•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : deux Canadiens infectés sur un bateau en quarantaine au Japon

Un gros paquebot est à quelques centaines de mètres d'un port.

Le Diamond Princess restera au large du port de Yokohama pour les 14 prochains jours. Il ne s'éloignera que pour des « opérations maritimes habituelles », telle que la production d'eau douce, avant de revenir près du port pour le « ravitaillement en nourriture et autres fournitures », a indiqué Princess Cruises.

Photo : La Presse canadienne / AP/Hiroko Harima/Kyodo News

Radio-Canada
Mis à jour le 

Quelque 3700 passagers et membres d’équipage d’un bateau de croisière amarré au large du port de Yokohama devront passer les 14 prochains jours dans l’espace restreint de leur cabine après la découverte de 61 cas de coronavirus à bord, dont 2 Canadiens.

Il y a 251 Canadiens à bord du Diamond Princess, a confirmé le croisiériste Princess Cruises à CBC. Les tests de deux d'entre eux se sont révélés positifs.

Le navire, qui se trouve près du port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo, a été formellement mis en quarantaine mercredi par le ministre japonais de la Santé, Katsunobo Kato, en raison de cette éclosion.

L’affaire a débuté lundi après que les autorités de Hong Kong ont dévoilé qu’un passager qui s'était auparavant trouvé à bord du paquebot avait contracté le coronavirus, la pneumonie virale qui a déjà fait 490 morts en Chine continentale.

Des tests ont conséquemment été réalisés dès mardi sur les 273 passagers, soit ceux qui présentaient des symptômes suspects, qui avaient été en contact avec le passager contaminé ou qui avaient débarqué durant l'escale à Hong Kong.

Les 61 passagers ayant contracté le virus ont été débarqués et hospitalisés.

Plusieurs travailleurs de la santé munis d'équipements de protection escortent un passager protégé par un drap bleu sur une passerelle le menant à une ambulance.

Les passagers qui ont contracté le coronavirus ont été transférés sur un bateau de la garde-côtière japonais, avant d'être débarqués au port de Yokohama. Les travailleurs de la santé japonais étaient bien protégés pour l'occasion, et l'identité des passagers a été dissimulée.

Photo : Reuters / Kyodo

Le reste des 2666 passagers et 1045 membres d'équipage sont sommés de rester à bord pour 14 jours, a ajouté le ministre, en se référant au consensus des médecins selon lequel la période d'incubation du coronavirus est de deux semaines.

Pour éviter des infections supplémentaires à bord, ils ont tous ont reçu l'instruction de rester confinés dans leurs cabines pendant leur quarantaine.

Jusqu'à hier [mardi, NDLR], on pouvait passer du temps dans les espaces communs et faire des activités, comme jouer au ping-pong. Mais depuis ce matin, nous ne sommes plus autorisés à quitter nos chambres a déploré un passager japonais auprès de la chaîne de télévision NHK.

J'ai essayé d'aller au restaurant ce matin pour le petit déjeuner, mais on m'a dit : "S'il vous plaît, mangez dans votre chambre". Donc, j'ai attendu le service de chambre. Mais il n'est pas encore arrivé, a-t-il ajouté.

Qu'est-ce que je vais faire pendant 14 jours dans une cabine? Je peux seulement contempler la mer.

Une passagère en entrevue à TV Asahi

Un autre paquebot immobilisé à Hong Kong

Pendant ce temps à Hong Kong, 3600 passagers et membres d'équipage d'un autre bateau de croisière, le World Dream, sont aussi retenus à bord mercredi par les autorités locales.

Un homme est accoudé à la rambarde du balcon de sa cabine.

Un passager du World Dream prend son mal en patience sur le balcon de sa cabine.

Photo : Getty Images / Anthony Kwan

Ils devront passer des tests médicaux, après la découverte de trois cas de coronavirus chez de récents passagers du navire.

Aucun passager ou membre d'équipage n'est autorisé à débarquer tant que les autorités sanitaires locales n'auront pas donné leur feu vert, a expliqué mercredi Leung Yiu-hong, un responsable sanitaire hongkongais.

Selon lui, une trentaine de membres d'équipage du navire présentent des symptômes comme de la fièvre, de la toux ou des maux de gorge.

La semaine dernière, un paquebot transportant 7000 passagers et membres d'équipage a été immobilisé pendant quelques heures au port de Civitavecchia, près de Rome, en raison de deux cas suspects de coronavirus.

Les tests effectués sur eux se sont finalement révélés négatifs et le navire a pu reprendre sa route.

Avec les informations de Agence France-Presse, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International