•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 737 MAX a volé 160 fois au Canada depuis son interdiction, mais sans passagers

Un avion Boeing 737 Max de la compagnie Air Canada, pris en photo en contre-plongée alors qu'il décolle du tarmac.

La flotte aérienne au Canada compte 41 Boeing 737 MAX.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Le Canada a autorisé des appareils 737 MAX de Boeing à effectuer plus de 160 vols, a rapporté CBC, bien que cet appareil soit théoriquement cloué au sol depuis mars à la suite de deux écrasements. Tous ces vols se sont cependant déroulés sans passagers.

L’avion-vedette de Boeing est interdit de vol depuis le 13 mars 2019, après deux accidents en Indonésie et en Éthiopie qui ont fait au total 346 morts, dont 18 Canadiens. Le système anti-décrochage MCAS a été mis en cause dans les deux tragédies du MAX et le Canada a indiqué qu'il allait effectuer sa propre évaluation du correctif du logiciel.

Le ministre des Transports Marc Garneau a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'il ne lèvera pas les restrictions sur les avions tant que toutes les préoccupations du Canada en matière de sécurité n'auront pas été résolues.

Selon des données satellites obtenues par CBC, des compagnies canadiennes ont continué d'effectuer des vols au cours des 11 derniers mois, parfois plusieurs fois par semaine. Les vols comprennent quatre heures de vol au-dessus du Canada, entre Windsor et Vancouver, et des trajets plus courts comme entre Montréal et Trois-Rivières, ou entre Abbotsford, en Colombie-Britannique, et Calgary. Des vols ont également eu lieu depuis le Canada vers Marana, en Arizona.

Les vols ont été autorisés par le ministère canadien des Transports pour déplacer les avions à divers endroits à des fins de maintenance et d'entreposage, ou pour permettre à des pilotes commandants de bord de maintenir leur formation à jour, a déclaré le ministère à l'AFP. Aucun passager n'était à bord de ces vols, a-t-il précisé.

Ces mouvements d'aéronefs, réalisés à des fins de maintenance, étaient nécessaires; il fallait notamment les déplacer dans le désert du sud où ils peuvent être entreposés de manière plus sûre.

Air Canada, dans une communication à CBC

Air Canada a mentionné avoir profité de ces vols pour maintenir à jour les certifications de ceux qui forment les pilotes de première ligne.

C'est comme recevoir une gifle, s'est insurgé Chris Moore, dont la fille de 24 ans a péri dans l’écrasement d’Ethiopian Airlines. Elle est morte à cause de cet avion, a-t-il insisté, déplorant que les autorités soient tout de même en train de se préparer pour le jour où il ne sera plus immobilisé.

Après la tragédie de Lion Air (189 morts) le 29 octobre 2018, celle d'Ethiopian Airlines, le 10 mars 2019, a fait 157 morts, dont 18 Canadiens.

Depuis 10 mois, la crise du 737 MAX a entraîné le limogeage du directeur général de Boeing Dennis Muilenburg et terni la réputation de l'aéronef, englué dans un gouffre financier estimé à plus de 9,2 milliards de dollars américains. Les accidents du 737 MAX ont conduit le constructeur à en suspendre temporairement la production et les livraisons.

Fin janvier, le nouveau patron de l'avionneur, David Calhoun, a indiqué que la production du 737 MAX devrait être « relancée » avant juin.

Avec les informations de CBC, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Prévention et sécurité

Société