•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout le monde devrait en faire plus pour l'environnement, selon un sondage

Les marcheurs devant le château Frontenac.

Des marcheurs ont défilé dans les rues du Vieux-Québec le 27 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Audrey Paris

À peine le tiers (33 %) des répondants d’un sondage sur l’action climatique pensent que les Québécois en font assez individuellement pour l'environnement.

Les Québécois sondés ont été nombreux à indiquer que les entreprises industrielles devraient en faire plus pour l'environnement (83 %), mais aussi le gouvernement fédéral (76 %) et le gouvernement provincial (75 %).

Les répondants semblent attribuer la lutte aux changements climatiques à d'autres acteurs qu'eux.

Valériane Champagne St-Arnaud, chercheuse postdoctorale à L'Université Laval

La moitié des répondants (50 %) estiment que leur entourage n’en fait pas assez pour améliorer le sort de la planète. Ces derniers admettent dans 55 % des cas qu’ils devraient eux aussi effectuer plus d’actions climatiques.

Ces données sont le fruit d’une collaboration entre Valériane Champagne St-Arnaud, chercheuse postdoctorale, Pénélope Daignault, professeure titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval ainsi que le média spécialisé Unpointcinq.

Le baromètre de l'action climatique publié mardi matin par cette équipe est une analyse des données d’un sondage Léger. Ça nous donne un portrait de la conviction des Québécois, ce qu'ils ressentent, face aux actions climatiques, indique Valériane Champagne St-Arnaud en entrevue à l'émission C'est encore mieux l'après-midi avec Guillaume Dumas.

La chercheuse ajoute que les données objectives sur le sujet sont rares au Québec. On veut qu'elles soient utiles pour les élus, mais les organismes aussi.

Il faut agir

Le sondage permet de découvrir que 74 % des répondants croient qu’il y a urgence d’agir et que 92 % d’entre eux trouvent qu’il n’est pas trop tard pour le faire.

Par ailleurs, seulement 2 % des répondants disent ne pas recycler et 8 % disent ne pas réduire leur gaspillage alimentaire. En contrepartie, un répondant sur trois n’envisage pas d’adopter de nouveaux gestes en faveur de l’environnement au cours des six prochains mois.

Le sondage permet aussi de réaliser que 51 % des personnes sondées ont la volonté de payer plus cher certains produits ou services pour lutter contre les changements climatiques.

Entrevue avec Valériane Champagne St-Arnaud

Pour certains répondants, on observe qu'il est fréquent de surestimer les effets réels des gestes portés, ajoute la chercheuse Valériane Champagne St-Arnaud. Par exemple, le fait de réduire sa consommation d'eau potable, versus le fait de consommer moins de viande.

L'équipe qui a créé le baromètre de l'action climatique est satisfaite des résultats. C'est une bonne nouvelle, de mentionner Philippe Poitras du média Unpointcinq, 86 % des répondants disent déjà agir pour le climat.

Méthodologie

Le sondage de la firme Léger a été effectué du 19 au 26 septembre 2019 en ligne auprès de 2006 adultes québécois, en anglais et en français.

Les données ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d’un échantillon représentatif de la population réelle du Québec, et ce, en fonction de l’âge, du genre, de la région (région métropolitaine de Montréal, région métropolitaine de Québec et autres régions), de la langue maternelle, de la scolarité ainsi que de la présence d’enfants au sein du ménage.

Pour consulter le rapport complet du premier baromètre de l'action climatique, c'est ici (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Changements climatiques