•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment les exosquelettes transforment l’industrie de la construction canadienne

Une jeune femme perce un mur de béton à l'aide d'un appareil installé sur son exosquelette.

Les exosquelettes ont pour avantage de faciliter l’effort lors de tâches répétitives ou de la manipulation de lourdes charges.

Photo : YouTube / Freshco Retail Maintenance

Radio-Canada

De plus en plus de travailleurs et de travailleuses de la construction utilisent de nouveaux appareils leur permettant de travailler plus rapidement et avec moins d'efforts.

L’industrie de la construction nourrit de grands espoirs envers les exosquelettes. Aux prises avec des problèmes de main-d’œuvre, elle espère que les nouvelles technologies sauront attirer une force de travail plus jeune tout en permettant aux personnes plus âgées de rester en poste un peu plus longtemps.

Les exosquelettes ont pour avantage de faciliter l’effort lors de tâches répétitives ou lors de la manipulation de lourdes charges. Ils permettent également de prévenir et de protéger les travailleurs et travailleuses contre des blessures.

Bien que la plupart des entreprises de construction canadiennes n’aient pas encore essayé ces nouvelles technologies, plusieurs les utilisent déjà.

Les exosquelettes mis à l’épreuve

C’est le cas de Freshco.ca, une entreprise qui construit et remodèle des espaces commerciaux au Canada et aux États-Unis.

Ça nous a vraiment donné un second souffle, dit Mandy Rennehan, la fondatrice de l’entreprise, qui précise que cette dernière utilise les exosquelettes pour accomplir environ 40 % des tâches les plus éreintantes.

Les exosquelettes utilisés par Freschco.ca peuvent coûter jusqu’à 106 000 $, mais l’entrepreneure estime rentabiliser cet investissement. Elle donne comme exemple le travail consistant à retirer les tuiles d'une salle de bain commerciale. Ce travail, qui exigeait en moyenne que trois personnes s’y consacrent pendant quatre jours, ne requiert maintenant plus que deux personnes pendant deux jours. Et avec 90 % moins d'efforts, ajoute-t-elle.

Le personnel de la construction peut alors passer d’une tâche à l’autre plus rapidement et sans être épuisé. Les exosquelettes facilitent de plus l’entrée sur le marché de la construction des personnes ayant une moins grande force physique. C'est particulièrement important pour les femmes qui estiment ne pas être en mesure d'accomplir autant que les hommes sur un chantier, explique Mandy Rennehan.

Des technologies pas encore au point

Darryl Wiebe, président de l’entreprise de construction Kerr Interior Systems, n’a de son côté pas été impressionné par les exosquelettes. Les deux vestes qu’il a achetées à 5000 $ chacune ont facilité le travail de son personnel, mais comportaient des inconvénients majeurs. L’amplitude du mouvement était notamment trop réduite et empêchait le personnel de porter des harnais de sécurité et une ceinture d’outils de travail.

Après avoir essayé les exosquelettes pendant six mois, l’entrepreneur les a abandonnés, estimant que les inconvénients surpassaient les avantages. Mais on reste optimistes que la prochaine génération [d’exosquelettes] comportera des améliorations, dit-il.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Robotique

Techno