•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan d'action pour enrayer le fléau de la méthamphétamine à Saskatoon

Des policiers écoutent attentivement une présentation.

Les accusations liées à la possession de méthamphétamine en cristaux sont passées de 15 à 400 entre 2012 et 2018 à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Olivier Férapie

Radio-Canada

Les effets néfastes et les nombreuses arrestations liés à la crise de la méthamphétamine en cristaux continuent de préoccuper les autorités à Saskatoon. C’est pourquoi un groupe de travail composé d’une trentaine d’intervenants de tous les milieux a dévoilé lundi un plan d’action de 29 recommandations pour lutter contre ce fléau à travers la ville.

Pendant plus de neuf mois, le groupe de travail sur la méthamphétamine en cristaux (le Crystal Meth Working Group) a mené des consultations et fait des recherches afin de mieux comprendre l’ampleur de la situation à Saskatoon.

Cette démarche lui a permis de proposer des mesures pour éradiquer la méthamphétamine sous quatre axes différents : la prévention, le traitement, la réduction des risques et la participation policière.

Le groupe recommande notamment d’instaurer un tribunal pour les toxicomanes, d'élaborer une stratégie provinciale de lutte contre l’alcool et les drogues et d’évaluer la possibilité de financer un projet de logement pour les toxicomanes, comme celui de la Place McCauley Ambrose, construit à Edmonton en 2014.

On a amené tellement d’organisations qui jouent un rôle particulier [dans la lutte contre la méthamphétamine] qu’on espère avoir fait des recommandations qui couvrent tous les éléments liés à cette crise, affirme la directrice des services en santé mentale et en dépendances de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, Tracy Muggli.

Gros plan sur le visage de Tracy Muggli qui répond aux questions du journaliste.

Tracy Muggli souligne que les besoins sont de plus en plus grands à Saskatoon pour répondre convenablement aux problèmes liés à la méthamphétamine et qu'il est nécessaire de sensibiliser tous les intervenants susceptibles de jouer un rôle pour contrer le fléau.

Photo : Radio-Canada / Olivier Férapie

La mise en place d’un centre de traitement et d'accueil pour les jeunes qui souffrent de dépendance à la méthamphétamine est également au coeur des mesures proposées par le groupe de travail. Ce dernier serait ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Ce serait un centre qui non seulement permettrait aux jeunes d’être en sécurité et de répondre à leurs besoins, mais qui leur offrirait aussi des ressources pour leur permettre de sortir de la rue et des gangs avant que cela ne les tue, affirme le médecin spécialisé dans la lutte contre la toxicomanie à l’Université de la Saskatchewan Peter Butt.

Gros plan sur le visage de Peter Butt qui répond aux questions du journaliste.

Peter Butt estime qu'il faut investir beaucoup de ressources autour des personnes aux prises avec des dépendances aux drogues pour leur permettre de retrouver un mode de vie sain.

Photo : Radio-Canada / Olivier Férapie

Les accusations liées à la possession de méthamphétamine en cristaux sont passées de 15 à 400 entre 2012 et 2018 à Saskatoon.

Avec les informations d'Omayra Issa et d'Alexis Lalemant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants