•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décision sur une nouvelle politique de consultation en urbanisme reportée à Gatineau

Les édifices fédéraux sont vus à travers des arbres.

Le centre-ville de Gatineau vu d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Philippe Turgeon

Des élus de la Ville de Gatineau ont décidé d’attendre avant de recommander ou non l’adoption d’une nouvelle politique de consultation publique en matière urbanisme.

Cette nouvelle politique, qui éliminerait la tenue d'un référendum sur certaines modifications au règlement d’urbanisme, serait remplacée par un processus plus contraignant pour la Municipalité.

Plusieurs élus, dont le président du Comité consultatif d’urbanisme (CCU) Jocelyn Blondin, n’étaient pas prêts à se prononcer sur cet enjeu mardi matin.

Les conseillers Maxime Tremblay du district du Plateau (à g.) et Jocelyn Blondin du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau (à dr.) au comité plénier de la Ville de Gatineau.

Le conseiller Jocelyn Blondin du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau (à dr.)

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

J'ai beaucoup de questions à poser aux gens de l'urbanisme, mais je veux entendre les citoyens que j'ai autour de ma table, affirme M. Blondin à la suite de la rencontre du comité plénier.

On va peut-être arriver aux mêmes résultats, mais au moins je vais avoir eu le pouls de mes citoyens.

Jocelyn Blondin, conseiller et président du Comité consultatif d'urbanisme

Dans sa rencontre du 23 octobre dernier, le comité exécutif a décidé de ne pas recommander l’adoption d’une nouvelle politique et de garder ainsi le statu quo. M. Blondin était absent à cette réunion et croit qu'en tant que président du CCU, il aurait dû être averti que le comité exécutif se penchait sur une recommandation.

Je ne suis vraiment pas impressionné de ce qui s'est passé, a-t-il ajouté.

M. Blondin veut éviter de revoir une situation comme celle du projet Bloome où un petit groupe de citoyens a réussi à bloquer le projet initial.

Le maire se défend d’avoir agi trop rapidement. Il affirme que la Ville préconise depuis longtemps de conserver les référendums. Pour moi, on faisait juste continuer la position que la Ville tenait depuis longtemps, c’est pour ça qu’on n’a pas eu le réflexe d'appeler des gens ou même de penser que ça pouvait mener à des débats plus importants, a déclaré M. Pedneaud-Jobin.

Cédric Tessier pose dans une rue du secteur Hull.

Le conseiller municipal Cédric Tessier

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Le conseiller du district de Hull-Wright, Cédric Tessier s'est dit surpris de l'opposition de certains conseillers et croit que la nouvelle politique ne ferait que compliquer les procédures.

Je pense qu'on alourdirait l'ensemble du processus pour l'ensemble des projets, affirme M. Tessier, qui croit que le nouvel office de consultation publique que la Ville tente en ce moment de mettre sur pied pourrait répondre aux interrogations des citoyens.

Délais et coûts supplémentaires

La nouvelle loi sur l’aménagement adoptée par le gouvernement provincial en juin 2017 permet aux municipalités de se soustraire à l’approbation référendaire pour certaines modifications au règlement, à condition de suivre un processus de consultation publique précis prévu dans la loi provinciale.

Pour enlever les référendums, on se donne non seulement des délais plus longs, mais aussi un processus qui est plus lourd.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Selon l’administration gatinoise, cette nouvelle politique, qui doit être adoptée ou non par le conseil municipal, réduirait la participation citoyenne, entraînerait des délais supplémentaires d’au moins 78 jours dans l’approbation des projets et exigerait l’embauche de nouveaux employés spécialisés en urbanisme.

Les maires à qui j’ai parlé, notamment la mairesse de Montréal, veulent garder les référendums, et avec ce qu’on voit là, moi je pense que beaucoup de villes vont faire le même choix dans la mesure que le remède est pire que le mal, affirmé le maire de Gatineau.

La prochaine réunion du CCU aura lieu le 10 février prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !