•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étudiante d'Ottawa dont la mère est confinée en Chine attend avec impatience son retour

Deux hommes en combinaison de protection mesurent avec un scanner la température d'un automobiliste.

À Wuhan, les autorités prennent la température des occupants des véhicules (archives).

Photo : Getty Images / AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Étudiante à l'Université d'Ottawa, Emily Chen attend avec impatience le retour au Canada de sa mère bloquée à Wuhan, en Chine, tandis que le bilan des morts liés au coronavirus s'est alourdi à plus de 300.

Plus les Canadiens restent longtemps là-bas, plus c'est dangereux, a affirmé Mme Chen.

Sa mère, citoyenne canadienne originaire de Chine, s'est rendue dans l'empire du Milieu fin septembre. Elle était en visite dans la province de Hubei, mais s'est retrouvée bloquée à Wuhan lorsque le gouvernement chinois a placé la ville sous contrôle pour tenter d'arrêter la propagation du coronavirus.

Une femme vue de dos utilise une application sur son cellulaire.

Emily Chen a demandé à ne pas être photographiée, craignant les représailles du gouvernement chinois contre sa famille.

Photo : Radio-Canada / Joseph Tunney

La mère d'Emily Chen, âgée de 50 ans, a des problèmes de santé qui nécessitent un traitement régulier, sans rapport avec l'épidémie de coronavirus.

Elle réside dans l'appartement d'un ami et ne sort pas à l'extérieur de peur de contracter la maladie.

Elle devra probablement le faire si l'avion n'arrive pas bientôt, a souligné la jeune femme de 20 ans, en référence à la promesse du gouvernement fédéral de rapatrier les Canadiens.

« Elle a besoin de nourriture et de médicaments. Nous essayons donc de la convaincre de ne pas aller dehors, parce que c'est très risqué. »

— Une citation de  Emily Chen

Dimanche, le dernier bilan officiel en Chine continentale était de 304 morts pour plus de 14 000 cas confirmés. Une seconde ville, Wenzhou — de 9 millions d'habitants — est à son tour confinée. Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que les Philippines ont signalé le premier décès hors de Chine, un Chinois originaire de Wuhan.

Au Canada, quatre cas confirmés du virus ont été recensés : trois en Ontario et un en Colombie-Britannique.

Le premier ministre Justin Trudeau a assuré vendredi que le rapatriement des ressortissants canadiens s’organisait et qu’Ottawa « faisait ce qu’il a à faire ». Ottawa estime que près de 200 Canadiens sont bloqués en Chine et ont besoin de rentrer chez eux.

Emily Chen croit que plus les Canadiens, comme sa mère, restent longtemps dans la province du Hubei, plus ils risquent de contracter le coronavirus — ce qui augmente le risque qu'ils le ramènent chez eux.

Je pense juste qu'il vaut mieux qu'ils puissent les ramener le plus vite possible, a-t-elle assuré.

L'étudiante pense que sa mère serait prête à être confinée, à condition que ce soit sur le sol canadien.

Emily Chen et sa famille appellent sa mère, qui essaie de rester forte, tous les jours. Il n'y a pas grand-chose que nous puissions faire, parce que nous ne sommes pas là-bas, a-t-elle conclu.

Avec les informations de Joseph Tunney de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !