•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'amphithéâtre, la bibliothèque de La Baie et le centre multisport remis en branle

Des élus à la table du conseil.

Les élus de Saguenay ont mis en branle trois des six projets mis en veilleuse lors de l'adoption du budget 2020 à la fin décembre.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

Après avoir exclu six projets majeurs du plan triennal d’immobilisation, les élus de Saguenay donnent leur aval à des règlements qui devraient permettre d’en mettre au moins trois en branle.

Lors de l’assemblée mensuelle du conseil, tenue lundi soir à Chicoutimi, les conseillers ont voté en faveur de l’adoption d’un projet de règlement d’emprunt de 25 millions de dollars pour la construction d’un stade multisport près de l’ancien magasin Walmart de Jonquière.

Ce projet est attendu du milieu depuis des années. Son report avait suscité l’inquiétude du Club de soccer Venturi de Saguenay, né de la fusion des clubs de Jonquière, Chicoutimi, La Baie et Shipshaw. Le conseil d’administration du Venturi de Saguenay est retourné à la table à dessin, à la demande de la Ville, pour proposer une nouvelle mouture du projet de stade.

Le président de la commission des sports et du plein air de Saguenay, le conseiller jonquiérois Michel Thiffault, a rappelé que la construction du complexe est assortie d’une subvention de 7,5 millions de dollars versée par le ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport du Québec.

Josée Néron a précisé que ce projet de règlement fera l’objet d’une ouverture de registre puisqu’il dépasse 10 millions de dollars. Il s’agit d’une nouvelle façon de faire à Saguenay.

« On va reprendre le bâton du pèlerin. On connaît des gens qui sont intéressés au niveau du privé », a indiqué Josée Néron.

Bibliothèque de La Baie

Les conseillers ont aussi entériné un emprunt de 11,4 millions de dollars pour la démolition, la mise aux normes, la construction et le réaménagement de l’église Saint-Édouard et de son presbytère, à La Baie, en vue d’y aménager une bibliothèque.

L'église de l'extérieur en hiver.

L'ancienne église Saint-Édouard à La Baie

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Le projet nécessitera que la Ville contracte un emprunt net de 6,4 millions remboursable sur 15 ans.

Le conseil a aussi donné son autorisation au dépôt d’une demande de subvention au Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), ce qui pourrait faciliter la construction d’un amphithéâtre sportif et culturel sur la zone ferroviaire, à Chicoutimi.

Un projet de 64 millions de dollars

L’ex-numéro un de Rio Tinto en Amérique du Nord, Étienne Jacques, devenu consultant pour Saguenay, a récemment présenté son projet pour la construction d’une Place des congrès. Le complexe serait notamment doté d’un amphithéâtre sportif de 4054 places assorti d’un toit vert et d’un stationnement à étages de 350 places visant à remplacer l’autogare de la rue du Havre, qui se trouve dans un état vétuste.

Une esquisse d'architecte.

Une esquisse du projet présentée par Étienne Jacques et ses collaborateurs.

Photo : Courtoisie : Saguenay

Une passerelle relierait également la Zone portuaire au centre-ville. Selon les calculs d’Étienne Jacques, qui a analysé divers modèles de financement et qui prône une participation accrue du privé, le projet de 64 millions de dollars nécessiterait un débours de seulement 20 millions de dollars de la part de Saguenay. La participation des deux paliers de gouvernement supérieur est impérative à la réalisation du projet d’amphithéâtre.

Mise en garde

André Laforest s'adresse aux médias derrière un micro.

La ministre Andrée Laforest

Photo : Radio-Canada

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, invite toutefois la Ville à ne pas miser sur une subvention provenant du PAFIRS.

Dans un communiqué diffusé vendredi, la ministre a invité les élus de Saguenay à réunir toutes les informations nécessaires avant de déposer une demande de financement, dans le contexte où la construction de l’autogare ne cadre pas dans la mission du programme.

La députée de Chicoutimi invite donc les élus à trouver des « solutions alternatives afin de s’assurer des chances de financer des projets structurants admissibles au PAFIRS ».

Josée Néron est toutefois confiante qu’Andrée Laforest pourra aider la Ville à dénicher du financement. 

Selon nos sources, une rencontre aura lieu au cours des prochains jours à Québec, impliquant la ministre Laforest, la mairesse de Saguenay et la ministre déléguée à l'Éducation, Isabelle Charest, pour discuter du dossier du financement de l'amphithéâtre.

La première magistrate a confié avoir eu des discussions avec la ministre fédérale de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, lors de son passage à Ottawa la semaine dernière. Elle affirme avoir reçu de l’ouverture de la part de la ministre libérale, qui l’a invitée à déposer une demande d’aide pour le projet d’amphithéâtre.

Elle entendait jaser avec les gens de Québec pour que ces éclaircissements-là se fassent. Je dois présenter l’ensemble du projet. Comme tout projet, il y a toujours un travail subséquent qui doit se faire de la part des politiciens et de la fonction publique. Ce que j’ai compris de Mme Laforest, c’est qu’elle allait aider à essayer de trouver l’argent, a indiqué Josée Néron.

Le conseiller Jimmy Bouchard a demandé le vote sur la question de la demande d’aide financière au PAFIRS, puisqu’il estime que d’autres programmes existent. Il a été le seul à voter contre.

Autres emprunts

Par ailleurs, plusieurs autres règlements d'emprunt ont été adoptés concernant divers projets. L’un d’entre eux, totalisant 9,1 millions de dollars, visera la réfection et l’aménagement de piscines extérieures situées sur le territoire de la ville.

L’emprunt concerne notamment des infrastructures au parc J-Alcide-Reid, à Kénogami, au parc de la Colline, à Chicoutimi-Nord, à la piscine Saint-Mathias, à Jonquière, et à la piscine Saint-Alexis, à La Baie.

À lui seul, le projet d’aménagement d’une piscine près de l’école secondaire Kénogami nécessitera un investissement de 3,3 millions de dollars.

La chaise musicale pour l'unité

Enfin, les conseillers municipaux ont, en quelque sorte, joué à la chaise musicale lundi soir. Alors qu’ils sont habituellement regroupés par arrondissement autour de la table, ils ont plutôt choisi de changer de siège de façon à envoyer un message d’unité.

La mairesse Josée Néron a indiqué que cette initiative avait pour but de démontrer que ce conseil "ne fait qu'un". Elle a confié que c'est le conseiller municipal Jean-Marc Crevier qui a eu cette idée lors d'une rencontre du comité exécutif, une façon selon lui efficace de prouver qu'il n'y a pas de guerre de clochers à Saguenay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale