•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de Québécois ont accès à un médecin de famille

Un patient avec son médecin de famille.

Près de 600 000 Québécois sont toujours inscrits au guichet d'accès pour obtenir un médecin de famille.

Photo : iStock

Après une stagnation début 2019, la proportion de Québécois qui ont un médecin de famille a franchi le seuil des 82 % en décembre.

En 2015, moins de 70 % des Québécois étaient inscrits auprès d'un médecin. Reste qu'on est encore loin de l'objectif du gouvernement, qui est que chaque québécois qui le souhaite ait son médecin.

Il s'agit toutefois d'un progrès majeur aux yeux du président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), Louis Godin. On doit être satisfaits du travail des médecins de famille, dit le président du syndicat de médecins.

Environ 138 000 citoyens ont été inscrits auprès d'un médecin en 2019. Selon Louis Godin l'amélioration est remarquable compte tenu des contraintes auxquelles est confrontée la profession. Depuis 2014, on a 500 médecins de moins que ce qui était projeté. C'est clair qu'à un moment donné, ça a un effet, souligne le Dr Godin.

L'ajout de ces effectifs médicaux aurait permis à 500 000 Québécois de plus d'avoir un médecin, puisque chaque omnipraticien peut prendre en charge 1000 patients.

La liste d'attente pour s'inscrire auprès d'un médecin a d'ailleurs augmenté. Il y a désormais près de 600 000 Québécois qui ont inscrit leur nom au Guichet d'accès à un médecin de famille. Une hausse de 22 % depuis l'arrivée au pouvoir de la CAQ en octobre 2018.

Même s'il se félicite des progrès rapides réalisés depuis 2015, le président de la FMOQ estime qu'il sera difficile de garder le même rythme au cours des prochaines années.

On n'aura pas la capacité de gagner 4 à 5 % dans la prochaine année, dit-il. Les étudiants en médecine ont été moins nombreux à choisir de devenir omnipraticiens au cours des dernières années.

Au gouvernement, on pense que les médecins peuvent inscrire plus de patients s'ils sont appuyés par des équipes composées entre autres d'infirmières et de travailleurs sociaux.

Louis Godin affirme qu'il appuie la collaboration avec les autres professions, mais avec des limites.

Les pharmaciens et les infirmières praticiennes spécialisées peuvent tous apporter quelque chose, mais la base est toujours entre les mains des médecins de famille.

Louis Godin, président de la président de la FMOQ

Révision du mode de rémunération

Le gouvernement répète, par courriel, vouloir que chaque québécois qui le souhaite ait un médecin de famille ou son équipe de soins.

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, pense y arriver entre autres en modifiant le mode de rémunération des omnipraticiens.

La majeure partie des revenus des omnipraticiens proviendrait de la prise en charge des patients, contrairement au système actuel dans lequel les médecins sont surtout payés en fonction du nombre d'actes accomplis.

Le cabinet de Danielle McCann pense que cela forcerait les médecins à déléguer davantage aux infirmières praticiennes spécialisées, travailleurs sociaux, psychologues et autres professionnels de la santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

Société