•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça va aider la planète », clame François Legault à propos de GNL Québec

Le premier ministre parle à l'Assemblée nationale.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a répondu à Manon Massé, de Québec solidaire, qui lui reprochait d'avoir rencontré les promoteurs de GNL Québec.

Photo : Assemblée nationale

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En cette journée de reprise des travaux à l'Assemblée nationale, la co-porte-parole du deuxième groupe d'opposition Manon Massé a questionné le premier ministre, François Legault, sur sa rencontre du 16 janvier avec les promoteurs de GNL Québec.

Selon elle, il s'est limité à répéter leurs arguments dans un tweet qu'il avait alors publié.

« D'ailleurs les jeunes de la région du Saguenay, eux autres, ils ont envie qu'on leur offre autre chose que de l'économie polluante pour le SaguenayLac-Saint-Jean. À part de vendre leur territoire, qu'est-ce que vous offrez à ces jeunes-là? »

— Une citation de  Manon Massé, députée de Québec solidaire
Une députée parle en chambre.

La co-porte-parole du deuxième groupe d'opposition Manon Massé

Photo : Assemblée nationale

Pour sa part, François Legault a dit ne pas comprendre pourquoi la députée de Québec solidaire ne prend pas en compte la baisse globale d'émissions de gaz à effet de serre obtenue en remplaçant le charbon par du gaz naturel liquéfié.

« Si on réussit à remplacer un certain nombre de ces usines au charbon par des usines au gaz liquéfié, on va réduire les GES. Ça va aider la planète. »

— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Des rencontres pour Gazoduq

Par ailleurs, l’Agence d’évaluation d’impact du Canada a publié mardi le calendrier des rencontres communautaires pour le projet Gazoduq, l'autre moitié du projet global.

Elles se tiendront dans la région à Roberval le 12 février, à Saguenay le 13 et à Alma le 14.

L'Agence a décidé le 22 janvier dernier qu'une évaluation était requise pour ce gazoduc de 780 kilomètres. Les commentaires du public et des nations autochtones sont recueillis depuis vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !