•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Échec des négociations sur l'accès au chantier du gazoduc Coastal GasLink

Un campement en opposition au projet de pipeline Coastal GasLink.

Des opposants au gazoduc Coastal GasLink ont installé des campements sur un chemin forestier le long du tracé.

Photo : Radio-Canada / Timothé Matte-Bergeron

Radio-Canada

Les chefs héréditaires Wet’suwet’en et le ministre des Affaires autochtones de la Colombie-Britannique, Scott Fraser, ne sont pas parvenus à un accord à l'issue de sept jours de négociations concernant l'évacuation des camps qui bloquent l'accès au chantier du gazoduc Coastal GasLink, dans les environs de Houston et de Smithers, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Tant que les négociations étaient en cours, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) s'était engagée à ne pas appliquer une injonction du 31 décembre l'autorisant à démanteler les camps.

Désormais, la GRC peut à tout moment détruire les barrages établis sur le chemin forestier qui mène au chantier.

Le ministre et les chefs autochtones ont déclaré dans des communiqués séparés, mardi, que leur priorité restait la sécurité des personnes. Ils affirment qu'ils souhaitent maintenir le dialogue dans le respect mutuel.

Pour sa part, l'entreprise Coastal GasLink insiste sur le fait qu'elle doit rapidement reprendre les travaux pour honorer ses engagements envers ses partenaires et ses 1000 travailleurs.

Dans les prochains jours, Coastal GasLink reprendra les travaux dans la région de la rivière Morice, indique-t-elle dans un communiqué. Nous espérons qu'ils reprendront de manière paisible et dans le respect de la loi.

Le conflit entre les chefs héréditaires des Wet’suwet’en et la compagnie qui construit le pipeline Coastal GasLink divise les habitants de la région.

Coastal Gaslink prévoit la création de 2500 emplois pendant les 4 années de la construction du gazoduc entre Dawson Creek et Kitimat.

Or, pour certains, les bénéfices économiques de l'arrivée du pipeline dans la région ne justifient pas ses effets sur l’environnement et son intrusion sur le territoire ancestral des Wet’suwet’en.

C’est difficile, quand on voit ce qui se passe avec les changements climatiques. C’est de plus en plus compliqué de trouver un moyen de concilier le développement économique et la protection de l'environnement, résume une habitante de Smithers, Marise Vantroyen.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des militants en train de pelleter de la neige, de couper du bois et d'élever les murs d'une cabane dans le nouveau campement.

Des opposants au pipeline Coastal Gaslink ont établi un troisième campement à environ 500 mètres d’un point de contrôle de la Gendarmerie royale du Canada, ce qui permet aux militants d’accéder au territoire sans être interrogés ou refoulés par les policiers.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Selon le consultant en foresterie Pierre Lecourt, le gazoduc aurait dû être construit il y a longtemps, mais les normes environnementales et le processus d'application pour les permis nécessaires créent des retards. Le projet, après tout, est dans l’intérêt de tous les Canadiens. Ce n'est pas seulement pour les Britanno-Colombiens. Rien que la construction va amener beaucoup de gens, explique-t-il.

Des appuis aux Wet'suwet'en

Coastal GasLink a signé des accords avec 20 conseils élus des Premières Nations le long du tracé, mais des chefs héréditaires Wet'suwet'en affirment que le projet ne peut se réaliser sans leur consentement.

Manifestation étudiante en soutien aux chefs héréditaires Wet'Suwet'en à Vancouver qui s'opposent à la construction du pipeline Coastal Gaslink sur leur territoire.

Des manifestations en soutien aux chefs héréditaires Wet'Suwet'en qui s'opposent au pipeline de Coastal Gaslink ont eu lieu partout au pays au cours des dernières semaines, comme ici à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Benoît Ferradini

Alors que ces derniers sont en pourparlers avec le gouvernement de la Colombie-Britannique, dans le but de trouver une résolution au conflit qui perdure, ils peuvent compter sur le soutien de plusieurs habitants.

Je crois que les chefs héréditaires savent qu’il s’agit de leur territoire, ils y sont depuis longtemps et je crois que ça leur appartient, affirme Julie-Anne Harrison, membre de la Première Nation de Tshimshian.

Je ne crois pas que le pipeline devrait s’y rendre, conclut-elle.

Des jeunes sont assis par terre, sur des tapis, dans un bureau. Des banderoles sont accrochées aux murs.

À Winnipeg, des manifestants ont passé la nuit à l’intérieur du bureau du ministre Dan Vandal et ont affirmé qu'ils « ne partiront pas sans réponse satisfaisante » de sa part.

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

À Winnipeg, un groupe de jeunes manifestants occupe depuis mardi les bureaux du ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, en soutien à la Première nation Wet’suwet’en. Ils veulent que le ministre convainque son homologue de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, à demander aux forces de l'ordre de se replier des campements.

« Le droit de manifester pacifiquement est un droit fondamental de tous les Canadiens », a réagi par courriel le ministre Dan Vandal. « Je suis engagé à m'asseoir avec eux en personne pour entendre leurs préoccupations », a-t-il ajouté.

Avec les informations de Timothé Matte Bergeron, envoyé spécial à Smithers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière