la route et adoucir les virages de certains tronçons. Depuis, les accidents ont diminué de 21 %, même si le nombre de véhicules qui l’empruntent a augmenté de 25 %, selon le ministère des Transports.

La route Sea-to-Sky a souvent été le théâtre d'accidents et d'éboulements lorsqu'elle était sinueuse et surtout à deux voies.

Beaucoup de rochers sont tombés sur une route située entre une falaise rocheuse et l'eau.

L'effondrement d'une falaise a provoqué un important glissement de terrain sur la route Sea-to-Sky en juillet 2008.

Photo : CBC

Forte opposition

Une phase des travaux, le dynamitage d'une falaise à Eagleridge Bluffs pour ajouter deux voies à la route, aura suscité beaucoup d’opposition. Vingt-trois opposants, dont des aînés autochtones, ont campé pendant un mois pour dénoncer la destruction d’un milieu écologique sensible. Ils ont cependant été arrêtés, et les travaux se sont poursuivis.

Quatre voitures circulent sur une route asphaltée. Des deux côtés de la route, il y a un flanc de montagne rocailleux.

Travaux de réfection sur la route Sea-to-Sky en janvier 2009. On voit une section de la route où 250 000 m² de roc ont été enlevés pour permettre d’ajouter deux voies supplémentaires.

Photo : THE CANADIAN PRESS/Darryl Dyck

Village de Lions Bay

Un camion et des véhicules sport utilitaires circulent sur une route à flanc de montagne.

La Colombie-Britannique a investi 600 millions de dollars pour sécuriser la route Sea-to-Sky avant les Jeux olympiques de 2010.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Le petit village de Lions Bay est juché sur un flanc de montagne de part et d'autre de la route Sea-to-Sky.

Le maire du village, Ron McLaughlin, affirme que l'amélioration de la route rend son village facile d'accès et plus attirant pour les familles qui veulent y vivre. La route à [quatre] voies est une grande amélioration et est plus sécuritaire , reconnaît-il.

Des pancartes de signalisation routière qui indiquent la route 99 en direction sud et nord et du stationnement et une limite de vitesse de 40 km/h dans le village.

Le ministère des Transports de la Colombie-Britannique affirme que l'achalandage sur la route Sea-to-sky a augmenté de presque 25 % que les travaux d'améliorations ont été terminés en 2009.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Mais, sur la route plus large, il y a maintenant un achalandage plus élevé [...] et c’est très bruyant!

Ron McLaughlin, maire, village de Lions Bay

Toutes les routes mènent à Squamish

Pour beaucoup d'habitants de Squamish qui empruntent la route Sea-to-Sky pour aller travailler à Vancouver ou à Whistler, les travaux ont grandement changé les choses.

Une jeune femme avec un manteau jaune, un chapeau blanc et les jambes croisées est aux côtés d'une autre femme avec un sac à dos et un porte-bébé autour de la taille dans une forêt.

Joanie Robichaud habite la région Sea-to-Sky depuis 10 ans. Elle est venue comme beaucoup en raison de son amour de la planche à neige.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

À titre d'exemple, la graphiste Joanie Robichaud, qui habite dans la région Sea-to-Sky depuis un peu plus de 10 ans, fait l'aller-retour Squamish-Vancouver trois à quatre fois par semaine : L'ancienne route avant les Olympiques, c'était beaucoup plus dangereux. Il y avait beaucoup plus d'accidents.

Un autocar roule sur une route à deux voies, avec en arrière-plan, deux voies en sens inverse et une étendue d'eau, des montagnes et des nuages.

La route Sea-to-Sky relie West Vancouver à Squamish et Whistler.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Mais maintenant qu'ils l'ont refaite [...] C'est vraiment une belle route. Je ne me tanne jamais de regarder les montagnes.

Joanie Robichaud, habitante de Squamish

Une route plus sécuritaire et rapide pour les travailleurs et les amateurs de plein air qui sont également de plus en plus nombreux à s'installer à Squamish.

Population de Squamish

(incluant les réserves de la Nation Squamish)

  • 2006 : 15 256 habitants
  • 2016 : 19 893 habitants
  • Augmentation: 30 %

Source: Recensement 2016 de Statistique Canada

Boom immobilier

Montagnes enneigées au loin et route à l'avant-plan. Entre les deux, une petite ville avec des maisons en rangées aux couleurs vives.

Un projet de maisons en rangées très colorées est en cours de construction à Squamish pour répondre à la demande croissante de logements.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Pour accueillir cette population grandissante, les nouveaux quartiers résidentiels poussent comme des champignons à Squamish, explique l’agent immobilier Andrew Laurie, de l’agence immobilière Macdonald.

Les logements sont plus abordables à Squamish qu’au centre-ville de Vancouver et ça attire de jeunes familles, des médecins et des avocats.

Andrew Laurie, agent immobilier, Macdonald Realty

Alors que Squamish a longtemps été la pause-café entre Vancouver et Whistler, les Jeux olympiques et le téléphérique Sea-to-Sky ont fait mieux connaître ce joyau et les travaux sur la route en ont rendu l’accès plus facile, affirme le maire suppléant de Squamish, Armand Hurford.

Le téléphérique Sea-to-Sky transporté entre les montagnes de Squamish, au nord de Vancouver.

Le téléphérique Sea-to-Sky attire beaucoup de visiteurs à Squamish et leur offre une vue panoramique de la région.

Photo : Radio-Canada / Jacques Dufresne

Résidents contre nouveaux arrivants

Cet afflux de nouveaux habitants et de vacanciers rend plus difficile la recherche de logements abordables, disent des habitants de longue date.

Des maisons à 1,2 million de dollars qui se construisent, les seuls qui peuvent se payer ça, ce sont ceux qui viennent en vacances seulement, donc c'est un peu triste.

Joanie Robichaud, habitante de Squamish

Marie-Andrée Racine, amoureuse de planche à neige et mère de deux enfants, déplore également les hausses de loyer, mais dit comprendre les bienfaits des nouveaux arrivants pour l’économie de la région.

Une jeune femme aux longs cheveux bruns avec des bottes, un manteau et un chapeau est en train d'installer un porte-bébé de randonnée qui contient un enfant d'environ un an, sur son dos. Dans une forêt ensoleillée.

Marie-Andrée Racine s'est installée à Squamish en 2006. Mère de deux enfants, elle a mis sur pied un programme pour encourager les familles à profiter de la nature.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

C'est sûr que c'est plus occupé, toutes les petites places secrètes qu'on avait [...] sur toutes les places touristiques, mais, en même temps, je crois que c'est bon pour notre communauté.

Marie-Andrée Racine, habitante de Squamish

Trop, trop vite?

Lise-Anne Beyries habite Squamish depuis plus de 20 ans. Elle a vu la ville se transformer à toute vitesse ces dernières années et craint que les infrastructures en place ne soient pas suffisantes.

Une femme avec un long manteau vert, qui est debout à une intersection, pointe du doigt un immeuble en construction avec en arrière-plan des montagnes enneigées.

Des immeubles d'habitation poussent comme des champignons au centre-ville de Squamish.

Photo : Radio-Canada / Dominique Levesque

Les condos, ça pousse dans tous les sens. Notre centre récréatif est plein. Mais est-ce qu’on assez d'eau ou assez d’égouts? On ne sait pas.

Lise-Anne Beyries, résidente de Squamish

Le maire de Squamish dit miser sur la densité et le développement de nouvelles routes et de nouveaux espaces urbains pour accueillir les nouveaux résidents et vacanciers que la route Sea-to-Sky y a amenés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transports