•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet pilote à l'Î.-P.-É. : des repas plus abordables dans six écoles

Des enfants sont assis autour d'une table. Ils dînent tout en rigolant.

Une centaine de dîners sont servis chaque jour à l'école Pierre Chiasson.

Photo : Julien Lecacheur

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard a lancé un projet pilote de dîners scolaires plus abordables dans six écoles de la province.

En ce midi de février, des dizaines d'élèves de l'École Pierre-Chiasson, située dans la région de Prince-Ouest à l'Île-du-Prince-Édouard, dégustent leur plat de spaghetti.

J'aime manger des choses différentes comme des spaghettis, des tacos, des quesadillas et d'autres choses, souligne Dawson Allain, un jeune garçon de 11 ans.

Et il n'est pas le seul à aimer la cantine de son établissement scolaire. Abby Green, 14 ans, raffole aussi des petits plats préparés par la cuisinière. C'est vraiment bon. On a vraiment de la bonne nourriture. Mon plat préféré ? Le bol de poulet. Il est particulièrement bon.

Un petit bol de spaghetti est disposé sur un plateau.

Ce plat de spaghetti coûte trois dollars aux élèves de l'école Pierre Chiasson.

Photo : Julien Lecacheur

Un modèle de réussite

À l'École Pierre-Chiasson, les menus sont variés, équilibrés, réalisés avec des produits locaux et pour des prix variants entre trois et quatre dollars.

Le service, qui est géré par la garderie, est un modèle de réussite dans l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard. Le gouvernement provincial a d'ailleurs reconnu sa qualité. L'établissement a ainsi été choisi pour participer au projet pilote sur les dîners scolaires à cinq dollars.

Un prix flexible, car les parents seront libres de payer le prix de leur choix suivant leurs moyens. La province comblera le manque à gagner.

« Les jeunes ne devront plus être stressés de venir à l'école sans aucune nourriture. Car, on va leur donner à manger et on enverra ensuite la facture au gouvernement. »

— Une citation de  Ghislain Bernard, directeur, École Pierre-Chiasson
Ghislain Bernard est assis àson bureau. Il tape sur son clavier d'ordinateur.

Ghislain Bernard, le directeur de l'École Pierre-Chiasson se réjouit de faire partie du projet pilote du gouvernement. Il estime que l'école pourrait s'attendre à servir près de 130 repas par jour.

Photo : Julien Lecacheur

Ghislain Bernard tient aussi à rassurer parents et enfants. Il n'y aura pas de discrimination dans son établissement envers les élèves qui ne paieront pas leur repas. Toute l'information est confidentielle. On s'est organisé depuis longtemps. La cafétéria a une liste de toutes les personnes qui ont commandé un dîner. Au moment du service, chaque enfant ramasse son dîner. Il n'y a pas d'argent de réclamé, donc personne ne peut savoir s'ils ont payé ou non, précise le directeur de l'école.

Une responsable de la cantine vérifie le nombre de plats de spaghetti encore à servir aux élèves.

Les repas sont préparés en fonction des commandes effectués chaque début de semaine par les parents.

Photo : Julien Lecacheur

Oui à l'expansion à l'automne, non aux dîners gratuits

Au total, ce sont six écoles de la province qui participeront à ce projet pilote. Deux modèles différents seront mis au banc d'essai : l'un sur la préparation de la nourriture à l'intérieur même de l'établissement, l'autre sur la distribution des repas par des entreprises extérieures.

Le ministre de l'Éducation, Brad Trivers, explique que ces deux modèles permettront au gouvernement de prendre la meilleure décision possible pour l'exporter à toute la province. Car l'objectif de Brad Trivers est clair, il veut offrir à manger à chaque enfant.

« Si vous voulez de la nourriture, vous en aurez. La question ne se pose même pas. Que vous payiez ou non, que vous ameniez un dîner avec vous ou pas, vous aurez accès au repas servi à l'école. »

— Une citation de  Brad Trivers, ministre de l'Éducation
Brad Trivers regarde la caméra. Des enfants sont assis à des tables derrière lui.

Le ministre de l'Éducation, Brad Trivers souhaite étendre son programme des dîners scolaires à toute l'île d'ici l'automne.

Photo : CBC

Par contre, le ministre de l'Éducation reste ferme. Ces dîners ne seront pas gratuits pour tous. Il n'y a aucun plan de prévu à court, moyen ou à long terme afin de rendre ces dîners gratuits, déclare-t-il.

En attendant, le programme de dîners scolaires devrait être mis en place dans toute la province d'ici l'automne.

La cuisinière sert des spaghettis dans de petits bols.

La garderie qui gère la cantine est un organisme à but non lucratif. Une seule employée prépare l'intégralité des plats.

Photo : Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !