•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français est bien pris en compte dans la nouvelle réforme scolaire, dit le gouvernement

Des élèves lèvent la main dans une salle de classe.

Une amélioration des évaluations est aussi envisagée dans cette réforme, ainsi qu’une simplification du bulletin de notes.

Photo : iStock

Radio-Canada

Parmi les 26 recommandations de la nouvelle réforme du programme scolaire du ministère de l'Éducation de l'Alberta, aucune mention n'est faite de la perspective francophone. Oubli ou acquis? Alors que certains y voient un signal d’alarme, le gouvernement assure que le français n’a pas été laissé pour compte.

Selon le Ministère, il n’y a pas lieu de s'inquiéter, puisque l'absence de mention du français dans les grandes lignes de la réforme se justifie par le fait que l'autorité s'est basée sur l'ébauche de l'ancien gouvernement néo-démocrate dans laquelle il n'y avait pas lieu d'apporter un changement pour l'instant.

Nous continuerons de nous assurer que la culture francophone et d'autres besoins particuliers en matière d'éducation y soient inscrits, écrit un porte-parole du ministère de l'Éducation, Colin Aitcheson, dans une déclaration.

L'ébauche actuelle du programme intègre convenablement la culture et les perspectives francophones, et nous n'avons vu aucun besoin de la changer.

Colin Aitcheson, porte-parole du ministère de l'Éducation de l'Alberta

Une preuve écrite exigée

Le président de la Fédération des conseils scolaires francophones de l'Alberta et partenaire francophone consulté pour cette réforme, Réginald Roy, dit avoir été déçu par le contenu du rapport du Ministère.

La collectivité des Conseils scolaires avait une déception, quand on a vu le rapport, d’être exclue dans le document, confie-t-il.

M. Roy a contacté le ministère de l'Éducation dont un des porte-parole lui a assuré que le français faisait bel et bien partie de la nouvelle réforme. Il a donc demandé au Ministère de le lui confirmer par écrit et, selon lui, ce dernier n'y a pas vu d'objection et devrait s'y atteler dans un court délai.

Je respecte que tout le monde ait un malaise face à l’absence des francophones dans le rapport et on essaie de trouver les moyens de les rassurer, dit le président de la Fédération des conseils scolaires francophones.

J’ai demandé d’avoir quelque chose par écrit du ministre directement [...] qu’on pourrait avoir pour réaffirmer notre place. Je pense que cela viendrait beaucoup alléger les inquiétudes des gens.

Réginald Roy, président, Fédération des conseils scolaires francophones de l'Alberta

Situation problématique, selon un expert

Raphaël Gani, un chargé de cours de l'Université d'Ottawa qui a fait sa maîtrise sur les résistances face au français dans les écoles en Alberta, soutient qu’il ne faut pas prendre au pied de la lettre les discours rassurants du gouvernement.

Il estime que les changements au programme proposés par le dernier gouvernement manquaient déjà de clarté.

Ne pas parler des francophones, c'est faire un geste. Ne pas parler des francophones quand on en parlait avant, ça équivaut à de la "dé-reconnaissance" et c'est problématique en contexte de résistance.

Raphaël Gani, chargé de cours, Université d'Ottawa

Le public est invité à commenter ce projet de réforme grâce à un sondage en ligne. Le Ministère encourage autant les parents que les étudiants et les professeurs, mais aussi toute personne qui s'intéresse à l’éducation à participer à la discussion.

Avec les informations de Katrine Deniset

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !