•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démocratiser les arts et la culture grâce à une Ruche d'Art

Un canevas sur lequel il est inscrit : «Viens créer. Ruche d'Art».

Les ateliers de création de la Ruche d'Art se tiennent tous les premiers dimanches du mois au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Nantou Soumahoro

Nantou Soumahoro

Un bourdonnement inhabituel se fait entendre, le premier dimanche de chaque mois, dans la petite salle du premier étage du Musée des beaux-arts de Sherbrooke (MBAS). Depuis l’automne dernier, la direction du musée y accueille une Ruche d’Art, nouvel lieu de rencontre d’un essaim d’amateurs d’art.

C’est vous l’artiste !, lance l’art-thérapeute Emmanuelle Meunier à la fin de l’introduction de la Ruche d’Art.

Dominique Blais, venue seule et pour la première fois à l'atelier, apprécie particulièrement cette initiative. Pour elle, cela lui permet d’expérimenter l’art et de se l’approprier sans avoir à s’inscrire à un cours.

Je trouve que ça répond à un besoin. L’art nous fait vibrer et on ne prend pas toujours le temps d’en faire, explique Mme Blais.

À écouter à Par ici l'info :

La Ruche d'art du MBA de Sherbrooke

Si le musée a choisi d’implanter cette nouvelle activité en ses murs, c’est qu’il souhaite élargir sa vision et son mandat en rendant le musée plus inclusif.

Souvent, c’est leur première expérience dans un musée. Donc ça permet de rendre l’art accessible et de permettre à des gens de découvrir le musée autrement, ajoute-t-elle.

L’art, rassembleur et thérapeutique

Parmi les participants, il y a des familles, des personnes âgées, mais aussi des personnes venues seules pour participer à l’atelier.

Dans une Ruche d’Art, ce que l’on veut c’est laisser libre court à la créativité. Permettre aux gens d’explorer de nouveaux matériaux qu’ils n’ont pas eu la chance d’explorer encore. Créer des liens et rencontrer des personnes qu’on rencontre pour la première fois. C’est un peu tout ça, une Ruche d’Art , souligne l’art-thérapeute Emmanuelle Meunier.

Plusieurs fanions accrochés à un mur.

Une banderole, composée des créations des participants, sera créée pour célébrer le lancement officiel de la Ruche d'Art au Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Nantou Soumahoro

Le projet, qui a débuté à l’automne dernier, est avant tout un atelier d’art communautaire. Il a pour but de créer une cohésion entre les participants et même parfois, selon l'art-thérapeute, avoir des vertus thérapeutiques.

Démocratiser les arts et la culture

Pour nous, c'était important de rendre l'expérience accessible à tous et travailler à la démocratisation des arts et de la culture, souligne la directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Sherbrooke Maude Charland-Lallier.

Dans cette optique, des invitations privées sont aussi envoyées aux organismes communautaires de la région afin de permettre à leurs membres de se rendre au musée durant un autre dimanche que celui prévu pour les Ruches.

On veut tisser des liens avec les organismes communautaires de la région pour permettre à des gens qui ne sont pas forcément attirés à franchir la porte, à être en contact non seulement avec la Ruche d’Art, mais aussi avec toutes les expositions qui sont en cours, précise la directrice du musée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Arts visuels