•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : situation stressante pour un couple de Gatineau confiné sur un paquebot

Du personnel d'un navire de croisière verse du café à un homme dans sa cabine.

Bernard Ménard et sa femme, Diane, sont confinés dans leur cabine à bord du Diamond Princess pour deux semaines, et ils reçoivent entre autres leurs repas directement à leur chambre.

Photo : Facebook/Chantal Ménard

Radio-Canada

Une croisière d’un mois en Asie a viré au cauchemar pour Diane et Bernard Ménard, un couple d’aînés de Gatineau. Leur navire a été mis en quarantaine pour deux semaines, mercredi, après que 10 cas positifs de coronavirus ont été détectés à bord. Depuis, 51 autres cas ont été confirmés.

Ils devaient rentrer au pays mardi, mais les premiers cas de maladie ont été détectés lundi. En entrevue à l'émission Les matins d'ici, Diane Ménard a raconté que la situation à bord du navire est de plus en plus préoccupante alors que le couple est confiné à sa chambre, sans balcon.

Les autorités japonaises sont montées sur le bateau pendant deux jours, ils ont pris la température de tout le monde et ceux qui faisaient de la fièvre, ils en ont pris des échantillons de sang et ont fait analyser cela.

Diane Ménard, croisiériste du Diamond Princess

C’est là qu'ils ont trouvé les 10 premiers cas, ajoute Mme Ménard. Aujourd'hui [jeudi] ils nous ont annoncé qu'ils avaient trouvé un autre 10 cas.

D'autres cas ont depuis été déclarés, portant à 61 le nombre de personnes atteintes du coronavirus à bord du navire. Parmi eux, 2 Canadiens ont été révélés positif. L'une des personnes touchées est membre de l'équipage, a confirmé la compagnie Princess Cruises.

Les personnes infectées ont toutes été évacuées du bateau et prises en charge par les autorités sanitaires.

Il y a 251 Canadiens à bord du Diamond Princess, a confirmé le croisiériste Princess Cruises à CBC.

Une situation qui évolue

Aujourd’hui [jeudi], ils ont dit qu’ils laisseraient sortir les gens qui sont dans des cabines intérieures pour aller sur le pont pour prendre un peu d’air, mais il faut qu’on porte un masque et c’est seulement par petits groupes , ajoute Diane Ménard.

Selon elle, certains croisiéristes pourraient devoir attendre encore plusieurs jours pour pouvoir sortir de leur confinement.

Photo du couple en voyage.

Diane et Bernard Ménard, un couple de Cantley en quarantaine dans un bateau de croisière en Asie.

Photo : Facebook/Diane Menard

Ils prennent la température des passagers. Il y a 14 étages, mes parents sont au huitième. Ç’a pris deux jours avant qu’ils puissent se rendre au huitième étage. C’est très long avant de recevoir des soins et de voir du personnel médical, a également relaté Chantal Ménard, la fille de Diane.

Le paquebot au large entouré d'eau.

Un bateau de croisière Diamond Princess a jeté l'ancre au port de Yokohama près de Tokyo, le mardi 4 février 2020.

Photo : Associated Press / Kyodo News

Les repas sont livrés à la porte dans leur chambre. Ils n’ont pas le choix du menu, a expliqué Chantal Ménard.

Au total, ce sont près 3700 passagers et membres d’équipage qui sont confinés dans le Diamond Princess, qui tourne maintenant en rond au large du port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo.

Au total, 273 passagers ont fait l’objet de tests de dépistage, soit l’ensemble de ceux qui ont débarqué du bateau pour visiter Hong Kong lors d’une escale.

Ils n’ont pas les symptômes en ce moment, mais ils ont peur d’être contaminés, parce que c’est quand même un espace restreint, a également souligné Chantal Ménard au sujet de ses parents.

Diane Ménard, portant un masque respiratoire, pose pour la caméra en Chine.

Diane Ménard a pu visiter la Chine durant sa croisière en Asie.

Photo : Gracieuseté de Chantal Ménard

Le coronavirus, qui s’attaque au système respiratoire, peut avoir de plus graves conséquences chez les personnes fragiles, comme les aînés.

Ma mère me dit : "Chantal, j’ai 75 ans, si ça s’arrête ici, ça s’arrête ici. J’aurai eu une belle vie." C’est à ce point-là.

Chantal Ménard

Si elle a été mise en place pour limiter les risques pour la santé de la population, la quarantaine pourrait elle-même causer des problèmes pour Diane et Bernard Ménard, redoute leur fille.

La compagnie de croisières se veut rassurante

L'entreprise Princess Cruises a affirmé par courriel que ses bateaux et son personnel médical à bord sont bien équipés pour prévenir et contenir la propagation de maladies contagieuses, dont le coronavirus. Les mesures ont été mises en place en consultation avec les autorités de santé locales et internationales, selon Negin Kamali, agent de relations publiques pour Princess Cruises.

Le croisiériste affirme par ailleurs avoir formulé une demande pour que les passagers ayant besoin de médicaments prescrits puissent être ravitaillés.

Ottawa surveille la situation

À Ottawa, le ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, a dit être en contact avec la compagnie qui est propriétaire de ce navire.

Le ministre assure qu'il travaille de concert avec les autorités japonaises. Certaines des personnes à bord réclament des médicaments pour d'autres soucis de santé.

Un autre navire de croisière, à Hong Kong cette fois, est lui aussi placé en quarantaine. Parmi les passagers se trouvent 36 Canadiens. Une fois que l'évaluation de ces passagers sera complétée, le gouvernement canadien dit qu'il aura une meilleure idée du type d'aide dont ils pourraient avoir besoin.

La ministre de la Santé, Patty Hajdu, affirme pour sa part que ces Canadiens à bord de paquebots en quarantaine n'auront probablement pas besoin d'être reclus, une fois au Canada. À la condition, toutefois, qu'ils ne manifestent aucun symptôme, a-t-elle précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé