•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles formations en métiers spécialisés pour femmes autochtones

Vue aérienne d’étudiants qui construisent des charpentes.

Le programme en charpenterie fait partie du plan stratégique 2020-2025 du Collège Boréal.

Photo : Radio-Canada / Damien Grapton

Radio-Canada

Le Collège Boréal et le Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières (CSCDGR) travaillent main dans la main pour aider à répondre au manque de travailleurs en soudure et en charpenterie le long de la route 11.

Tandis que les cours théoriques seront offerts au campus de Kapuskasing, les cours pratiques seront donnés dans les ateliers de l’École secondaire catholique Cité des jeunes.

La formation de 20 semaines en soudure est destinée aux femmes autochtones et elle a débuté le 27 janvier.

Une femme qui répond à des questions.

Selon Mme Lebel, l’atelier des métiers et les partenaires dans l’industrie de la construction sont essentiels dans ces programmes.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Nous avons reçu 23 curriculum vitae et avons choisi huit candidates, relate Michelle Lebel, la directrice des campus de Hearst et de Kapuskasing.

Elle n’exclut pas un retour du populaire programme dans les prochaines années.

Cette formation en soudure est financée par les centres de formation et d’emploi des Premières Nations de la région, et le contenu pédagogique a été préparé par le groupe Canadian Welding Bureau (CWB).

Le programme en charpenterie qui est offert depuis quelques semaines est un préapprentissage d’une durée de 40 semaines.

Les étudiants intègrent ensuite un apprentissage chez un professionnel de l’industrie.

La directrice générale de la Commission de formation du Nord-Est, Julie Joncas, applaudit aux initiatives.

Le collège vu en hiver. Une pancarte avec le nom de l'établissement occupe le devant de la photo.

Les cours théoriques en charpenterie et en soudure se donnent dans le campus du Collège Boréal, tandis que la formation pratique se déroule à l’École secondaire catholique Cité des jeunes.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

On va frapper la plus grande vague des boomers qui vont partir à la retraite dans les métiers d’apprentissage, dit-elle. Pour devenir qualifié, ça prend parfois quelques années et alors il faut planifier une relève.

Une économie florissante dans l’industrie minière fait aussi en sorte qu’il y a un manque de travailleurs qualifiés en soudure et en charpenterie.

Selon Mme Joncas, le fait d’offrir une formation à Hearst et à Kapuskasing permet la rétention des jeunes.

Quand les gens reçoivent leur formation chez eux, ils demeurent dans la région, conclut-elle.

Préposé aux services de soutien personnel

Cette formation déjà disponible au campus de Hearst fait peau neuve.

Elle sera aussi offerte, à raison d’une journée par semaine pendant un an, à dix candidats qui sont déjà sur le marché du travail.

Un homme sourit en répondant à des questions.

Le président du Collège Boréal, Daniel Giroux, était de passage à Hearst et Kapuskasing pour faire les annonces.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Nous travaillons avec les employeurs pour aider à trouver des façons de combler les besoins, explique le président du Collège Boréal, Daniel Giroux.

Les campus du Collège Boréal de Hearst et de Kapuskasing offriront aussi douze programmes en ligne.

Dans son plan stratégique, le Collège Boréal s’est donné pour mission de faire revenir les jeunes qui étudient en anglais à l’intérieur de ses murs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !