•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lesotho : l’épouse du premier ministre accusée d’avoir tué sa précédente épouse

Un homme pénétrant dans une salle.

Le premier ministre du Lesotho, Maesaiah Thabane

Photo : Reuters / Edouardo Munoz

Agence France-Presse

La police du Lesotho a accusé mardi l'épouse du premier ministre de ce pays africain, Maesaiah Thabane, du meurtre en 2017 de la précédente épouse du chef du gouvernement.

Elle a été accusée de meurtre ainsi que huit autres personnes qui se trouvent au Lesotho et en Afrique du Sud, a déclaré à la presse le commissaire de police adjoint Paseka Mokete.

Il a précisé que la police avait un dossier solide concernant l'implication de Maesaiah Thabane, 42 ans, dans le meurtre de la femme du premier ministre, Thomas Thabane, 80 ans.

Lipolelo Thabane, 58 ans, avait été tuée par balle en juin 2017 à Maseru, deux jours avant l'investiture de son mari Thomas Thabane à la tête du gouvernement de ce petit pays enclavé dans le territoire de l'Afrique du Sud. Le couple était en instance de divorce.

Maesaiah Thabane, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt, a pris l'initiative de son retour, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Mpiti Mopeli. Elle a été cueillie à la frontière avec l'Afrique du Sud, à la suite d'un accord entre son avocat et la police, a-t-il précisé.

De nouveaux éléments étaient apparus début janvier quand avait été rendue publique une lettre du chef de la police du Lesotho faisant état d'un appel téléphonique localisé sur le lieu du crime et passé depuis le téléphone portable de M. Thabane.

M. Thabane, 80 ans, a de son côté été interrogé le 22 janvier par la police sur le meurtre.

Sous la pression de l'opposition et de son propre parti, il a annoncé qu'il allait démissionner à une date qui reste à préciser.

Le Lesotho a une longue histoire d'instabilité politique, illustrée par des coups d'État militaires en 1986 et 1991.

Frappé par le chômage, une épidémie de sida qui touche 23 % de sa population de deux millions d'habitants, et un manque criant de services publics, il fait partie des pays les plus pauvres de la planète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice

International