•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • La défaite de Joe Biden dans un gymnase de l'Iowa

    Outre le cafouillage lié à l’annonce des résultats, les caucus de l’Iowa ont été marqués par la faible performance de Joe Biden, arrivé en quatrième position, selon des résultats partiels.

    L'ancien vice-président Joe Biden.

    Joe Biden lors d'un des derniers rassemblements avant les caucus de l'Iowa.

    Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

    En entrant lundi soir dans le gymnase de l’école secondaire d’Ankeny, en banlieue de Des Moines, où se déroulait un des caucus de l'Iowa, le contraste était frappant.

    D’un côté, les militants de Pete Buttigieg, d'Elizabeth Warren et de Bernie Sanders, gonflés à bloc, pancartes et autocollants à la main, tentaient de convaincre les indécis d’appuyer leurs candidats.

    De l’autre, dans un coin de la pièce, l’équipe de Joe Biden était regroupée sous des affiches appelant à l’unité. Si quelques militants tentaient eux aussi de rallier les indécis, certains étaient assis en attendant le début de l’événement.

    Des militants dans un gymnase d'une école secondaire.

    Des militants qui tentent de convaincre les indécis juste avant un caucus.

    Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

    Une fois le caucus officiellement lancé, les centaines de personnes installées dans les gradins se sont dirigées vers le camp de leur choix. Elles devaient physiquement se rendre dans la portion de la pièce attribuée à chacun des candidats. Par la suite, les organisateurs ont circulé dans le gymnase pour compter le nombre d’électeurs attroupés sous le nom de chaque aspirant président.

    Pour passer au deuxième tour et obtenir des délégués, les équipes devaient obtenir l’appui de 15 % des électeurs, soit ici 69 personnes.

    Des électeurs réunis dans un gymnase.

    Des électeurs dans l'attente d'aller voter dans un caucus, en Iowa.

    Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

    Premier décompte : quatre campagnes se sont qualifiées, celles de Buttigieg, de Warren, de Sanders et de Biden.

    Le camp de l’ancien vice-président Joe Biden a respecté le seuil minimum, mais de justesse seulement. Et s’il y avait tout juste 69 personnes sous ses pancartes, c’est parce qu’une militante du camp Warren a accepté de traverser le gymnase et de se joindre à ses partisans, question d’éviter que l’ancien vice-président ne soit écarté dès le premier tour.

    À cette élection, nous allons devoir convaincre des électeurs indécis ou ceux qui ont appuyé Trump et qui sont déçus, a lancé le représentant de la campagne Biden entre les deux tours, dans un ultime espoir d’attirer des militants.

    Les électeurs en train de faire leur choix, dans un caucus en Iowa.

    Les électeurs en train de faire leur choix, dans un caucus en Iowa.

    Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

    Seuls quelques-uns des quelque 450 électeurs présents auront été convaincus. Le décompte final a donné 150 voix à Pete Buttigieg, 106 à Elizabeth Warren, 105 à Bernie Sanders et seulement 86 à Joe Biden.

    Je suis un peu déçu, a confié un militant de Biden, espérant que son candidat ait de meilleurs résultats ailleurs pendant la course.

    Quel visage pour le centre?

    Ce caucus était l’un des 1600 qui avaient lieu en Iowa. Dans l’ensemble, le candidat Biden n’a pas vraiment obtenu un meilleur résultat que dans cette école de banlieue.

    Résultats partiels en Iowa (en pourcentage de délégués attribués)

    • Buttigieg: 26,2%
    • Sanders: 26,1%
    • Warren: 18,2%
    • Biden: 15,8%

    Pourtant, le terrain aurait dû être propice à une meilleure performance de l’ancien vice-président. Ankeny, une banlieue au nord de Des Moines remportée par Donald Trump en 2016, a la réputation d’être plus conservatrice que les quartiers libéraux du centre-ville de la capitale. En début de soirée, un organisateur de Bernie Sanders me confiait même douter des chances de coup d’éclat de son candidat dans ce quartier.

    Au final, les candidats progressistes (Sanders et Warren) y ont réalisé de bonnes performances, mais c’est surtout la campagne de Pete Buttigieg qui s'est démarquée, réussissant à rallier autour d’elle les appuis du centre.

    Les partisans de Joe Biden, attendent d'être comptés dans ce caucus d'Ankeny, en Iowa.

    Les partisans de Joe Biden attendent d'être comptés dans ce caucus d'Ankeny, en Iowa.

    Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

    Pete va aller chercher les gens au centre et les indépendants, a indiqué Lisa Lajoie, une ancienne républicaine, évoquant des arguments semblables à ceux qui sont au cœur du message de la campagne de Joe Biden. Climat, santé : comme Joe Biden, Pete Buttigieg s’intéresse aux enjeux chers aux démocrates, sans nécessairement proposer une réforme en profondeur du système. Ces candidats mettent beaucoup l’accent sur l'unité, ainsi que sur le retour au respect et à la collaboration à Washington.

    Mais entre les campagnes des deux hommes que plusieurs décennies séparent, l’énergie n’est pas comparable.

    Le candidat à l'investiture démocrate, Pete Buttigieg.

    Pete Buttigieg lors d'un des derniers rassemblements avant les caucus de l'Iowa.

    Photo : Radio-Canada / Raphael Bouvier-Auclair

    Dimanche, à la veille du vote, les deux candidats ont organisé des rassemblements dans des écoles de Des Moines. Chez Buttigieg, les militants criaient et applaudissaient sur des airs populaires en attendant leur candidat. Chez Biden, il y avait bien sûr des applaudissements, mais plus modestes pendant les nombreux discours, parfois lus, qui ont précédé l’arrivée du candidat.

    À Ankeny, une électrice expliquait ne pas être étonnée de voir qu’à ce caucus, Pete Buttigieg, un jeune politicien sans expérience nationale, et deux candidats qui proposent des réformes économiques et sociales importantes, Bernie Sanders et Elizabeth Warren, se soient distingués. Quand tu vois comment ils sont engagés, tu vois que les gens veulent un changement, a expliqué Consolata, une électrice du secteur.

    Ce message envoyé par une petite banlieue de Des Moines, la campagne de Joe Biden devra y réfléchir à l’approche des rendez-vous électoraux du New Hampshire, du Nevada et de la Caroline du Sud.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Politique américaine

    International